• Cancer de l'estomac

    Cancer de l'estomac

    L'estomac est un organe musculaire en forme de sac qui se joint à l’œsophage à une extrémité et à l’intestin grêle à l’autre extrémité. Il est situé dans la partie supérieure de l’abdomen, soit sous le diaphragme mais au-dessus du côlon transverse (segment du gros intestin). À la droite de l'estomac se trouve le foie, tandis qu'à sa gauche, légèrement vers l'arrière, loge le pancréas. 

    L’estomac mesure environ 15 cm (6 po) dans sa partie la plus large et environ 30 cm (12 po) de long. L'estomac d'un adulte peut s'étirer pour contenir jusqu'à un litre (une pinte) de nourriture. 

    L'estomac fait partie du système digestif, qui comprend le tube digestif (tube qui s’étend de la bouche à l’anus) et plusieurs organes qui participent à la digestion de la nourriture (dont le foie, la vésicule biliaire et le pancréas). D’autres structures du tube digestif comprennent :

    • l'œsophage, qui ressemble à un long tube qui relie la bouche et la gorge à l'estomac
    • l'intestin grêle, qui ressemble à un long tube qui s'étend de l’extrémité inférieure de l’estomac (à partir du sphincter pylorique) jusqu’à l'entrée du gros intestin (côlon); l'intestin grêle est constitué de 3 segments, soit :

           le duodénum (première partie, qui mène hors de l'estomac)

          le jéjunum (partie centrale)

           l'iléon (dernière partie, qui communique avec le gros intestin)

    • le gros intestin (côlon), qui ressemble aussi à un tube mais qui est un peu plus large que l’intestin grêle et qui s’étend de l’intestin grêle à l’anus

    Le cancer de l’estomac prend naissance dans les cellules qui le tapissent. L’estomac est un organe musculaire en forme de sac qui est situé dans la partie supérieure de l’abdomen. Il fait partie de l’appareil digestif. Sa fonction consiste à emmagasiner de la nourriture qui a été mangée et d’entamer le processus de digestion des aliments avant qu’ils ne passent dans l’intestin grêle.

     
       
           
     

    Les causes du cancer  

           
     

    On ne connaît pas de cause unique au cancer de l’estomac, bien que l’alimentation semble jouer un rôle un peu plus important que les autres facteurs de risque. Les facteurs qui pourraient accroître le risque de développer un cancer de l’estomac sont les suivants :

    • alimentation riche en sel, en viandes salées et fumées
    • alimentation faible en fruits et légumes
    • gastrite atrophique chronique
    • métaplasie intestinale
    • polypes adénomateux dans l’estomac
    • infection à Helicobacter pylori
    • anémie pernicieuse
    • chirurgie pour retirer des ulcères gastriques ou duodénaux
    • groupe socio-économique défavorisé
    • vieillissement – risque accru chez les personnes de plus de 50 ans
    • sexe – risque accru chez l’homme
    • tabagisme
    • antécédents familiaux
    • exposition professionnelle associée à l’exploitation du charbon, au raffinage du nickel, à la transformation du caoutchouc et du bois d’œuvre, à l’amiante et à la fabrication à partir de produits à base de plomb
    • cancer gastrique héréditaire – risque accru quand le gène CDH1 est altéré
    • emplacement géographique et origine ethnique – risque accru pour les Japonais, Chinois, Coréens, Européens de l’Est et Latino-Américains
    • cancer colorectal héréditaire sans polypose (HNPCC)
    • maladie de Ménétrier (gastrite hypertrophique)

    Chez de nombreuses personnes atteintes d’un cancer gastrique, on ne parvient pas à identifier de facteurs de risque.

     
       
           
     

    Les signes et symptômes  

           
     

     

    Il est possible que le cancer de l’estomac ne cause aucun signe ni symptôme aux tout premiers stades ou bien que les symptômes soient si vagues que la personne aie tendance à les ignorer. Les symptômes deviennent plus apparents une fois que la tumeur cause un blocage ou un saignement ou qu’elle se propage dans les organes et tissus voisins. 

    Pour un grand nombre de personnes, les symptômes sont présents depuis moins de 12 mois.

