• La linguistique

    COURS
    D'INTRODUCTION
    A LA
    LINGUISTIQUE


     A. Introduction
    La linguistique [science du langage, c'est-à-dire étude objective, descriptive et explicative de la structure, du
    fonctionnement (linguistique synchronique) et de l'évolution dans le temps (linguistique diachronique) des
    langues naturelles humaines] s'est constituée au début du XIXème siècle, mais les frontières décisives ont été
    fixées plus tard dans l'oeuvre de Ferdinand de Saussure (1857-1913). Celui-ci donnait des cours à sa chaire de
    l'université. A partir de notes d'étudiants, Bally & Sechehaye, deux de ses disciples, ont réalisé un ouvrage
    continu, intitulé Cours de linguistique, paru après la mort du maître.
    Il existe une édition critique du cours réalisée par Engler.
    On y distingue deux points pertinents dans l'édition de T. de Mauro (p. 115) :
    -Axe des simultanéités : coexistence de faits
    -Axe de successivité : tous les faits du premier axe avec leurs changements
    La langue est un système d'ordre complexe et il ressort l'utilité de l'étudier selon les deux axes.
    Par conséquent, on observe l'évolution de deux linguistiques :
    - active : synchronique (ligne horizontale) : étudie la statique de la science, [se fonde sur
    l'observation des éléments d'une langue à un moment donné de son histoire, indépendamment de toute
    évolution dans le temps]
    - passive : diachronique (ligne verticale) : étudie l'aspect évolutif de la langue
    Synchronie : état de langue.
    Diachronie : phase d'évolution, système évolutif.
    L'opposition des deux systèmes est développée dans la première partie du cours. On revendique d'abord la
    légitimité d'une synchronie autonome qui ne dépend pas de sujets historiques. Cela représente une attitude
    nouvelle à l'époque car la linguistique s'intéresse surtout à la diachronie.
    On peut étudier une langue sans se référer à son évolution antérieure. Une phrase française peut être étudiée
    d'une manière synchronique : reconnaissance des mots, des sons, des relations entre les unités qui entretiennent
    des rapports entre elles.
    On peut aussi étudier une langue selon une recherche diachronique ou historique, selon son évolution.
    Il y a donc deux manières d'approche pour étudier une langue. La démarcation entre les deux approches est nette,
    bien qu'on ne nie pas l'existence de liens de causalité.
    Les études sur le langage se sont depuis scindées en deux parties. L'historique s'est longtemps tenue à l'écart de
    la réflexion linguistique. Le Cercle de Prague de Roman Jakobson a pourtant fait un effort pour réconcilier les
    approches diachroniques et synchroniques.
    "On ne peut pas poser de barrières infranchissables entre les deux systèmes. L'étude
    diachronique n'exclut pas les notions de systèmes."
    L'étude de l'évolution [ensemble des modifications subies entre deux moments de son histoire] ne porte pas
    seulement sur des objets isolés, mais aussi sur la prise en compte de la structure. L'utilité d'un mélange se
    confirme toujours davantage.
    De plus, une langue se présente toujours comme un ensemble structuré et ne perd en aucun cas son
    rôle de communication.
    L'historien ou diachronicien appréhende des synchronies successives. Cette méthode met en évidence des
    relations entre les changements.3
    Exemple : oncle vient du latin avunculus, en réalité, la base est avunculu-. Peu importe les détails, il s'agit de
    modifications matérielles. Ensuite, au niveau du sens, il y a aussi une évolution.
    avunculus : oncle maternel
    oncle : aussi bien du frère que de la mère
    On a donc un élargissement du champ d'emploi du terme. L'évolution historique se contenterait uniquement du
    changement. La nature du changement ne s'éclaire qu'à la lueur de la synchronie.
    avunculus est opposé à patruus (parenté du père)
    matertera est opposée à amita (tante)
    Le français en revanche ne possède plus que deux termes (venant de avunculus et amita). Tante provient de tua
    amita, puis t'ante, puis tante.
    La disparition des deux mots entraîne une redistribution des fonctions, on assiste donc, au niveau du sens, à un
    élargissement de la sphère des deux mots restants.
    On soulignera ici l'intérêt de la synchronie dans l'étude diachronique. Réciproquement, le point de vue
    diachronique complète la description synchronique.
    B. Problème de la répartition entre la forme pleine le et élidée l' de l'article.
    Le devant consonne : le car, le poison
    L' devant voyelle ou semi voyelle : l'art, l'oison
    Il y a toutefois des exceptions. Certaines voyelles initiales demandent la forme pleine. Par exemple, le hameau et
    l'anneau.
    Le h de hameau est purement graphique, il ne correspond pas à une prononciation. Phonétiquement, on l'écrit
    [amo].
    Il y a une limitation de l'élision non pas du point de vue synchronique, mais du point de vue de l'aspect
    historique. C'est la trace en synchronie d'une réalité antérieure. Au Moyen Âge, hameau ou hamel comportait une
    consonne aspirée. Cette aspiration existe encore au XVIème siècle d'après les grammairiens de l'époque. La
    présence de cette aspiration s'explique par son origine germanique. Il dérive d'un terme ham (village) qui se
    rattache à Heim de l'allemand ou home en anglais. Le terme français provient d'un dialecte germanique, le
    francique des Francs.
    Aujourd'hui, seul le phénomène syntaxique garde cette aspiration. La langue d'aujourd'hui manifeste à étendre
    l'élision (avec un_hameau, pas de liaison) et le hiatus.
    Honteux, par exemple, se prononce parfois avec la liaison, on s'approche ainsi vers la tendance à l'abandon de
    toute trace d'ancienne aspiration.
    Le descripteur de langue rencontre fréquemment des différences dans la synchronie. 50% des auditeurs parisiens
    distinguent entre è (ouvert) et é (fermé). Par exemple, maître et mettre, renne et reine. L'autre moitié ne la fait pas
    et confond les deux sons. Du point de vue synchronique, le synchronicien relève des comportements différents.
    Les parisiens qui connaissent la distinction entre les è et les é sont en moyenne 14 ans plus âgés. Les jeunes
    confondent, mais cette distinction est un trait régressif [changement de point d'articulation qui est orienté de
    l'avant vers l'arrière] qui est en train de disparaître. La prise en compte de l'âge est rendue par les données
    diachroniques. La synchronie dynamique prend ici forme dans une synchronie développée (cf. le livre de
    Martinet). Les méthodes de travail ne sont pas les mêmes. Le descripteur contemporain recueille ses matériaux sur
    des sujets parlants, donc le champ d'observation est un exemple vivant de la langue.
    Le diachronicien, lui, interroge les textes (parfois des enregistrements) et il rencontre des problèmes spécifiques.
    Entre un discours prononcé et sa transcription existe toujours un décalage. L'écriture suppose la réalité, mais ne la
    reproduit jamais parfaitement.
    C. Les signes
    1. Introduction
    Dans un premier type de représentation graphique, le signe [objet, forme ou phénomène qui représente autre
    chose que lui-même] s'associe à un concept, c'est un signe-mot et on appelle cela une écriture idéographique ou
    logographique. Ce système de notation ressemble un peu à nos chiffres. La représentation symbolique des
    chiffres se caractérise par son indépendance de la réalité graphique. Par exemple, 1 s'applique à toutes les langues 4
    : un, eins, one, uno... 1 renvoie directement au concept, sans passer par la phonie. Cela permet une communication
    au-delà des frontières linguistiques, car la compréhension est aisée pour tout le monde.
    L'avantage de ce type de graphie est compensé par un inconvénient : c'est le manque d'économie. Le nombre de
    signes détermine le nombre de mots. Bien sûr, n'importe quel idiome possède un lexique nombreux. Mais si l'on
    prend l'exemple du chinois, il possède plusieurs milliers de signes qui correspondent chacun à un mot différent.
    2. L'antiquité
    Dans l'antiquité, on retrouve cela dans les hiéroglyphes [chacun des signes du système d'écriture idéographique
    des anciens Egyptiens]. Les plus anciens documents remontent à ~ 3'000 av. J.-C. Leur déchiffrement remonte à
    1822 par Fr. Champollion. Ce déchiffrement n'a été possible que par la découverte d'un document trilingue : la
    fameuse pierre de Rosette (port d'Egypte). En 1799, les soldats de Napoléon faisaient des travaux de terrassement
    et ils découvrirent un bloc de pierre avec trois textes : un texte en hiéroglyphe, un en démotique (écriture cursive
    de l'ancienne Egypte) et un en grec alphabétique. Le texte remonte à 196 av. J.-C., époque de Ptolémée Epiphane
    (roi d'Egypte). Dans la version hiéroglyphique se trouvent des idéogrammes [type d'écriture qui représente des
    significations à l'aide de dessins reconnaissables ou abstraits sans se référer à la forme phonique] et des signes
    de valeur phonétique. Il s'agit de pictogrammes [type d'écriture qui représente des significations à l'aide de
    dessins figuratifs ou symboliques sans se référer à la forme phonique d'un énoncé].
    Exemples : - = soleil
    - = montagne
    - = eau (3 lignes brisées)
    Avec ce genre de signes, il faut une très grande convention pour exprimer les verbes. En effet, comment dessiner
    une action ou un état ? Pour aller, on dessine des jambes ; pour manger, un personnage assis portant sa
    main à la bouche. Des procédés complémentaires facilitent la lecture, ce sont 24 signes de valeur phonétique. Ils
    représentent des consonnes et servent à la notation d'éléments linguistiques inexprimables par des idéogrammes.
    Ces signes suppléent aux lacunes idéographiques. Ils s'emploient aussi comme compléments aux idéogrammes
    polyvalents. Ils s'emploient parfois pour plusieurs mots différents d'un même champ sémantique (ex : voie, route,
    chemin). L'interprétation exacte est possible grâce à l'addition d'un de ces signes. Ils s'écrivent soit avant, soit
    après l'idéogramme.
    Cette écriture a aussi recours à des déterminatifs, des idéogrammes de sens générique, ambivalents ou
    polyvalents. Le principe du rébus permet l'emploi de mêmes signes pour des homophones (chant, champ).
    L'égyptien ancien a aussi des homophones. Le même idéogramme fonctionne pour deux mots de sens différents.
    Exemple : le même signe désigne soit une équipe de travailleurs, soit un palais. On fait donc intervenir un
    déterminatif. Pour le premier, on ajoute un homme et pour le deuxième une maison, ce sont des termes de sens
    générique [se dit d'un mot dont le sens englobe toute une catégorie d'êtres ou d'objets. Oiseau est un terme
    générique pour corbeau, moineau...]
    Cette écriture se maintient pendant très longtemps (3'000 av.-V
    ème s. ap.). Or, c'est plutôt un système graphique
    monumental, c'est-à-dire désigné pour les monuments et non pas pour les besoins courants. Pour les besoins
    courants, on utilisait une écriture plus simple, une écriture hiératique [écriture cursive égyptienne dérivée des
    hiéroglyphes monumentaux]. Les signes se simplifient, ils n'ont plus vraiment l'allure d'un dessin et ils s'emploient
    sur un matériau souple : le papyrus. Au VIIème av. J.-C. apparaît le démotique : utilisé pour des documents
    administratifs. La lecture est difficile car les signes se lient entre eux. Cette civilisation est très vénérable.
    3. La Mésopotamie
    Les pictogrammes, comme en Egypte, parviennent à un système mixte (idéogrammes + signes phonétiques). Les
    signes ne renvoient pas à des consonnes, mais à des syllabogrammes (représentation d'une syllabe complète). Le
    développement s'explique par le sumérien même, qui comprend beaucoup de monosyllabes. Pour le tracé des
    signes, les documents se divisent en deux groupes :
    - pour les textes plus anciens, on utilise un roseau à pointe effilée qui est un outil approprié au dessin.5
    - plus tard, on préfère un roseau taillé en biseau qui permet l'inscription d'une marque (difficulté pour
    faire des courbes) . C'est la forme caractéristiques des caractères cunéiformes.
    Exemple de cette évolution dans la forme extérieure des signes : la main
    - documents plus anciens :
    - plus tard : (évoque encore les doigts de la main)
    La combinaison de ces marques permet la représentation de beaucoup de syllabes. On passe ensuite chez les
    Babyloniens dont la langue est l'akkadien (comme l'hébreu ou l'arabe). On conserve le système mixte des
    Sumériens. Ici encore apparaissent des déterminatifs. Le nombre des éléments graphiques atteint plusieurs
    centaines. Les valeurs phoniques sont très variables (cons. + voy.; voy. + cons.; cons. + voy. + cons....). Les
    textes les plus anciens remontent au IIIème millénaire av. J.-C., mais les plus nombreux datent du IIème millénaire : le
    code d'Hammourabi (XVIIIème s. av.). Ecriture différente et compliquée avec beaucoup de signes. Malgré tout, le
    rayonnement culturel permet la diffusion au-delà de son domaine propre, à savoir chez les Hittites (Turquie
    actuelle, même système d'écriture). De la part des anciens Perses, l'emprunt s'accompagne d'une modification
    assez profonde.