    Les signes et symptômes d’un cancer gastrique peuvent également être causés par d’autres affections; c’est pourquoi il est important de consulter un médecin lorsqu’ils apparaissent.

    Le cancer de l’estomac peut engendrer les signes et symptômes suivants :

    • changements de la digestion

       -malaise abdominal

       -perte d’appétit

      -brûlures d’estomac (reflux gastrique) et difficulté à digérer

    - sensation de plénitude après un repas léger (satiété précoce)

    -difficulté à avaler (dysphagie)

     -nausées

     -vomissements

    -gonflement

    • changements du transit intestinal

           diarrhée

        .   constipation

    • perte de poids
    • fatigue
    • anémie

    Signes et symptômes tardifs

    Les signes et symptômes tardifs surviennent au fur et à mesure que la tumeur grossit ou se propage à d’autres parties du corps dont les organes.

    • accumulation de liquide dans l’abdomen (ascites)
    • jaunisse
    • faiblesse
    • vomissements de sang ou sang dans les selles
    • masse palpable dans l’abdomen
    • foie enflé
    • masse palpable sur un ovaire
    • saignement dans la partie supérieure du tube digestif
    • blocage dans l’œsophage
    • orifice dans la paroi de l’estomac
     
       
           
     

    Diagnostique et traitement  

           
     

    Diagnostic

    On réalise des épreuves diagnostiques lorsqu'il y a présence de signes et symptômes d'un cancer de l’estomac ou si le médecin soupçonne un tel cancer. Les épreuves peuvent comporter les suivantes :

    • examen physique complet
    • épreuves de laboratoire, comme des analyses sanguines et un examen qui permet de révéler la présence de sang dans les selles (recherche de sang occulte fécal)
    • examens d’imagerie, comme la radiographie, l’échographie et la tomodensitométrie du tractus gastro-intestinal supérieur et de l’abdomen
    • endoscopie du tractus gastro-intestinal supérieur (gastroscopie) ou de la cavité abdominale (laparoscopie)
    • biopsie des zones anormales observées lors d’une endoscopie

    Il est possible qu’on effectue des radiographies, échographies et tomodensitométries supplémentaires afin d’évaluer l’étendue de la maladie, soit à quel point elle a évolué (stade).

    Pathologie et stadification

    Une fois qu’on a diagnostiqué un cancer de l’estomac, on réalise d’autres examens afin de déterminer :

    • le type de cancer gastrique

           l’adénocarcinome constitue le type le plus fréquent de cancer de l’estomac; il représente plus de 95 % des cancers gastriques

    • le stade du cancer gastrique (jusqu’où le cancer s’est propagé)

           le stade est fondé sur la taille de la tumeur, l’atteinte ou non des ganglions lymphatiques et la propagation ou non du cancer à d’autres régions du corps

           le cancer est souvent au stade avancé lors du diagnostic puisque les symptômes aux premiers stades peuvent être assez vagues et même absents

    • le degré de malignité, ou grade de la tumeur (rapidité avec laquelle les cellules cancéreuses se développent ou jusqu’à quel point elles apparaissent anormales)

           les cancers gastriques sont de type intestinal (bien différenciés et à croissance lente) ou diffus (peu différenciés et à croissance rapide)

    Certains des sièges (emplacements) où le cancer de l’estomac se propage le plus souvent sont notamment :

    • organes voisins comme le foie, le pancréas, la rate, le côlon, le diaphragme, la vésicule biliaire, les canaux biliaires et l’intestin grêle
    • ganglions lymphatiques qui entourent l’estomac ou qui logent dans l’abdomen
    • organes distants comme les ovaires, les poumons, le cerveau et les os

    D’autres types de cancers, comme le cancer de l’œsophage, du pancréas, de la vésicule biliaire, du foie, du poumon et de la peau (mélanome), peuvent se propager à l’estomac. Dans un tel cas, le cancer n’est pas considéré comme un cancer gastrique. On dira plutôt qu’il s’agit d’une métastase du cancer d’origine à l’estomac.