    Les Babyloniens et les Assyriens recourent à des caractères cunéiformes pour l'akkadien. L'écriture cunéiforme
    [type d'écriture dont les caractères en forme de coins ou de clous diversement combinés correspondent aux
    empreintes de roseaux taillés que les scribes utilisaient sur des tablettes d'argile fraîche] pénètre chez les Perses
    entre le VIème et le IVème s. av. J.-C., l'époque des Achéménides, fameuse dynastie, célèbre aussi par les guerres
    Médiques. L'emprunt de l'écriture s'accompagne par une simplification du nombre de signes (36), signes de valeur
    mi-alphabétique, mi-syllabique. Le nombre de signes a une valeur ambiguë, parfois le signe renvoie à une cons. +
    a ou une consonne toute seule.
    Exemple : asa (cheval) et asman (ciel). La séquence sa et la consonne s sont représentées par un seul et même
    signe : , asman pourrait se lire aussi asaman.
    L'interprétation se fonde sur des témoignages extérieurs. Le vieux perse se rapporte à des langues voisines,
    sanscrit et avestique (langue iranienne), ceci donne une idée des problèmes de la lecture. Souvent les mots du
    vieux perse se présentent sous une forme approximative, deux ou plusieurs lectures possibles.
    Les difficultés d'interprétation se rencontrent aussi dans le cas d'une écriture grecque syllabique (IIème millénaire
    av. J.-C.). Les signes sont très variés, souvent de types géométriques, correspondant à des syllabes de types
    cons. + voy. ou voyelles toutes seules. Il y a des caractéristiques pour a e i o ou pour la position initiale. Il ne
    fournit pas de signes pour voy. + cons. ou cons. + cons. + voy. C'est dommage pour le grec, car beaucoup de mots
    sont à consonnes finales.
    Ceci a été découvert sur des documents sous forme de tablettes d'argile (XV-XIIème s. av. J.-C.). Ce sont les
    archives de l'empire mycénien. L'écriture s'appelle le linéaire B, écriture syllabique (suppose l'existence du linéaire
    A sur d'autres documents qui n'ont pas encore été déchiffrés, et qui ne le seront peut-être jamais !). Les
    documents parviennent de Cnossos en Crète. Cnossos fournit le plus grand nombre de tablettes, mais elles sont
    très courtes, ce sont souvent des listes, des inventaires qui ne fournissent pas de choses vraiment utiles. D'autres
    tablettes viennent de Pylos, S.-O. du Péloponnèse et aussi de Mycène.
    Sans la connaissance du grec alphabétique du Ier millénaire, les tablettes du linéaire B resteraient inconnaissables.
    Exemple : Cnossos : Cno est décomposé en ko-no-so car il n'y a pas de syllabe pour Cno.
    Ce syllabaire ne distingue pas entre sourde et sonore, le signe pa s'emploie aussi pour ba. Pas de distinction non
    plus entre sourde simple et aspirée pa - pha ont le même signe. Pas de signes distincts pour des syllabes avec r +
    voy. ou l + voy. ® re / ra et le / la ont le même signe. (Ex. : A-re(=le)-ka-sa-da-ra ® Alexandra).
    D. L'alphabet grec
    Il s'agit d'un emprunt une fois de plus (c'est le produit culturel qui connaît une diffusion), emprunt au monde
    sémitique occidental, de Phénicie (ancien nom du Liban). Dans cette région, l'écriture a constitué très tôt un
    système cohérent et simple. Les documents proviennent du site d'Ougarit (Ras Shamra), de là proviennent des
    fragments de textes sur tablettes. La découverte remonte à 1929 par des archéologues français. Le déchiffrement
    ne posait pas de problèmes très difficiles. En 1930, deux linguistes français, Dhorme et Virolleaud, fournissent une
    traduction de ces fragments de poèmes mythologiques. Les documents présentent un grand intérêt pour 6
    l'interprétation de passages de l'ancien testament. Il y a une trentaine de signes représentant exclusivement des
    consonnes. Les voyelles ne sont pas notées. Cela ne pose pas de problèmes graves car les langues sémitiques
    possèdent des racines purement consonantiques. Les voyelles n'interviennent que dans la grammaire. Le contexte
    suffit pour comprendre le sens occasionné par l'absence des voyelles. La forme extérieure des lettres est de type
    cunéiforme. A Byblos, sur la côte phénicienne, se rencontre une écriture purement consonantique ressemblant
    aux lettres de l'alphabet grec : l'écriture phénicienne archaïque avec seulement 22 signes.
    Sous cette forme, l'alphabet se répand dans le Proche Orient (hébraïque, araméen). Grâce aux contacts
    commerciaux, les grecs s'approprient ce système avec un perfectionnement, ils ajoutent la notation des voyelles
    par les signes des consonnes superflues. Par les échanges, cette écriture grecque se propage et atteint les
    peuples italiques : Etrusques et Latins. Pour le latin, la source grecque se complique d'une influence étrusque.
    Emprunt direct et adaptations indirectes par l'intermédiaire de l'Etrusque, d'où quelques particularités.
    Exemple : consonnes vélaires c et g. Il n'apparaît qu'un seul signe. Recei (dat. sg. du nom du roi) correspond à
    regi. La lecture est [regei].
    Le c est purement graphique mais correspond à une sonore. Exemple : virco pour virgo. C. pour Gaius. Le
    domaine des noms propres est particulièrement conservateur.
    D'où vient le g ? C'est une création interne, une innovation des romains en pleine époque historique (milieu du
    IIIème millénaire). C'est le fait probable d'un maître d'école. La création d'une lettre suppose une prise de
    conscience de la réalité phonétique. Le G s'est formé à partir du C auquel on a rajouté un trait. En dépit de ce
    perfectionnement, l'écriture des romains n'est pas parfaite. Il manque une distinction entre les voyelles longues et
    brèves. C'est gênant car cette différence est pertinente.
    Exemple : v.n§ : viens, impératif / v‘n§ : je suis venu, parfait // l.vis : léger / l‘vis : lisse (ces formes qui ne se
    distinguent que par un seul trait se nomment des paires minimales [deux signifiants qui sont des quasihomonymes, c'est-à-dire qui ne se distinguent l'un de l'autre que par un seul de leurs phonèmes]).
    Le grec lui dispose de signes distinctifs, sauf pour le a, i, u qui peuvent être brefs ou longs.
    En latin, on remarque aussi une négligence pour l'accentuation (le ton plus exactement), à l'inverse du grec qui, lui,
    recourt à des accents. Malgré ces défauts, cette écriture connaît une grande fortune.
    E. Le problème de l'orthographe
    Les difficultés de l'orthographe découlent de l'inadaptation de la graphie à la langue : l'écriture n'évolue pas aussi
    vite que la langue. En latin vulgaire, les inscriptions de Pompéi (62-79) ont les formes du verbe avoir tantôt avec
    h, tantôt sans ((h)abere), variante classique et moderne. De toute évidence, ce h ne se prononçait plus et était
    comme un élément facultatif, d'où une valeur nulle du h et par conséquent le sentiment d'une certaine latitude vis-
    à-vis de la graphie. Le h apparaît parfois indûment dans certains exemples.
    Exemple : hostium (nom. acc. neutre ) : porte = ostium. C'est une hypercorrection graphique [forme phonique ou
    graphie dans laquelle on restitue, par erreur, un élément qu'on croit disparu dans l'évolution de la langue] et cela
    fait bien aux yeux du scribe. Les bons auteurs le mettaient. Par souci de bien faire, le scribe mettait des h même où
    il n'y en avait pas.
    En français de même, une certaine liberté existe. Pour payer, on peut dire je paye ou je paie. De plus, on a droit à
    quelques permissions supplémentaires depuis la réforme de l'orthographe en 1990 par l'Académie !!!
    L'indépendance relative de l'écriture par rapport à la langue représente un handicap pour l'évolution phonique.
    L'étude de la transformation des sons revêt une influence majeure, les modifications ont des répercussions sur le
    statut des signes au sein du mot lui-même.
    Exemple : le paradigme avoir : habeo devient en lat. vulg. *ayo > fr. ai. La forme a subi une modification
    importante, mais ce qui est plus grave encore c'est le changement de statut au sein du système verbal.
    Exemple : imparfait : habeba(m) (m = consonne très faible déjà au temps de Cicéron) > lat. vulg. *avéva > fr. avais
    (avoie en anc. fr.)
    Au-delà du changement de la substance phonique, apparaît une fonction nouvelle : au thème s'ajoute des
    désinences, les formes sont donc motivées [dont le sens peut être déduit de leurs composants]. La forme de
    l'imparfait est prédictible par le présent. En français, seul avais est prédictible. Le présent ai est largement 7
    immotivé, il ne répond pas à une règle grammaticale, c'est donc une forme irrégulière. Ceci est une conséquence
    très grave du changement phonique qui modifie le jeu des relations entre les unités du système.
    La phonétique historique établit une classification en fonction de changements conditionnés qui dépendent du
    contexte dans la chaîne du parler.
    L'assimilation [lorsqu'un phonème adopte un ou plusieurs des traits articulatoires d'un phonème contigu] joue un
    grand rôle. Dans la suite du discours, les phonèmes exercent souvent des pressions les uns sur les autres. Plus
    les unités d'une séquence se rapprochent et moins l'exercice de la parole demande de l'énergie. Les organes se
    déplacent moins pour le son suivant, ce qui cause une gymnastique moins importante.
    Assimilation : tendance des segments de la chaîne à devenir plus semblables par influence réciproque.
    Mode d'articulation : façon de mettre en oeuvre les organes de la phonation [décrit le traitement de la colonne
    d'air].
    Exemple : opposition entre une sourde et une sonore (avec ou sans vibration des cordes vocales, consonnes
    simples et aspirées).
    Dans une langue donnée et à un moment donné, une accommodation peut se produire entre une sourde et une
    sonore continue.
    Exemple : le p latin entre deux voyelles. L'évolution se caractérise par la sonorisation de cette consonne. Sáp.re :
    avoir du goût > lat. vulg. sapére : savoir (valeur figurée) > esp. saber (le p se sonorise au contact des voyelles
    voisines) > le b se relâche encore et devient v (bilabiale). Ce n'est pas une loi universelle ! Elle est valable dans
    une circonstance particulière, dans une langue particulière et à un moment donné.
    L'assimilation porte aussi sur le point d'articulation [décrit les endroits des organismes qui sont concernés par la
    production du son]. Les consonnes s'articulent à des niveaux différents (gutturales, dentales, labiales...)
    Exemple : traitement de mn latin en français. Somnus : sommeil (masc.); les mots français proviennent presque
    toujours de l'accusatif ® somnum > m tombe > somnu > somme [som] (il n'y a plus qu'un seul m qui se prononce).
    L'assimilation est ici progressive [le son assimilateur précède le son assimilé] car le trait labial de m porte sur la
    consonne suivante, le m ne se prononce plus qu'une fois (mn > mm > m). On a ici une assimilation de gauche à
    droite, c'est-à-dire que le m modifie le n et non pas le contraire. Pour ce qui est de la date du changement, la
    réponse n'est pas toujours simple. On a souvent recours à une chronologie relative [chronologie qui se rapporte à
    un autre élément pris comme point de comparaison ou point de départ].
    Exemple : vers 880, dans la séquence de sainte Eulalie, on trouve domnizelle (qui vient de dominicella). Le
    groupe existait encore. On a ici un terminus postquem : limite après laquelle se trouve un point de repère. Ainsi,
    on peut dire que le changement a eu lieu au Xème siècle.
    Assimilation régressive : le second phonème influence le premier en le rendant semblable à lui-même, si le
    processus va jusqu'au bout.
    Exemple : petra(m) : pierre > fr. pierre (un seul r est prononcé).
    L'assimilation atténue les contrastes dans la chaîne du parler, dans une certaine mesure seulement. Si l'on assistait
    à cela d'une façon systématique, tout deviendrait semblable et il n'y aurait plus de communication. Il n'y a rien
    d'étonnant si la langue réagit à l'uniformité par des dissimilations réactrices. Or, la tendance des éléments de la
    chaîne à se différencier est moins fréquente et moins régulière. La dissimilation [phénomène par lequel deux
    phonèmes semblables figurant dans le même mot ont tendance à se différencier, l'un d'eux changeant son point
    d'articulation ou même disparaissant complètement] empêche une forme de bégaiement. Elle intervient dans le cas
    d'une succession de syllabes avec une même consonne initiale.
    Les consonnes l et r, ainsi que m et n jouent un rôle important.
    Exemple : Cas de l dans la préhistoire du latin. -~lis (qui concerne la notion exprimée par le substantif de base). Si
    le terme de base comporte déjà un l, alors le suffixe se compose sous la variante -~ris, familiaris (une des
    conséquences de la dissimilation). Miles,itis donne militaris (à la place de militalis, forme attendue); populus
    donne popularis. Il n'y a pas véritablement deux suffixes différents car ils ont la même fonction et les mêmes 8
    valeurs. Ce sont seulement des variantes formelles et conditionnées par l'environnement. Bien entendu, la
    substitution de -~lis en -~ris est un phénomène largement inconscient.
    F. Evolution d'un changement conditionné
    1. Dépendant de l'environnement
    La langue marque des tendances à la dissimilation d'unité phonique à l'intérieur d'un mot. Le phénomène a
    souvent un effet de relâchement dans la langue.
    Exemple : *can-men (pour un neutre, cf. ag-men). Comme il y a une difficulté de prononciation, cette séquence fait
    place à carmen.
    Le n du suffixe dissimile la nasale du radical > carmen. Le changement éloigne un peu le substantif du reste du
    champ lexical, puisque le radical n'est plus tout à fait le même.
    Exemple : gen-men (genus) > germen (graine).
    2. Chronologie du changement et types de changement
    Un terminus antequem est fourni par l'assimilation du groupe nm en mm (inmortalis > immortalis), (canmen >
    cammen, les conditions n'existeraient plus pour une dissimilation). Une fois dissimilée, la stabilité de carmen est
    marquée par son consonantisme intérieur.
    En revanche, on a la combinaison inverse m + r > mbr avec le développement d'un son de transition, c'est une
    épenthèse [métaplasme (changement du signifiant phonétique) qui consiste en l'apparition, à l'intérieur du mot,
    d'un phonème non étymologique] (insertion d'une consonne dans un groupe).
    Exemple : númerus perd le e intérieur déjà à l'époque du latin vulgaire > númrus, développement du phonème de
    transition, ce qui donne nombre en français.
    Symétriquement, un groupe nr > ndr. L'occlusive de transition s'accorde avec la nasale (dentale + dentale).
    Exemple : pón(e)re. L'accent conditionne la syncope [métaplasme par suppression (ou absorption) d'un phonème,
    d'une lettre ou d'une syllabe à l'intérieur d'un mot] de la voyelle intérieure > pondre / •<Zk >
    *•<k`H >•<*k`H.
    Parfois la résolution d'un groupe consonantique s'opère par le développement d'une voyelle d'appui, c'est
    l'anaptyxe (ou voyelle anaptyctique) [phonème supplémentaire, dit parfois aussi euphonique, provoqué par
    l'alignement, par analogie, d'une forme de syllabe rare dans une langue].
    Exemple : des mots latins présentent des substantifs neutres en -clum : saeclum, poclum, piaclum. La norme
    classique opte pour une structure dissyllabique, d'où -culum : saeculum, poculum, piaculum (nom du sacrifice
    expiatoire).
    Le contraire existe aussi, la suppression d'un segment (voyelle entre consonne) s'appelle la syncope. C'est une
    tendance caractéristique en latin (validus > *valide > valde). Le phénomène devient plus important à partir du Ier
    siècle av., les adjectifs en -idus se modifient (callidus > caldus). Les formes romanes reposent sur les variantes
    courtes (chaux / caldus).
    La chute d'un ou plusieurs phonèmes à l'initiale se nomme une aphérèse. C'est rare en latin, on en trouve surtout
    dans les formes de esse et notamment chez Plaute (certum est > certumst).
    La chute, à la finale d'un mot, d'un ou plusieurs phonèmes, du fait d'un changement phonétique est une apocope,
    qui est assez fréquente à cause de l'effet de l'accent (amáre > aimer). Plus rien en français ne garde le souvenir du
    e final, car l'accent frappait le a de la pénultième (cantáre). Le e tombe car l'accent accapare beaucoup d'énergie.
    Dans les langues germaniques, on conserve un accent de première syllabe. En v.h.a. (vieux haut allemand),
    beaucoup se dit filu > viel (plus de trace du u final).9
    Le dernier type de changement conditionné est le réarrangement de segment de deux unités phoniques à
    l'intérieur d'une forme. Le plus souvent on a une interversion ou une métathèse [interversion de phonèmes,
    contigus ou non] qui se rencontre fréquemment pour certains phonèmes, liquides r et l (cf. la langue des petits
    enfants : agérable pour agréable). Entre le français médiéval et moderne, berbis se transforme en brebis et
    formage en fromage.
    G. Evolution d'un changement non conditionné
    Indépendant de l'environnement et spontané.
    Les phonèmes subissent une transformation dans toute leur occurrence. Le remplacement du r roulé en r
    grasseyé (raison, mariage, amour) se fait dans tous les phonèmes, il n'y a pas de différenciation selon la position.
    La confusion du un en é (lundi, [léndi], quelqu'un) se fait partout. Les causes en constituent un vaste chapitre.
    Quels sont les facteurs de l'évolution ?
    La transformation résulte du concours de plusieurs facteurs :
    1. Interne : processus qui évolue à l'intérieur de la langue elle-même.
    2. Externe : étrangers au système de la langue elle-même.
    1) Les conditions mêmes de l'exercice du discours changent, le sujet parlant n'effectue pas chaque fois
    les mêmes mouvements articulatoires. Certains décalages sont imperceptibles à l'oreille humaine, mais saisissables
    par des enregistrements. Cela vaut pour des locuteurs différents surtout. De plus, la langue se transmet de
    générations en générations, il n'y a pas seulement une imitation, mais l'enfant se fabrique son propre système, il
    ne parvient pas toujours au modèle, on a donc un facteur d'évolution. Même une communauté linguistique en
    vase clos ne permettrait pas le maintien d'une forme immuable. Dans la vie, il y a toujours des contacts, des
    échanges, des interférences. Surtout par le biais des locuteurs bilingues ® vecteurs de changements.
    2) A la suite d'événements politiques, on observe des mouvements de population. Le bilinguisme
    augmente et les langues en contacts s'influencent. Si la langue des conquérants s'impose au pays conquis, le
    substrat [de deux langues en contact, c'est la première ayant existé dans l'aire considérée] (langue du pays vaincu)
    demeure toujours (il est sous-latent), cf. la conquête de la Gaule par Jules César. Les Gaulois sont celtiques. Le
    français garde des traces de ce substrat gaulois. Les conquérants empruntent au substrat un certain nombre de
    termes.
    L'inverse existe aussi. Les envahisseurs apprennent la langue des vaincus, c'est le cas des germains dans le Ier
    siècle de notre ère.
    Exemple : les Francs s'établissent en France, apprennent le bas latin et abandonne le francique, mais ils marquent
    la langue des vaincus au niveau phonique du vocabulaire. La langue des Francs s'appelle un superstrat [éléments
    d'une langue parlée conjointement à une autre, qui ne s'est pas finalement imposée et n'a laissé dans cette autre
    que des témoignages].
    La géographie linguistique recourt aussi à l'adstrat [élément étranger qui marque une autre langue de ses
    interférences] (ensemble de faits concordants qui apparaissent dans des langues différentes mais en contact
    géographique), cf. la Suisse multilingue, passage entre les langues. Aux Grisons, échanges importants entre
    l'alémanique et le romanche, surtout à la frontière.
    H. Le phénomène de l'économie
    1. L'économie
    Pour les besoins de la communication aussi, on remarque une tendance à l'économie [l'économie d'une langue est
    le résultat de l'application, à la fonction de communication, du principe du moindre effort] (cf. Martinet, économie
    des changements phonétiques, Berne 1975). L'économie situe toujours les phonèmes dans l'ordre des dizaines, 24
    pour le latin, 36 pour le français et environ 50 pour le sanscrit. Ces phonèmes partagent un ou plusieurs traits
    articulatoires communs, ils s'organisent en groupes plus petits. On les indique par un point et un mode
    d'articulation. Les unités du même point d'articulation constituent un ordre (p, b, m : ordre de (bi)labiales ou les 10
    dentales t, d, n). Les unités d'un même mode d'articulation définissent des séries, par exemple les occlusives
    sourdes p, t, k.
    On obtient un tableau à double entrée :
    labiales dentales vélaires dorsales
    sourdes p t k
    sonores b d g
    nasales m n h
    Dans cet ensemble, les phonèmes se soutiennent les uns les autres. Si une unité est menacée de disparition, sa
    corrélation perpétue son maintien. Dans une telle structure, la perte d'un élément ne représente pas une véritable
    économie.
    Imaginons-nous la fragilité de p, le trait sourd se maintient par t et k et le trait labial par b et m. Les traits se
    maintiennent dans la langue. On parle ici d'une économie seulement en terme d'unité phonique (pas pour les
    traits).
    2. L'intégration
    L'intégration existe à des degrés divers. En français, p et t jouissent d'une bonne intégration, ils s'opposent à des
    sonores, mais aussi à des nasales. Le h (se prononce comme le -ng anglais dans sing) jouit d'une moins bonne
    intégration, car il n'a que le g comme élément commun. De plus, il se limite à la position finale et ne se trouve que
    dans les emprunts à l'anglais.
    Plus un phonème est intégré, moins il aura de risques de changer ou de disparaître. Des unités hors corrélation
    sont davantage exposées à une évolution. C'est peut-être pour cela que les occlusives sourdes ont été bien
    conservées dans le grec, au début et au milieu des mots.
    La sifflante se transforme en souffle à l'initale et disparaît à l'intérieur. Elle n'avait pas de contrepartie sonore (z)
    comme pour p, t, k. Le grec affaiblit et parfois amuit la sifflante. La sifflante du latin n'a pas non plus de partenaire
    sonore.
    Une autre possibilité, pour les phonèmes isolés, est la tendance à s'intégrer dans ce système. La sifflante s'intègre
    à une corrélation [ensemble de deux séries (p f t k série sourde, b v d g série sonore)]. Dans le français, s et z sont
    deux unités distinctives (poisson ¹ poison), ces unités se maintiennent au prix d'une intégration [un phonème qui
    entre dans les rapports proportionnels que constituent les corrélations est dit intégré]. L'évolution obéit à un
    ensemble de facteurs.
    L'isolement d'un phonème ou sa non intégration ne conditionne pas à lui seul un changement, le son l du latin,
    phonème isolé, n'entre pas dans le tableau. Le type articulatoire de l se rapproche du r roulé. La langue aurait pu
    faire l'économie de l'un ou de l'autre. L'histoire des langues prouve le contraire, l et r se maintiennent encore
    aujourd'hui. Cela s'explique par le rôle des oppositions entre les signes linguistiques. Beaucoup de mots sont
    distingués seulement par r et l (r‘x « l‘x) pour la position initiale; (~ra « ~la (autel et aile)) pour la position
    intérieure; (artus « altus) pour la position entre voyelle et consonne.
    3. Le rendement fonctionnel
    r et l ont un grand pouvoir distinctif ou un haut rendement fonctionnel (H. R. F.) (jouent un rôle avec des rapports
    internes). Si deux unités ont un H. R. F., la neutralisation ou confusion n'existe jamais et vice versa. Un exemple de
    B. R. F. est un ( ) et (é)un ( ), type articulatoire très voisin (le ~ indique que l'air passe aussi par les fosses
    nasales); e ou è nasalisé. La différence est le trait d'arrondissement (jeu des lèvres). Le français conserve très peu
    de paires minimales de ce type, il y en a seulement deux (brun (adj.) - brin (subs.) et emprunt (subs.) - empreint
    (adj.)). De plus, ces deux groupes de mots n'ont pas les mêmes classes [ensemble des éléments susceptibles de
    commuter avec un élément donné dans un contexte donné], ce qui accentue encore la neutralisation car les
    risques d'ambiguité sont presque nuls à cause de leur emploi (notons le cas de l'adjectif substantivé mais qui
    n'entre pas en ligne de compte ici).
    On remarque que plusieurs facteurs sont responsables. Que se passe-t-il lorsque deux facteurs sont
    contradictoires ? Que deviennent deux facteurs bien intégrés mais dont l'opposition possède un B. R. F. qui
    favoriserait la neutralisation ? 11
    C'est le cas des chuintantes ch et g en anglais. Toute une série d'unités se situent entre la sourde et la sonore et
    un nombre restreint de paires minimales existent. La bonne intégration suffit à leur maintient. Il y a risque de
    neutralisation si l'addition des rendements fonctionnels d'une opposition se mesure au nombre de mots qu'elle
    permet de distinguer dans la langue; on obtient donc des facteurs statistiques. Ceci joue un rôle au plan du
    discours.
    4. La fréquence
    Les unités linguistiques peuvent être caractérisées par leur fréquence [indice mathématique et statistique calculé à
    partir du nombre d'occurrences d'un élément dans un ensemble de textes]. Plus l'élément est fréquent, moins il
    donne d'informations.
    Imaginons un idiome [désigne le langage d'une communauté à laquelle ne correspond aucune structure politique,
    administrative ou nationale] dans lequel tous les mots commenceraient par a. A l'audition du a, le récepteur du
    message ne serait pas très avancé car tous les mots seraient encore possibles. Ceci démontre que rien n'exigerait
    une articulation soignée du a, sa disparition ne gênerait pas. Le a n'a ici qu'une valeur démarcative qui signale le
    début du mot.
    En revanche, les phonèmes rares donnent beaucoup d'informations, par exemple sl en français. A l'audition de sl,
    une sélection très importante s'effectue et le récepteur avance dans le décodage. Un facteur général de l'économie
    est l'adaptation de la complexité articulatoire avec un minimum d'informations. Les unités très fréquentes ont
    tendance à se simplifier.