    La qualité de la réponse au traitement dépend des facteurs suivants :

    • stade du cancer
    • atteinte des ganglions lymphatiques
    • grade de la tumeur
    • emplacement de la tumeur

    Ces renseignements aideront le médecin à établir le meilleur plan de traitement possible pour chaque personne atteinte d’un cancer de l’estomac.

    Traitement

    Chaque personne atteinte d’un cancer de l’estomac aura un plan de traitement personnalisé établi par son équipe soignante. Celle-ci recommandera des options thérapeutiques basées sur les caractères spécifiques du cancer et sur les besoins particuliers de la personne atteinte. Un plan de traitement du cancer de l’estomac peut comporter l’une ou plusieurs des options suivantes :

    • chirurgie

           pour retirer l’estomac en partie ou en totalité, selon l’étendue et l’emplacement du cancer

           pour prévenir un blocage ou contourner un blocage si le cancer est à un stade trop avancé pour être guéri

           pour insérer une sonde d’alimentation afin de maintenir l’état nutritif de la personne atteinte si elle est incapable de manger pendant une longue période de temps

    • chimiothérapie

           souvent associée à la radiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses qui restent après la chirurgie (traitement adjuvant) et pour réduire le risque de récidive

           pour soulager la douleur et maîtriser les symptômes d’un cancer gastrique au stade avancé

           emploi du 5-fluorouracil, un médicament qu’on associe à la leucovorine et habituellement à d’autres agents chimiothérapeutiques

    • radiothérapie

           souvent associée à la chimiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses qui restent après la chirurgie (traitement adjuvant) et pour réduire le risque de récidive (le 5-fluorouracil est un agent chimiothérapeutique qui rend les cellules cancéreuses plus sensibles aux radiations)

           pour soulager la douleur et maîtriser les symptômes d’un cancer gastrique au stade avancé

    • chirurgie au laser

           mesure palliative permettant de soulager les symptômes et de rétablir la capacité de la personne atteinte à avaler de la nourriture et des liquides

    Soins de soutien

    Un diagnostic de cancer peut engendrer de nombreux défis pour la personne atteinte et sa famille. Chaque personne vivra une expérience différente puisque le cancer, son traitement et la convalescence diffèrent pour chacune. Le cancer de l’estomac peut entraîner certaines inquiétudes, notamment :

    • le suivi, une fois le traitement terminé

           il est important que les personnes atteintes d’un cancer gastrique aient régulièrement des visites de suivi une fois leur traitement terminé; ces rencontres peuvent être assez fréquentes au départ puis se faire moins nombreuses, selon la situation

    • le syndrome de chasse

           il est possible que l’estomac vide rapidement son contenu dans l’intestin grêle après un repas puisque la fonction de l’estomac et l’espace dans lequel s’accumule la nourriture ont changé après la chirurgie; le fait de manger des repas plus légers et de restreindre certains aliments aide à réduire le risque que le syndrome de chasse se produise

    • l’anémie

           il s’agit d’une diminution du nombre de globules rouges qui peut se produire si l’estomac ne peut plus absorber le fer, la vitamine B 12 ou l’acide folique; il peut être nécessaire de prendre des suppléments de fer et d’acide folique ou de faire des injections de vitamines B 12 pour traiter l’anémie

    • le reflux gastrique

           il s’agit du retour de la bile et du contenu de l’estomac vers le haut, soit dans l’œsophage, qui peut se produire en raison de l’accumulation de gaz dans l’estomac; le fait de prendre des antiacides prescrits et d’éviter certains aliments et breuvages peut aider à réduire ou à prévenir le reflux

    • le syndrome de l’anse borgne

           il s’agit d’une obstruction dans le moignon duodénal qui peut se former après certaines interventions chirurgicales et il est possible qu’une infection se développe aussi à cause de l’obstruction; on peut traiter le syndrome de l’anse borgne par le biais de la chirurgie ou de la prise d’antibiotiques

    • la nutrition

           après un traitement du cancer gastrique, la perte d’appétit, la satiété précoce, la perte de poids et même la malnutrition peuvent se manifester; le fait de consulter un diététiste pour adapter son alimentation peut aider à répondre aux besoins nutritionnels d’une personne atteinte d’un tel cancer

     
       
           
---------------------------------------

Image qui suit la souris

Image qui suit la souris