    Exemple : monsieur (anc. fr. : mon sieur : seigneur), comme économie le r final a disparu ainsi qu'une modification
    du on (voyelle nasale ) qui perd la nasalité et se réduit à o dans un premier temps, cette voyelle acquiert un
    statut solide. La voyelle est susceptible de disparition totale (j'ne remplace je ne), on remarque un double
    affaiblissement.
    Le principe de l'économie joue un rôle important. En résumé, ces facteurs s'expliquent par une tendance générale à
    l'économie de la langue qui intéresse :
    1. Le degré d'intégration des phonèmes.
    2. Le rendement fonctionnel : pouvoir distinctif des unités.
    3. Le rapport entre la quantité d'informations et la fréquence : plus celle-ci est fréquente, moins il y a
    d'informations et vice versa.
    I. Aspect morphologique
    Les unités constituent aussi des systèmes et des sous-systèmes : les paradigmes qui sont des ensembles de
    termes en relation (déclinaisons, conjugaisons) (je suis, j'étais, je serais : le paradigme est présent, imparfait ou
    futur).
    Les changements pour économie s'effectuent aussi sous l'effet de l'analogie qui est une tendance à refaire les
    formes d'après des modèles. Cela signifie que les types réguliers agissent sur les types anomaux [désigne un
    énoncé grammaticalement correct, pour lequel on ne peut fournir aucune interprétation sémantique à l'aide de
    critères linguistiques et dans le cadre du code de la langue ordinaire] dans le sens d'une régularisation.
    Exemple : honneur vient de honos (nom. anc.), honorem, honoris, en dehors du nominatif singulier, le thème est
    honor-, seul le nominatif singulier fait exception. L'analogie joue dans le sens d'une extension de honor au
    nominatif.
    Dès le IIème ap., on trouve ces analogies. Elles ne s'expliquent pas seulement par les cas obliques, mais aussi par
    les paradigmes sans alternance consonantique.
    Exemple : orator, oratorem, nominatif en r ® rapport inter- et extraparadigmatique, c'est le principe de la
    quatrième proportionnelle ou proportion analogique.
    1. Uniformisation des masculins pluriels allemands12
    L'histoire de la déclinaison allemande manifeste une tendance à l'uniformisation des masculins pluriels. En vieil
    allemand, on rencontre deux types concurrents :
    1) tag qui donne taga au pluriel
    2) gast qui donne gesti au pluriel < *gasti > Gäste
    La finale i du pluriel dans le deuxième type a déterminé une modification de la voyelle radicale, action du i sur le a,
    c'est un phénomène d'assimilation partielle à distance (cf. voûte palatine des voyelles dans la linguistique
    historique du latin, p. 2). Le passage d'un a à e rapproche la voyelle de la voyelle la plus fermée. Ce phénomène
    pour l'allemand s'appelle l'Umlaut ou métaphonie [assimilation du timbre d'une voyelle à celui d'une voyelle
    voisine].
    L'évolution phonique modifie aujourd'hui légèrement ses pluriels, la seule différence se marque dans le radical. Un
    certain nombre de mots du premier type passent dans le second type.
    Exemple : Baum (avant bauma, on s'attend à baume et Bäume ne se justifie pas à cause du a final. Skaz,-a >
    Schatz > Schätze, inexplicable du point de vue uniquement phonétique. Chaise aussi donne stuol > stuola >
    Stühle.
    Nous obtenons ici un transfert du premier type dans le deuxième par analogie. Il est remarquable que le pluriel
    complexe l'ait emporté au détriment du pluriel plus simple. Le polonais Kurytowicz cherche l'explication par une
    tendance à une différenciation maxima ou polarisation, le pluriel se différencie le plus possible du singulier par
    clarté.
    Il donne une première règle : un morphème bipartite (constitué de deux éléments) tend à s'assimiler à un morphème
    de même fonction consistant uniquement en un des deux éléments. Le morphème composé remplace le morphème
    simple. Pour les deux éléments du morphème complexe, e et le timbre de Gäste, les deux composants ne seraient
    pas sur le même plan, la sphère d'emploi n'est pas la même. Tous les mots du type Gast font le pluriel en e. Une
    partie des termes en revanche ne témoigne pas du Umlaut, les voyelles e et i (fermées), n'ont pas d'action sur
    l'élément du radical.
    Exemple : pas : scrit > scriti (type 2) > Schritte, le i n'est pas modifié car il n'y a pas de fermeture possible du i.
    L'Umlaut a un champ d'emploi plus petit que e et il est donc subordonné à la désinence e. Cette notion de
    hiérarchie n'intéresse pas seulement les unités mais parfois aussi les catégories toutes entières, paar exemple les
    masculins et les féminins dans la grammaire.
    2. Le présent et le parfait
    Le présent est le temps fondamental et le parfait est parfois inféodé au présent. Les changements se font à partir
    du présent vers le parfait et non pas l'inverse.
    Exemple : lat. vinco (nasale), en principe la consonne n'apparaît pas au parfait > vici / fundo : verser > fudi / rumpo
    > rupi. Cependant, n se rencontre aussi dans le parfait, jungo > junxi (analogie par extension du radical du
    présent), pingo > pinxi, fingo > finxi (parfait analogique).
    Ce phénomène se constate aussi dans les formations en -sco; noscÇ > nÇv§, (-sco possède une valeur inchoative
    [l'action est envisagée soit dans son commencement, son début, soit, de façon plus lâche, dans son devenir]). Le
    parfait ne comporte pas normalement le -co, car c'est logiquement incompatible.
    Exemple : poscÇ > poposc§, misceÇ > miscu§ (cf. redoublement en grec).
    Dans les limites d'un seul temps se produisent parfois des nivellements analogiques. Par exemple, en français, le
    présent des verbes en -er se comporte en fonction de la dominance des formes pourvues d'une désinence. Dans
    l'ancien français, trouver avait le radical treuv- au présent, sauf pour nous trouvons et vous trouvez. Pourquoi le
    radical trouv- s'impose-t-il au dépend de treuv- qui domine ?
    Seulement trouvons et trouvez possèdent une désinence réelle. Les autres se fondent dans le radical. Ces deux
    formes ont donc un statut supérieur et imposent leur structure. Le membre constitutif (radical) et le membre
    subordonné (désinence) forment le fondement de la forme la plus simple qui ne consiste qu'en un radical. Il y a
    des exceptions, aimer par exemple, où on avait aussi une alternance (sing. : aim- et 1ère et 2ème du pluriel : am-).
    Le nivellement a profité au radical du singulier. La cause est un autre facteur. La fréquence peut avoir joué un rôle.
    Am- est la forme la plus forte. On ne parle pas ici de fréquence dans le système, sinon am- serait resté, mais de
    fréquence dans le discours. J'aime et tu aimes ont une importance particulière (cf. Monique St Elier, Bois-mort, 13
    Paris, 1934, p. 106 : "... je t'aime, tu m'aimes..."). Les deux formes apparaissent. Ce comportement fréquent est peut-
    être responsable de la disparition de am-. Il se maintient malgré tout dans ami et amant, amour est lui un emprunt
    à l'ancien provençal.
    Etymologiquement, amant est l'ancien participe présent du verbe. Une fois substantivé, le mot s'est éloigné du
    système verbal et a échappé à j'aime, tu aimes... La forme amant a été reléguée dans une fonction périphérique,
    dans un contexte particulier. Aimant et amant ont deux sens différents. Dans cette évolution du sens, deux formes
    se conservent et se redéfinissent.
    Exemple : pouvoir : je puis a la priorité *posseo > puis. Peux s'explique par une extension analogique de la 2ème
    personne : potes > peux qui s'étend à la 1ère. Les deux coexistent aujourd'hui dans des définitions différentes.
    Peux est la forme nouvelle et principale. Puis s'emploie dans les interrogations (Puis-je ?), dans les tournures
    négatives aussi (je ne puis). Le registre est différent ici aussi, puis est une forme élégante et recherchée, dans la
    littérature surtout (cf. J.-J. Rousseau, Rêveries du promeneur solitaire, 10ème promenade : "Je puis véritablement
    dire avoir vécu.").
    La nature de certaines formes analogiques procède d'une réinterprétation de la part du locuteur. Les noms de
    métiers en i et r : porter > portier; lift > liftier; luth > luthier. Potier se constitue régulièrement, pot + ier, le t
    existait dans la prononciation, mais anciennement. Du moment où t disparaît, le sujet parlant réinterprète
    inconsciemment le dérivé de potier. Il se dit po-tier. On a un indice indirect, une réutilisation de -tier dans des
    dérivés : bijou > bijoutier; ferblantier; grutier. Le suffixe se dédouble en quelque sorte. On suppose ici une
    réinterprétation chez le sujet parlant (de plus : porc > porcher; horloger, derrière ch et g on obtient une
    simplification).
    3. La rection
    Au changement morphologique s'ajoute des traits d'évolutions dans le domaine de la syntaxe historique, comme
    la rection [lorsque la présence d'un monème (unité minimale de première articulation, dotée d'une forme et d'un
    sens) grammatical est conditionnée par la présence d'un monème qui le précède et qui, généralement, appartient à
    une classe ou une catégorie différente]. On a une dépendance avec les éléments de la phrase, comme l'accord de
    l'adjectif, de l'attribut, du pronom relatif. Elle s'occupe aussi de l'ordre des mots et de l'articulation de la phrase
    dans le discours. Les sons ou les formes d'une langue sont dénombrables, il n'existe pas en revanche un ensemble
    fini de phrases. Ceci est un obstacle à l'établissement de règles de correspondances. Les structures syntaxiques
    manifestent des tendances.
    En latin, dans un énoncé non marqué et neutre, les termes se présentent dans l'ordre S., O., V. (sujet, objet, verbe)
    (milites flumen transiunt); le français lui illustre S., V., O. (les soldats traversent le fleuve). Les choses ne sont pas
    fixes, la pronominalisation demande des changements en français (les soldats le traversent), la relative fait aussi
    des changements. La structure dépend de la nature même des éléments de l'objet, pour le domaine de la rection
    (un verbe régit un complément).
    Soit le type des mots en -tio. En latin archaïque existent encore des compléments à l'accusatif se comportant
    comme le verbe, d'où une limitation d'emploi. L'amphitryon de Plaute, vers 519 : "Quid tibi hanc curatio 'st rem."
    (aphérèse du e de est derrière une voyelle), (pourquoi est à toi le soin de cette affaire), se rattache à curare + acc.
    Ceci est valable pour le latin archaïque, en latin classique on aurait hujus rei (génitif). On a donc un changement
    syntaxique dans le domaine de la rection.
    Dans la syntaxe du verbe, un changement caractéristique consiste dans le passage d'une construction intransitive
    à une construction transitive. On remarque un changement de sens. Soit habere, intransitif, se réfère à une
    situation : se tenir, se trouver, habiter (cf. habitare venant de habere). Avec un régime direct, il signifie tenir,
    détenir et avoir, il y a une polysémie [propriété qu'a un même signifiant de présenter plusieurs signifiés] (pluralité
    de sens selon son emploi). Cela provoque même le dédoublement d'une unité lexicale.
    4. Dédoublement d'une unité lexicale
    Par exemple, voler en français, intransitif : groupe de locomotion et voler, transitif : dérober, s'approprier
    illégalement. Ces deux unités n'ont en commun que le signifiant (forme concrète du signe linguistique), la forme :
    ils sont homonymes. Ils ont une parenté d'origine, un seul élément lexical. On a un indice dans le sens d'une
    ramification d'un champ conceptuel. Voler, intransitif, possède une riche dérivation (s'envoler, volatile, volaille,
    volière, vol). Par contre, voler, transitif, n'a que deux dérivés (vol et voleur). Cette situation inégale suggère que 14
    voler transitif est relativement récent. On a donc un emploi particulier de voler intransitif, confirmé par la
    chronologie et un emploi limite. La chronologie figure dans les bons dictionnaires (Robert) qui donnent une date
    relative. Voler dans les airs existe depuis 880 (~ les origines, le français commençant avec les serments de
    Strasbourg (842)). L'homonyme n'apparaît que depuis 1540 environ (XVIème), auparavant on utilisait dérober ou
    rober (allemand rauben), c'est un emprunt [intégration à une langue d'un élément d'une langue étrangère].
    L'emploi limite : expression de la fauconnerie, "le faucon vole la perdrix", la saisit en vol, emploi particulier, le
    verbe comporte un régime (mot ou groupe de mots régis par un autre). L'exemple illustre les deux sens à la fois. Le
    contexte a permis l'apparition du néologisme de voler. C'est un verbe relativement récent. La comparaison avec les
    autres langues montre que volare (italien) et volar (espagnol) ne signifie que voler dans les airs. Le latin ne se dit
    que pour le déplacement dans les airs.
    La naissance d'une unité lexicale à partir d'une acception particulière s'accompagne parfois d'une différence
    formelle. Deuil en français : la graphie avec i ne remonte pas au-delà du XVème, en ancien français on disait duel
    qui remonte au latin dolus, qui signifie ruse et ne s'accorde pas avec le sens de deuil, ni avec l'italien duèlo :
    douleur profonde et l'espagnol duelo. En réalité, l'expression des langues romanes remonte à un autre dolus de la
    famille de dolere (dolor). Dolus n'appartient pas au latin classique, il se rencontre seulement dans le latin tardif
    dans des inscriptions.
    Exemple : un texte découvert à Puzol, Naples, sur une pierre tombale. Un père a dû enterrer son fils : "c'est lui qui
    aurait dû me faire ce tombeau, plutôt que de laisser le deuil (dolum) à ma vieillesse."
    En latin classique, la notion de deuil fait partie du sémantisme de dolor. Cicéron, de Oratorio, 2, 199 : "Par mon
    discours, je ravivais la douleur (dolorem), de ceux qui avaient à pleurer des parents."
    Ainsi dolus est une simple variante de dolor. Pourquoi apparaît-il ? Cela s'explique probablement par des
    considérations formelles et sémantiques :
    - forme : le paradigme de dolor renferme une forme ambiguë : le génitif pluriel dolorum. Une
    réinterprétation permet le changement à dolus.
    - sens : il y a des exemples limites : dolus : mal, malice; mal s'apparente à douleur.
    L'exemple ambigu remonte au Ier ap., dans la Thébaïde de Stace, 5, 117-119, qui fait allusion aux crimes des
    Danaïdes qui tuèrent leur mari avec la complicité de leur père qualifié de "la‘tus (riche) dolorum (ruse et deuil)." La
    ramification au dédoublement lexical se produit à l'époque du latin tardif. La comparaison des langues romanes
    joue un rôle. L'histoire d'une langue particulière s'appuie aussi sur l'histoire des langues du même groupe.
    J. Historique de la linguistique comparée
    La linguistique comparée se développe à partir du XIXème siècle. Parmi ces observateurs de période plus ancienne,
    figure Dante (1265-1321), auteur aussi d'ouvrages didactiques en latin. Dans le de Vulgari Eloquentia, il signale
    les affinités entre l'italien, l'espagnol et le provençal. Au XVIème siècle, Sassetti, un italien, fait un séjour en Inde à
    Goa (partie occidentale) de 1583 à 1588. Il se familiarise avec le sanscrit et y note des correspondances entre les
    deux langues.
    Au XVIIIème siècle, un savant français, le père Coeurdoux, réside en Inde dans une colonie française, Pondiceri.
    Dans une correspondance avec l'abbé Barthélémy, il note la ressemblance du sanscrit avec les langues anciennes,
    sans grandes conséquences jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, à la suite d'une communication de W. Jones, 1786, à
    Calcutta. Il s'intéresse aussi à la culture indienne et dit : "la langue sanscrite est une structure merveilleuse, plus
    parfaite que la langue grecque et latine, d'une culture plus raffinée que l'une et l'autre. Mais la parenté est si étroite
    (déclinaisons, racines) qu'on ne peut en imputer au hasard." Il stipule une source commune (indo-européen) qui
    peut-être n'existe plus.
    Le voyage de William Jones à Calcutta marque les débuts de la linguistique comparative. Il ajoute au latin le
    celtique, le gotique et le perse. Ainsi est née l'idée d'une famille de langues, de même que l'école des langues
    orientales fondée en 1865.
    Dès le début se développe un foyer d'études indiennes avec Silvestre de Sacy. Des Français et des Albanais
    reçoivent ses leçons. Surtout Friedrich von Schlegel et aussi Franz Bopp. Avec Schlegel (1772-1829) apparaît pour
    la première fois la notion de grammaire comparée. Dans un ouvrage célèbre Sur la langue et la sagesse des 15
    Indiens (de la langue et de la philosophie des Indiens) du français G. Manget (1808), cette grammaire emprunte
    ses concepts aux sciences naturelles (botanique, zoologie,...). Il compare les langues à des organismes vivants
    (naissance, croissance, maturité, déclin et mort des langues). Il compare les racines fertiles des langues
    flexionnelles et celles stériles des langues non-flexionnelles avec des jugements de valeur. Le sanscrit jouit d'un
    prestige extraordinaire dans la perfection. La principale difficulté réside dans la méconnaissance de la graphie. Les
    comparatistes opèrent d'abord sur des lettres et non des sons, cf. l'Allemand Jakob Grimm (celui des contes) dans
    sa Deutsche Grammatik, 1819.
    1822 apporte surtout la découverte de la fameuse mutation consonantique de la langue germanique. La
    présentation de cette mutation n'est pas tout à fait correcte, à cause justement de la méthode qui s'appuie d'abord
    sur la graphie. Les premiers comparatistes manquaient parfois de rigueur. De là est née une certaine hostilité de la
    part des philologues classiques. Cet antagonisme est assez persistant durant tout le XIXème siècle.
    Le Danois Rasmus Rask (1787-1832) commet certaines erreurs, mais il réalise des progrès remarquables grâce à
    une méthode scientifique élaborée. Les phénomènes grammaticaux à champs lexicaux sont beaucoup moins
    perméables à l'emprunt que le vocabulaire. Il formule dès 1814 les règles de la mutation germanique.
    Malheureusement, le graphème [unité graphique minimale entrant dans la composition de tout système d'écriture]
    est toujours au centre de son raisonnement. L'académie des sciences posait des problèmes à la sagacité des
    savants. Rask écrit un mémoire Investigations sur l'origine du vieux Norrois ou Islandais. Ce mémoire est achevé
    en 1814 et ne paraît qu'en 1818, ce qui lui vaut le prix d'une mission en Inde (1816 à 1823). Il n'y a pas de
    conséquences décisives pour la grammaire comparée, car il reste avec l'idée du XVIIIème. Il veut réviser la
    grammaire générale par un travail de première main sur les langues naturelles. Ceci s'inscrit davantage dans le
    secteur des études typologiques. Il a fait un rapprochement et un classement des langues de structures
    comparables.
    Bopp (1791-1867), un savant allemand très travailleur, apprend très jeune le sanscrit. Cette base lui donne les
    moyens d'une recherche comparative très remarquable (en 1816, naissance de la discipline), Sur le système du
    sanscrit comparé au grec, au latin, au perse et à l'allemand. Sa grammaire comparée (1833) s'enrichit du lituanien
    et du slave. La deuxième édition intègre aussi l'arménien. Même le celtique et l'albanien font l'objet de ses travaux !
    Il s'intéressera aussi aux langues du Caucase, la Mélanésie, la Polynésie et l'Indonésie. Bopp rêvait de remonter
    aux origines mêmes du langage, voici une belle manifestation du romantisme !
    Tandis qu'il s'attelait à des faits concrets en dépit de la phonétique et de la morphologie, apparaît Auguste
    Schleicher (1821-1867) et une deuxième génération de comparatistes. Il a écrit Abrégé de grammaire comparée des
    langues indo-européennes, Weimar, 1861-1862. C'est une sorte de bilan des connaissances de l'époque, une
    synthèse du savoir linguistique. Cette oeuvre se ressent de sa formation initiale (il est botaniste), il a du goût pour
    les classements. Sous l'influence de la théorie évolutionniste de Darwin, la diversification des langues indoeuropéennes est un fait naturel. Elles ont la forme d'un arbre généalogique. A partir du tronc de l'arbre, on trouve
    deux fortes branches : d'une part les langues de l'Inde et de l'Iran (Aryen), le grec, l'italique et le celtique; d'autre
    part le balte, le slave et le germanique. Au noeud suivant, on trouve d'une part l'indo-iranien et le graeco-italoceltique et d'autre part le balto-slave et le germanique. Ainsi de suite jusqu'aux langues individuelles. Le slave et
    le balte s'expliquent par influences réciproques tandis que les autres par une branche mère.
    Un disciple de Schleicher, Johannes Schmidt oppose à la théorie de l'arbre généalogique la théorie des ondes.
    Selon ce modèle, les innovations partent d'un point et gagnent des choses toujours plus éloignées (cf. le caillou
    qui tombe dans une mare). C'est le début de la géographie linguistique. Schleicher montre un vif intérêt pour la
    syntaxe (agencement des formes de l'énoncé) qui n'est pas étranger à la composition qu'il a faite d'une fable en
    indo-européen historique, la brebis et les chevaux. C'est un outil heuristique (qui aide la recherche). Ceci n'est
    pas possible sans un intérêt pour la syntaxe. On a une version améliorée de Hirt (XXème).
    Schleicher s'intéressait aussi à la typologie des langues et à la ressemblance des structures; on a une première
    tentative de ce classement. Quand les rapports entre les termes énoncés s'expliquent par leur positions
    successives, on a affaire à une langue isolante (type du chinois). Quand les fonctions syntaxiques s'expliquent à
    l'aide d'affixes (les éléments figurent ou à la fin ou au début, préfixe + suffixe), on a affaire à une langue
    agglutinante. Quand le procédé met en oeuvre la variation d'une désinence ou la modification du radical, on a
    affaire à une langue flexionnelle (type de l'indo-européen). Les manuels se réfèrent encore à ce classement
    tripartite, il s'accompagne d'un jugement de valeur. Schleicher postulait le passage d'une structure isolante
    (rudimentaire) au type flexionnel (parfait), mouvement ascendant. Arrivée au sommet, la langue revenait en arrière
    dans un mouvement descendant, car la règle était censée se dégrader (idée d'un mouvement de vagues).
    Conception fausse aujourd'hui bien entendu.16
    Une réaction aux idées de Schleicher se manifeste déjà dans les années 1870. Les jeunes comparatistes ne
    s'accommodent plus des postulats de leurs devanciers. La primauté absolue du sanscrit dans les langues vivantes
    ne fait plus foi. Les progrès de la grammaire historique se répercutent sur l'entreprise indo-européenne. En 1876, à
    Leipzig, tout cela prend un tournant sous l'influence de Karl Burgmann. Il se brouille avec son maître Georg
    Curtius. Celui-ci rejetait une hypothèse féconde et incontestable aujourd'hui de son élève d'une nasale syllabique
    en indo-européen (n). Burgmann fonde sa propre revue avec Osthoff, Recherche morphologique dans les
    langues indo-européennes. Le premier numéro paraît en 1878, les éditeurs donnent le ton des nouvelles
    recherches. Dans le contexte de cette polémique, les jeunes ont été baptisés du nom de néo-grammairiens,
    quelque peu irrévérencieux. Leur contribution est essentielle. Les travaux sont d'une rigueur sans précédent. Karl
    Verner a trouvé l'explication d'une exception apparente à la mutation consonantique, pour les cas qui faisaient
    difficultés. C'est très important car les comparatistes estiment que l'évolution des sons s'explique par des lois, s'il
    n'y a pas d'exception. On appelle changement aveugle le changement qui ne connaît pas d'exception. Osthoff s'est
    occupé du grec, Leskien du slave et Burgmann rassemble les résultats des traditions philologiques et écrit une
    grammaire comparative des langues indo-européennes avec Delbrück (1886-1900).
    La linguistique historique trouve son théoricien avec Herman Paul, Principes d'histoire linguistique (1880). Au
    renouvellement de la discipline participe un linguiste suisse, Ferdinand de Saussure (1857-1913). A 21 ans (1878),
    il publie son mémoire, Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes. Ce livre
    démontre et propose une conception nouvelle du vocalisme indo-européen. Les comparatistes reconnaissaient
    jusque-là le système vocalique du sanscrit (3 timbres a, i, u), (e et o en sanscrit sont longs car ils se transforment
    en ay et av devant voyelle). La langue est très conservatrice sauf dans le domaine du vocalisme. Il montre
    l'inadéquation du vocalisme sanscrit dans l'indo-européen et préfère celui du grec et du latin (i, e, a, o, u). Sa
    théorie reconnaît aussi des phonèmes disparus dans les langues préhistoriques. L'existence de phonèmes
    disparus était une intuition correcte, la découverte de textes hittites confirme cette hypothèse. Ces phonèmes
    indo-européens disparus par la suite s'appellent des coefficients sonantiques. On introduit le terme de schwa
    (vient de l'hébreu et signifie vide), plus tard le terme de laryngale qui évoque le type d'articulation de ces
    phonèmes. Saussure enseigne la grammaire comparée à Paris dans les hautes études de l'école. A. Meillet (1866-
    1936) recueille et enrichit l'héritage sausurrien. Après Meillet, il y a aussi E. Benveniste (1902-1976). Meillet donne
    un essor immense avec des travaux sur les diverses langues de la famille. Les points de méthode à respecter dans
    la comparaison ont été énoncés dans un opuscule, la méthode comparative en linguistique historique,
    publication d'une série de conférences. Les principes restent en grande partie valable aujourd'hui.
    K. La méthode comparative
    1. Les principes de la démarche dans la comparaison génétique des langues d'une famille.
    Les rapprochements portent sur les sens de termes identiques ou plus ou moins conciliables et sur des formes
    correspondantes. Elle vise un type de rapport régulier et il y a régularité lorsqu'il y a récurrence des traits
    semblables aux différents termes.
    On observe deux critères : les deux faces du signe entrent en ligne de compte :
    - le signifié [composant d'un signe saussurien à laquelle renvoie le signifiant, il s'agit d'un concept],
    contenu,
    - et le signifiant [forme concrète, perceptible à l'oreille, qui renvoie à un concept, le signifié], la forme.
    Les identités et les différences se retrouvent et se répètent dans une série d'équations parallèles. Si l'on n'a qu'une
    seule face du signe, c'est insuffisant pour la comparaison. Chien - dog -Hund se rejoignent au plan sémantique,
    bien que les formes soient incompatibles. Ces différences ne se retrouveraient pas dans des équations parallèles.
    Hund et hound (all. Hund : angl. hound, les : sont le symbole du rapport génétique) se retrouvent dans des
    formes particulières. La différence de vocalisme caractérise une série de termes synonymes (Grund : ground /
    gesund : sound). Les éléments superposables n'impliquent pas le préfixe, on a donc une récurrence des
    ressemblances dans une série. Plus la série est longue, moins la ressemblance n'a de chance d'être fortuite, le
    hasard sera donc exclu. La légère déviation de sens ne fait rien car ils sont conciliables. En vieil anglais, hund
    désigne encore le chien en général, l'apparition de dog vers la fin du Moyen Âge a relégué hound dans une
    certaine spécialisation pour le chien de chasse.
    La comparaison a intérêt à se baser sur les termes les plus anciens. Elle repose sur la constatation du caractère
    cumulatif du changement, les termes s'ajoutent les uns aux autres et s'éloignent de plus en plus du tronc indo-17
    européen. Les formes les plus archaïques offrent les plus grandes sources en vue de la reconstruction du
    prototype.
    L'anglais fee (rétribution, prix à payer) et l'allemand Vieh (nom du bétail) ont des sens qui ne concordent pas bien
    dans l'état de langue contemporain. Le retour en arrière justifie le rapprochement. En vieil anglais, il signifie
    richesse en général ou bétail dans divers contextes, il rejoint ainsi le correspondant de l'allemand. Ceci s'explique
    par un contexte extra-linguistique, le milieu rural en l'occurrence. Au plan formel, l'anglais moyenâgeux (partie
    occidentale du germanique) présente encore une diphtongue (feoh), du côté de l'allemand le mot est dissyllabique
    (fihu). Avec la même structure de deux syllabes, le gotique (partie orientale) offre la forme faihu (sens d'argent).
    En vieux scandinave (partie septentrionale) (v. isl.) apparaît le terme f‘ qui désigne la richesse, mais se rapporte au
    bétail dans l'expression (gangandi f‘ : la richesse marchante = le bétail). Notions bien représentées sur l'ensemble
    du domaine germanique.
    2. La restitution d'un terme
    Pour les besoins de la restitution du terme, les formes longues dissyllabiques constituent un matériel privilégié. Le
    passage de fihu à Vieh est un exemple. Les traits typiques du germanique dûs à l'accent dynamique de la première
    syllabe occasionnent une usure très forte de la syllabe finale. Cela invite le comparatiste à retenir les formes
    longues.
    A l'initiale, la consonne f s'impose pour le prototype en raison de l'unanimité des langues représentées. Cette
    restitution de f répond à un critère de simplicité en terme de probabilité. La conservation du f est plus probable
    qu'un changement répété d'une autre consonne qui aboutirait partout au f. C'est une raison de simplicité ici. Ainsi
    la forme théorique du germanique archaïque commence par *f .
    A l'intérieur, l'accord du vieil allemand et du gotique plaide pour un h (fehu - fihu). Le germanique commun avait
    une voyelle u. La restitution pose peu de problème jusqu'ici (*f hu).
    Il reste à définir la voyelle de la première syllabe, plus difficile car on a une certaine variété (i, e, eo et ai). En v.
    angl., on peut montrer que la diphtongue eo est conditionnée par le h, c'est une forme prise par le e devant
    l'aspiration.
    Des données complémentaires sont indispensables à la démonstration. Le v. angl. et le v. saxon concordent avec
    le vocalisme e bref.
    être, séjourner se dit en v. angl. : wesan et en v. sax. : wesan (infinitifs)
    manger etan etan
    parler sprecan sprekan
    Quand la voyelle e précède h en v. sax., le v. angl. présente la séquence eo.
    faire de l'escrime feohtan fehtan
    droit reoht reht
    garçon cneoht cnecht
    La distribution est claire, h entraîne eo où se cache un . bref. Cela est vrai aussi pour le nom du bétail feoh qui
    doit être ramené à < *feh. Le ‘ du v. isl. (f‘) s'explique à partir du *feh par disparition de la consonne aspirée
    suivie d'un allongement compensatoire. Une seule forme semble adhérente, c'est le v. all. fihu. Une analyse interne
    de l'allemand dénonce le caractère secondaire de fihu. i se substitue souvent à e si un u suit.
    donner en v. all. fait geban gibu (1ère sg. prés.; on attendrait gebu, mais la présence du u va de paire
    avec la fermeture du e, fermalisation)
    neman nimu
    beran biru
    Il y a un conditionnement particulier qui entraîne la fermeture du e en i ® fihu < *fehu.
    Þ *fehu serait la forme ancienne, le dénominateur commun, la forme du germanique commun prédialectal,
    indifférencié.
    Le germanique est une branche parmi la grande famille indo-européenne, c'est un pallier entre l'allemand et l'indoeuropéen.
    3. Exemple de reconstruction jusqu'à l'indo-européen commun
    Le nom du maître ou de l'époux, personnage investi d'autorité.18
    latin potis (potis sum > possum)
    grec B`F4H
    sanscrit pátis
    Pour ces trois formes, il n'y a pas de discordance gênante entre les sens.
    Pour le phonème initial, les exemples illustrent trois fois la lettre p; en vertu du critère de simplicité, on retient p
    pour le prototype ® *p (les changements d'une autre consonne en p sont moins probables et il serait difficile
    qu'ils puissent affecter toutes les langues d'une manière identique).
    Pour la voyelle médiane, le latin et le grec concordent, mais le sanscrit présente a. Avant le mémoire de Saussure,
    le vocalisme a était attribué à l'indo-européen commun en raison de l'archaïsme du sanscrit. Mais il faut considérer
    le cas dans son vocalisme tout entier. Le a du sanscrit ne répond pas seulement à o (latin et grec), mais aussi à e.
    La correspondance entre a et e se remarque dans les verbes voler, s'abattre.
    latin petÇ
    grec BXJ@:"4
    sanscrit pát~mi
    Dans ces formes, la voyelle radicale se trouve dans le même environnement, entre p et t. Mais le a sanscrit répond
    à un e occidental. Poser a en indo-européen serait admettre deux choses :
    - a subsiste intact en sanscrit
    - a passe tantôt à e et tantôt à o dans les langues occidentales.
    Þ ceci est impossible, c'est contraire aux tendances de l'évolution phonique. Dans une langue donnée et un
    environnement donné, un phonème particulier a une évolution constante. On peut admettre seulement que a
    passe à e ou o, mais pas les deux choses à la fois. Il faut renverser la perspective.
    On pose donc d'un côté *pet- et de l'autre *pot-; e et o se confondent en sanscrit au profit de a, phénomène de la
    neutralisation [perte d'une opposition distinctive dans un contexte phonique déterminé].
    Pour la consonne interne, il y a concordance avec le latin et le sanscrit t, mais le grec pose s. Le statut du s en grec
    doit recourir à des faits supplémentaires. On remonte à B`J<4": épithète divine et à *gFB`J0H : maître de
    maison (< *dems > *gF, vieux génitif d'un nom de la maison), des formes avec t qui concordent avec le latin et le
    sanscrit.
    L'étude des relations révèle un conditionnement particulier, la sifflante apparaît régulièrement entre une voyelle et
    i, conditions réunies ici.
    s et t sont des variantes combinatoires, si t figure entre voyelle et i, on a une réalisation en s (= assimilation) (cf. le
    français canadien dit boutsique au lieu de boutique, évolution pas encore terminée). Une fois la condition
    particulière comprise, on peut sous-entendre un B`J4H, ce qui donne *potis en indo-européen.
    Il n'y a pas d'unanimité sur l'existence ou l'inexistence du | bref en indo-européen, car nous n'avons que très peu
    d'exemples pour le | bref en indo-européen. Les trois langues concordent avec | (un livre admet l'existence du |
    bref en indo-européen, d'autres considèrent ces témoins comme insuffisants).
    Le système de grammaire indo-européenne fait une place capitale à e et o et le a n'entre pas dans le système des
    alternances. Les éléments les plus probants appartiennent au système grammatical et pas simplement au lexique.
    4. Exemple de concordance dans le système grammatical
    Les termes centraux des formes du verbe être.
    all. ist : sind (au-delà des différences du timbre vocalique, les structures se conservent partout)
    lat. est : sunt
    skr. asti : santi
    _______________________
    lat. vólt (< vult) : volunt (vouloir échange entre -t et -unt)
    fert : ferunt19
    Pour le verbe être, on a es vis-à-vis de s à la suite d'un radical variable. Cette variation se retrouve en allemand et
    en sanscrit. Le procédé d'opposition entre le degré plein et le degré zéro donne une grande force probante pour la
    parenté. Il y a la concordance du procédé radical (plein - zéro), cela prouve donc l'existence d'une origine
    commune.
    La puissance de la méthode comparative tient au fait qu'elle ne s'arrête pas seulement à des éléments isolés, mais
    sur des systèmes de forme. Ils se rencontrent dans les classes de la flexion ou de la dérivation. Par exemple dans
    le champ de la dérivation, la formation de substantifs abstraits s'effectue sur des modèles communs en indoeuropéen. Ils se constituent par un suffixe de féminin et un vocalisme radical de thème o.
    Exemple : teg-Ç (couvrir) ® tog-a (action de couvrir, couverture, toge). Le double trait morphologique o et a se
    retrouve dans des formations parallèles du grec : nXkT (je porte) ® n@kV (~). Ces faits se rencontrent aussi
    dans les langues germaniques, le o ancien passe à a. Ceci prouve l'existence de ce type de formation à une
    époque très ancienne (préhistoire).
    Ici, la comparaison porte sur un procédé grammatical où le hasard a très peu de place. Les termes du système
    n'appartiennent pas toujours au terme paradigmatique (ensemble de formes en relation de substitution : je suis,
    j'étais, je serai), mais parfois au terme syntagmatique (groupe d'éléments dans la chaîne du discours), circonstance
    favorable dans la perspective d'une démonstration.
    Exemple : - lat. nÇtus mihi (mihi fonctionne comme complément du passif)
    - gr. (<TJ`H :@4 (le grec y répond de façon similaire)
    Dans cette correspondance, la rection du datif est un trait constitutif de la donnée, il y a de plus une identité de
    construction.
    Les catégories syntaxiques impliquées dans le rapprochement des syntagmes ne sont pas toujours identiques. Il
    y a parfois une discordance comme dans les syntagmes du comparatif.
    Le latin se construit soit à l'aide de quam suivi du terme au même cas que le terme précédent ou à l'aide de l'emploi
    de l'ablatif non prépositionnel : melle dulcior. Ces expressions se présentent dans la rhétorique à Herennius.
    Le grec connaît une formule tout à fait comparable : :X84J@H (8Li\T<. :X84J@H est défini comme un
    génitif, or le grec ne possède pas l'ablatif qui se fond dans son génitif, possédant donc deux sens.
    Lat. mel / gr. :X84 Þ le latin ne conserve pas de 0 bref final, soit il tombe (mel), soit il passe à e (dulcis, dulce). Le
    grec (8LibH viendrait de < **8LibH (tablettes mycéniennes, le contexte ne permet pas de conclusion
    certaine), on comprendrait alors facilement le passage de d à g par assimilation partielle.
    Dulcior marque l'intensité, melle s'entend à partir du miel proprement, c'est-à-dire par rapport à. Le miel
    représente la douceur par excellence, c'est un ablatif véritable (doux si l'on prend le miel comme référence).
    Le génitif du grec est visiblement double : il assume les fonctions de l'ancien génitif et de l'ancien ablatif. La
    formule remonte peut-être à une époque préhistorique. Pour des raisons culturelles, les romains empruntent
    beaucoup d'éléments au grec. On a ici une traduction de dulcis par (8LibH. Le phénomène de l'emprunt joue un
    rôle considérable en Grèce et à Rome. Les imitateurs sont plus souvent les romains, car les Grecs jouissent d'un
    domaine considérable en littérature et en philosophie.
    L. L'emprunt
    Pour la linguistique, l'emprunt a une importance considérable. Les ressemblances entre les langues contiguës
    proviennent tantôt d'un héritage commun, tantôt d'échanges ou d'interférences.
    Exemple : philosophus et n48`F@n@H : le sens même du mot oriente vers l'emprunt, mais il y a aussi des
    ressemblances formelles, à savoir le caractère insolite du ph en latin. Il révèle un problème de notation, où il y a
    souvent un flottement graphique dans la traduction du n en grec. Les noms en n s'orthographient tantôt avec
    ph, tantôt avec p. P(h)iloxenos, -nicos, -domos (beaucoup d'éléments avec la racine philo), la fin est en -os, car le
    -us des textes littéraires est relativement récent. Ce flottement engage non seulement la labiale sourde aspirée,
    mais aussi la dentale sourde aspirée (h), par exemple t(h)eatrum. Idem pour la vélaire sourde aspirée (P),
    sc(h)ema.20
    Le phénomène trahit un embarras du scribe vis-à-vis d'un son nouveau, qui ne faisait pas partie des sons connus,
    ce qui est quelque peu déroutant. (De même pour les jeunes élèves de l'allemand et de l'anglais qui ont de la peine
    à prononcer le h aspiré ou le th anglais). Ce qui démontre le signe du caractère étranger du mot. A côté de ce
    critère interne, il y a aussi un indice du niveau comparatif.
    Autres exemples : frat‘r (frère dans une famille) / nkVJ0k (~) (membre d'une même organisation politicoreligieuse); ferÇ / nXkT; fu(§) (être) / nb(T) (faire, naître, devenir).
    Ces données sont des termes d'origine commune. Ce sont de vieux termes de l'indo-européen, tandis que les
    autres étaient des emprunts. C'est une circonstance favorable, car la source est disponible. Ce n'est pas toujours
    le cas. Le latin n'emprunte pas seulement au grec, mais à d'autres langues qui n'existent plus pour nous.
    Prenons le mot asinus (âne), animal domestique qui vient d'ailleurs. Les systèmes phoniques appartiennent tous
    au latin, mais il y a un critère distributionnel (la position du s entre deux voyelles, que le latin n'admet
    généralement pas, car la réalisation est normalement r, rhotacisme). FlÇs ® *flÇsem > flÇrem, on remplace le s par
    un r apical, roulé. Si un mot latin présente un s entre deux voyelles :
    a) c'est un emprunt
    b) et il vient après la période du rhotacisme (350-300 environ) (cf. rhotacisme vu plus haut)
    rosa (origine orientale), Musa (source grecque : 9@ØF").
    Les emprunts se signalent la plupart du temps grâce aux indices formels, mais aussi grâce à un côté sémantique,
    grâce au vocabulaire. Museum,... appartiennent au vocabulaire culturel. Blumfield reconnaît 3 types :
    - les échanges culturels : le contact entre le latin et le grec.
    - la symbiose de deux communautés linguistiques : conquêtes, annexions.
    - les interférences dialectales.
    Les faits linguistiques témoignent d'une intensification d'échanges entre la Grèce et Rome à l'époque de Plaute.
    Les mots bien plus anciens sont introduits par la langue parlée. La datation de ces éléments échappe souvent à
    l'analyse.
    Par exemple, pour elephantus (éléphant) dont la transcription par ph n'est pas la plus ancienne, on se servait du p
    pour le ph aspiré. C'est un mot de la deuxième déclinaison qui se rencontre dès les textes les plus anciens. Dans le
    Fanfaron de Plaute (~250-184 av.), un esclave traite son maître d'éléphant. C'est un mot épicène (valable pour les
    deux genres), car le féminin est le même. De même pour bos, bovis : le boeuf, la vache.
    Lãca bÇs (vache de Lucanie) est une autre expression pour le mot éléphant, c'est une variante lexicale. Plaute
    illustre ce doublet dans la Casina (vers 846), une matrone qui marche sur le pied de quelqu'un est appelée Lãca
    bÇs.
    Cette appellation est expliquée par l'histoire. En 280 av., la Lucanie est à la base d'un affrontement entre Pyrrhus
    d'Epire et Tarente. Pyrrhus débarque avec des éléphants. Ils gagnent mais en perdant beaucoup de vies
    humaines, d'où l'appellation une victoire à la Pyrrhus.
    Varron dans son de Lingua Latina, 7, 39 : "Comme c'est en Lucanie dans la guerre de Pyrrhus, ils virent pour la
    première fois des éléphants, d'où l'appellation Lãca bÇs.
    Ernout-Meillet considèrent Lãca bÇs comme le nom le plus ancien de l'éléphant, dans l'ignorance du vrai nom.
    Explication peu probable, car il y a toujours des bilingues dans les guerres et, de plus, il vient du grec
    ¦8Xn"H, "<J@H(transposé dans un type flexionnel vivant). D'après la distribution du mot dans la littérature
    latine, il s'agit d'une variante poétique (Lãca bÇs). Varron (7, 39) prête cette expression à un vieux poète, Naevius,
    qui se montre très réticent vis-à-vis des hellénismes, c'est peut-être un effort d'adaptation de la langue étrangère.
    Le nom de l'éléphant, d'origine grecque, fait une grande facture dans les langues d'Europe (surtout germaniques).
    Il a aussi le sens de l'ivoire.
    Le v.h.a. dispose du mot helfant et le v. angl. de elpend. D'autre part, les mêmes langues disposent d'un nom du
    chameau, v.h.a. olbanta et v. angl. olfend, animal peu familier aux germains de ces époques reculées. Ces
    variantes rappellent olifant (cor d'ivoire de Roland) qui se rapproche d'éléphant. Il y avait certainement en latin
    tardif une forme *oliphantes. On remarque donc une confusion chez ces peuples entre chameau et éléphant.
    Le gotique possède ulbandus. Ce mot apparaît deux fois dans la Bible (Marc 10, 25; Luc 18, 25). Jésus parle
    métaphoriquement de la richesse : "Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche
    de rentrer dans le Royaume de Dieu." Marc 1, 6 : (décrivant le vêtement de Jean-Baptiste) "Jean avait un manteau
    en poil de chameau." Confusion qui montre la présence de l'homme dans la langue. 21
    M. Le tabou linguistique
    Cette présence se manifeste aussi par le tabou linguistique. C'est un interdit de vocabulaire et ses conséquences
    sont la naissance d'un euphémisme (adoucissement d'une expression jugée trop choquante), en raison des
    conventions sociales, de la bienséance, de la religion, de la superstition. Des éléments linguistiques sont frappés
    d'interdictions. Le tabou [désigne l'interdiciton d'un mot pour des raisons religieuses, sociales, culturelles ou
    autres; on l'évite par l'euphémisme] ne concerne pas nécessairement l'ensemble de la société, mais s'applique
    aussi à un groupe. Les chasseurs évitaient de prononcer le nom d'un animal de peur d'éloigner la proie
    (intelligente). Aussi la pratique d'un culte de certains animaux, d'où un renouvellement de la dénomination de
    l'ours en slave, baltique et germanique. Le vieux mot subsiste ailleurs en latin (ursus (2ème déclin.)), grec (–
    kiJ@H) et sanscrit (rksas). Le type latin en -us est un type vivant, il n'y a donc pas de raison à la disparition de
    ce vieux mot dans les langues indo-européennes.
    La disparition viendrait d'une crainte des personnes qui donnerait un nom de substitution, plus innocent. Pour le
    slave, c'est un terme descriptif le mangeur de miel, v.sl. medv-•d0 (• se prononce ié ou ia et 0 est une voyelle très
    brève). Pour le baltique, on a le témoignage du lituanien, c'est le lêcheur (de miel), lit. lok s (qui vient de lakù : je
    lèche; y = § et ~ note une intonation montante). Les germains forgent des termes relatifs à la couleur de l'ours, all.
    Bar < vha bero en rapport avec l'adjectif braun. Pourquoi le brun ? C'est très vague, d'autres animaux sont bruns.
    Cela se comprend dans une opposition binaire, il y a le brun et le gris, le loup et l'ours (en Ukraine, on oppose le
    grand et le petit). Le loup tombe aussi souvent sous l'interdit, en raison de la crainte de l'animal, mais aussi à
    cause de croyances très anciennes. Il y a une sorte de connivence entre le loup et l'homme. Les Grecs
    connaissaient la croyance du loup-garou. Cela remonte à Hérodote qui parle au livre IV d'une peuplade iranienne,
    les Scythes installés sur les bords de la mer Noire. Les ;gLk@\ (4, 105) : "les Scythes et les Grecs, en Sicile,
    chacun des deux se déguise en loup."
    Les Grecs avaient un nom composé 8LiV<hkTB@H. Les Latins utilisent aussi un mot composé versipellis. En
    allemand, c'est le Werwolf (Wer = vieux nom de l'homme qui vient de vir, viri en latin). En français, loup-garou
    s'explique similairement, garou < *gar lou(p); gar est un emprunt à un dialecte germanique (Francs) qui transpose
    w par g (Wilhelm et Guillaume) et qui veut aussi dire l'homme.
    On a aussi un rapport avec l'histoire, Romulus et Rémus et les noms de certains peuples. Chez les Samnites
    habitaient les Hirpini. Ils ont été appelés du nom du loup que les Samnites appellent hirpus. Dans
    l'anthroponymie, le nom du loup sert de nom aussi.
    Tabou il y a, donc irrégularités dans l'évolution phonétique. Loup n'est pas l'aboutissement régulier du lupus, u
    devrait donner e, donc leup. On en trouve des traces dans la toponymie et l'expression à la queue leu leu.
    Dans le domaine baltique et celtique, le nom du loup fait place à chien sauvage. Pour les langues classiques, le
    vieux nom subsiste sous une forme altérée, gr. 8Li`H et lat. lupus. Il y a bien un air de parenté, mais le phonème
    intérieur k et p ne se trouve pas dans un rapport régulier. Un k ne répond pas à un p en latin et vice versa. Dans
    les correspondances régulières, k ou p se conservent dans les deux langues.
    Exemple de correspondance régulière : - k : 8gLi`H (brillant) ® lãcus (clairière, bois sacré) (dorsale sourde)
    - p : ßBXk ® super
    Le nom du loup pose un problème et l'écart s'explique par l'action du tabou, on observe une réticence vis-à-vis du
    nom propre de l'animal. Ce nom pourrait s'identifier à un dialecte voisin, mais ce n'est pas attesté.
    On observe aussi des correspondances entre le grec et le sanscrit dans une forme verbale du parfait (1ère sg.) :
    gr. BXnLi" ® skr. babhãva
    racine : gr. nL- (ã) ® skr. bhã- (être, croître, devenir)
    Le problème se situe au niveau de l'initiale p et b. Le p du grec ne répond pas à un b du sanscrit, il n'y a donc pas
    d'identité (cf. le nom du maître ou de l'époux B`F4H et pátis où le p se retrouve des deux côtés; aussi dans le
    nombre cinq BX<Jg et páñca; le nom du pied, pour montrer la régularité du p, B@*- et pad-). L'irrégularité du
    parfait se résout par une analyse interne, dans les systèmes respectifs. Le thème verbal se constitue par le
    procédé du redoublement en grec : 8L- (8bT) ® 8X-8L-i", idem pour *L- (*bT) ® *X-*L-i". Dans ces
    conditions, de la racine nL- dérive la forme du parfait *nX-nL-i" (avec un p aspiré au début, c'est une
    reconstruction interne). En sanscrit, les choses se présentent de la même manière.
    Exemples : skr. : - tan- (tendre) ® ta-t~n-a22
    - san- (gagner) ® sa-s~n-a
    - pat- (voler) ® pa-p~t-a
    - bhã- ® on attendrait *bha-bhãv-a
    Les formes deviennent régulières si l'on regarde ces concordances. A un p aspiré grec correspond un b aspiré.
    Les formes en * appartiennent à des formes préhistoriques. Comment expliquer les formes historiques avec la
    consonne simple ? Par une sorte d'accident phonétique. La présence de deux aspirations dans un mot fait
    difficulté. Les langues y réagissent par une dissimilation de l'aspiration qui demeure dans la racine, mais en
    agissant sur celle du début (cf. les noms latins en -alis. lequel ne s'ajoute qu'avec les thèmes sans l, sinon on
    trouve -aris).
    N. Nature de la consonne en indo-européen et reconstruction de phonèmes disparus
    Quelle est la nature de la consonne en indo-européen ?
    bhu- (sanscrit) : nL- (grec) : fu- (fu§, latin) : bã- (lituanien)
    La reconstitution se fonde sur le plus grand nombre possible de témoins. La consonne initiale appartient à l'ordre
    des labiales ou labiodentales (f). Le choix des prototypes se fonde sur le nombre des traits partagés par ces
    langues. On a le trait occlusif vis-à-vis du trait fricatif, le trait sourd vis-à-vis du sonore et l'aspiration. Quels sont
    les traits partagés entre chacun d'eux ?
    - Le f latin ne partage qu'un seul trait : la surdité avec le grec.
    - Le lituanien partage les traits occlusifs et sonores.
    - Le sanscrit partage trois traits : occlusif, sonore et aspiré.
    - Le grec partage trois traits : occlusif, sourd et aspiré.
    Ces deux derniers apparaissent sur un pied d'égalité. Faut-il prendre bh ou ph ? Le raisonnement se fonde sur une
    analyse interne dans leur système respectif. Le trait aspiré est pertinent en grec, car il y a une opposition entre ph
    et p, de même qu'en sanscrit entre bh et b. En grec, il n'existe pas de sonore aspirée (*bh / ph). Par contre, en
    sanscrit on possède aussi des sourdes aspirées (bh / ph). Le sanscrit prédomine, car en sanscrit on pourrait avoir
    autre chose, mais on ne l'a pas, donc le sanscrit est préféré.
    La reconstruction aboutit-elle toujours à un phonème attesté quelque part, ou le linguiste doit-il reconstruire
    parfois un phonème attesté ?
    Examinons le nom du père qui détient une autorité quasi absolue.
    Lat. Pater : gr. B"JZk : skr. pitar- (pit~, le r final tombe après voyelle longue en sanscrit)
    L'initiale ne fait pas de problème, mais la voyelle de la première syllabe pose un problème délicat. Le a latin / grec
    sert déjà d'exemple à des symboles qui ont des correspondances dans les trois langues. i ne convient pas non
    plus car il y a des correspondances dans les trois langues (cf. le maître). Le e, o, u sont des symboles d'autres
    séries qui ne conviennent pas davantage. On a des prototypes différents des autres séries. Il faut reconstituer le
    point vocalique entre p et t. On choisit un symbole conventionnel pour cette voyelle ® *p¶tér (‘), ce qui signifie
    admettre en indo-européen commun des phonèmes disparus dans les langues attestées.
    a fonctionne déjà pour une série dans les trois langues. Par nécessité, le comparatiste pose un ¶ vocalique
    inexistant dans les langues historiques. Le ¶ est une unité vocalique de timbre imprécisable.
    Le nom du père est conservé dans un grand nombre de langues. Le hittite possède un terme différent : hitt. attaÓ,
    avec le correspondant en lat. atta et en gr. –JJ" et en got. atta, l'irlandais (groupe celtique) quant à lui a aite.
    Pour le hittite et le gotique, la forme attaÓ fournit le nom usuel du père (le gotique a aussi fadar). En latin et en
    grec, on trouve les deux termes, l'opposition joue sur d'un côté un terme noble (détenteur d'un pouvoir presque
    absolu), et de l'autre atta fait partie d'un langage un peu enfantin, expressif (papa). aite désigne particulièrement le
    père nourricier, celui qui élève.
    Dans l'Odyssée, on rencontre le terme –JJ" dans la bouche d'Ulysse qui s'adresse à Eumée. Le grec possède un
    terme spécifique pour nourrir un enfant, ce qui plaide en faveur de l'existence chez les peuples indo-européens
    d'une notion de fosterage (les enfants royaux étaient nourris et élevés par une nourrice). Le père nourricier est
    responsable de l'éducation de l'enfant.23
    La méthode comparative nous conduit à l'existence d'un phonème disparu. Y a-t-il d'autres phonèmes qui ont
    disparus ?
    Voici un exemple : gr. (g<XJTk, skr. janit~ (accentué sur la finale) (-tar-). A l'intérieur du mot, le sanscrit offre un
    i et le grec répond par g, on a donc une correspondance différente d'auparavant où l'on avait a et e.
    Un autre exemple : skr. ádita (da- : il donne), gr. §*@J@. Les deux formes possèdent un augment, puis la racine -
    di- et -*@-. On voit ici qu'au i sanscrit correspond un @ en grec.
    Il y a donc trois correspondances distinctes avec un point commun, le sanscrit. On ne peut pas admettre un
    ancêtre commun, car l'évolution phonétique est constante à partir d'un seul phonème. On ne peut donc pas
    s'attendre à une irrégularité. Il faut donc admettre des points de départ différents. On prend toujours le ¶ auquel
    on affecte des numéros.
    ¶1 a la correspondance e en grec ® *gen¶1tÇr
    ¶2 a en grec ® *p¶2ter
    ¶3 o en grec ® *ed¶3to
    Ce symbole est le schwa.
    Cette théorie joue un rôle important dans la grammaire des langues indo-européennes pour l'étude des racines.
    Soit la racine *d¶3 : donner, cette racine apparaît aussi dans le nom du cadeau : lat. dÇnum, mais sous une forme
    différente car le o est long. En principe une racine est dite trilitère. La racine *d¶3 ferait exception. Mais la théorie
    des schwas permet la solution du problème. En effet, les ¶ grammaticaux sont susceptibles de degré. On peut
    considérer que la forme edoto illustre le degré zéro de la racine, donc la forme pleine doit être reconstituée avec le
    degré e ® dÇnum < *de¶3-. *Gn- (gi-gn-Ç) est le degré zéro de *gen-. La racine devient trilitère à l'origine et le
    degré zéro s'explique par l'élimination d'un phomème en indo-européen.
    Il y a tout de même une région dans l'ère indo-européenne où ces schwas se conservent comme tels (¶2 et ¶3) et
    laissent une trace directe. Dans les langues anatoliennes (hittite, louvites = langue parlée dans la Turquie actuelle,
    le hittite s'éteint complètement vers 1200). Ce hittite conserve des phonèmes directement issus d'un schwa indoeuropéen. Il s'observe dans la correspondance d'une racine bilitère (grec et latin) vis-à-vis d'une forme du hittite.
    Exemple : pour le ¶2 : lat. p~- (protéger le bétail, faire paître); p~-s-tor) / hit. pah-s (avec le même sens).
    Le hittite donne confirmation de l'existence de ces schwas comme phonème autonome. Il présente de plus des
    traits archaïques. La reconnaissance de ces traits revient à un linguiste polonais Kurytowicz. Ce que le
    raisonnement nous obligeait à poser, on en trouve confirmation dans le hittite.
    Il y a d'autres irrégularités dans l'inventaire des racines, celles à initiale vocalique du type latin, grec ag- (pousser,
    mener). Cette racine n'entre pas non plus dans le schéma traditionnel. D'autre part, la voyelle est a, on suppose
    l'influence du ¶2.
    Voici quelques exemples de racines avec voyelle initiale, vis-à-vis du hittite avec un h au début.
    Exemples : lat. ar-c-eÇ (tenir écarté, le c est un élargissement), le hittite a har-k- (tenir). Les formes sont
    superposables, sauf pour l'inspiration ® le ¶ devait être une aspirée susceptible de vocalisation. Les
    comparatistes parlent volontiers de laryngales qui évoquent le type d'articulation de ces phonèmes.
    Lat. 4rbus (orphelin, privé de), hit. harp- (séparé). On restituerait le ¶3 dans ce cas présent > *¶3er-b. Le hittite ne
    distingue pas systématiquement entre la sourde et la sonore. Pour l'indo-européen, il n'existait donc pas de racine
    à initiale vocalique.
    O. La flexion
    1. Introduction
    La grammaire de l'indo-européen se retrouve en partie dans le système des langues historiques attestées. Pour la
    reconstruction du type ancien, les faits les plus utiles sont les irrégularités dans les langues de la famille pour
    l'état de chose ancien. Seul les faits non susceptibles de s'expliquer comme des nouveautés sont pris en
    considération et permettent une meilleure connaissance de la langue.24
    En français, pour les pronoms personnels, le système je-me, tu-te est remarquable, car il oppose les pronoms dans
    les fonctions respectives de sujet et d'objet. La règle habituelle est que ces rôles syntaxiques ne sont pas
    distingués par des formes différenciées, autrement dit le sujet et l'objet n'entraînent pas de variation au niveau du
    signifiant. Dans le temps me passe et je passe le temps, ils affectent la même forme. Donc le système je-me dans le
    français est aberrant et par conséquent suspect d'archaïsme. Si ce type se rencontre dans les pronoms personnels
    des langues apparentées, l'antiquité du fait est attestée. Or, l'anglais oppose une forme I (en fonction de sujet) à
    une forme me (en fonction d'objet) et fait écho à l'allemand ich vis-à-vis de mich.
    Dans le cas du français, l'opposition je-me reçois une confirmation dans le latin qui présente déjà des termes
    irréductibles pour le sujet et l'objet, à savoir ego et me. Déjà en latin cette situation apparaît irrégulière, car la
    flexion nominale repose en principe sur un mécanisme de substitution partielle. Par exemple, equ-us, -um, -i, -o
    avec un élément invariant et un élément variable à la finale. Le procédé de la substitution totale comme dans le cas
    de ego et me représente un cas de supplétisme [mot qui complète le sens du mot principal] et fait exception dans
    la grammaire latine. Cela concorde avec les témoignages du grec et du sanscrit et le comparatiste en reporte
    l'origine à l'époque indo-européenne commune. En français, moi, toi, soi, nous, vous continuent fidèlement une
    tradition indo-européenne commune, présentant ainsi une résistance extraordinaire aux forces de renouvellement
    qui est très typique du système des pronoms.
    Les verbes forts du germanisme, binden, band, gebunden, continuent aussi un système très ancien. Les
    substantifs et les adjectifs se caractérisent par un renouvellement plus grand, même si le hittite et d'autres langues
    ont encore des effets archaïques dans la flexion des noms.
    2. Structure du mot
    Ce sont des langues flexionnelles, les fonctions sont exprimées par des éléments variables, le plus souvent à la fin
    des mots. Ce sont des désinences (le terme de terminaison est moins précis).
    En latin, -em de datorem est une désinence qui s'oppose à la finale -is de datoris ou -e de datore. Le
    retranchement de la désinence laisse un thème, séquence invariable tout au long de la série.
    En somme, le nominatif singulier se confond avec le thème ou comporte une désinence zéro. Le thème s'analyse
    en un radical + un suffixe. En effet, la comparaison de dator avec l'infinitif dare met en évidence un segment -
    tor- qui est un suffixe, da- est le radical, le tout forme une structure tripartite (radical + suffixe = thème).
    Le radical véhicule le sens lexical du mot, ici la notion de donner. Le suffixe catégorise, c'est-à-dire inscrit le thème
    dans la classe des noms d'agents. La désinence a une fonction double : -em indique à la fois le cas et le nombre, à
    savoir la relevance du singulier et de l'accusatif. La catégorie du genre est aussi parfois concernée. Il y a par
    exemple des désinences de neutre comme le -a dans genera.
    3. Les catégories flexionnelles
    La fonction nominale met en oeuvre :
    - 8 cas : les 6 cas habituels, ainsi que le locatif et l'instrumental, c'est le cas du sanscrit;
    - 3 nombres : singulier, pluriel et duel (pour les couples dans les organes jumelés : yeux, oreilles, ...);
    - 3 genres : masculin, féminin et neutre. Le féminin du point de vue de la genèse du système se
    dénonce comme plus récent. L'opposition la plus archaïque joue sur l'animé et l'inanimé.
    Du point de vue du fonctionnement de la flexion indo-européenne, l'expression des deux ou trois catégories
    grammaticales à l'aide d'un ou deux morphèmes ne va pas de soi, autrement dit l'aptitude de la désinence à
    l'expression de plusieurs catégories n'est pas universelle. Le trait n'est pas universel et sert de critère dans un
    classement typologique des langues.
    Au XIXème siècle, Schleicher opposait les langues flexionnelles aux langues isolantes et agglutinantes. Dans une
    langue isolante (anglais, chinois), les rapports syntaxiques s'expriment par l'ordre des termes principaux et
    accessoirement des prépositions. Dans une langue agglutinante (turc, hongrois), ces fonctions syntaxiques
    ressortissent à des affixes (préfixe, suffixe ou infixe). A la différence des désinences, ces affixes s'ajoutent les uns
    aux autres à un thème invariable et forment donc des finales complexes. Chaque affixe traduit une et une seule
    catégorie.25
    Exemple : en hongrois, le nom de la maison est h~z. Le pluriel correspondant s'exprime à l'aide d'un suffixe de forme
    -ak ® h~z-ak. Dans la fonction d'objet, h~z reçoit le suffixe -at ® h~z-at (sg.). L'accusatif pluriel combine les deux
    affixes dans l'ordre morphème de pluriel + morphème casuel ® h~z-ak-at.
    Le procédé diffère très clairement de l'état de chose latin. Le nom de la maison, domus, fait domum (acc. sg.),
    domus (nom. pl.), domos (acc. pl.), forme qui ne résulte en aucun cas à une certaine combinaison de l'accusatif et
    du singulier. C'est une marque ambivalente : -os marque à la fois l'accusatif et l'appartenance au pluriel.
    Quoi qu'il en soit, l'accusatif se distingue du nominatif pour le substantif animé dans les langues indoeuropéennes. Le latin vérifie largement ce principe. Dans la 3ème déclinaison, avis, -em; aves, av§s (acc. Pluriel.
    Ancien), aves à l'accusatif est analogique et plus récent. Seuls les substantifs neutres possèdent une forme
    unique de nominatif et d'accusatif et dans les trois nombres. C'est une règle générale en indo-européen, toutes les
    langues y satisfont.
    Par exemple, le type jugum du latin (joug) fait juga au pluriel. Cette distinction formelle répond à une équivalence
    au plan fonctionnel, mais les manuscrits n'en font pas état. Il n'y a pas de différence fondamentale de statut entre
    un sujet et un objet de genre neutre. L'inanimé ferait difficilement l'accomplissement d'une action, lui qui est en
    général un patient qui subit plutôt l'action du verbe.
    Lorsqu'un neutre est sujet, le verbe a généralement une valeur intransitive et passive et n'exprime donc pas
    véritablement une action, ce n'est pas un verbe transitif, du moins à l'origine. Plus tard, des animés deviennent
    aussi neutres (das Mädchen). Une langue archaïque comme le sanscrit illustre assez bien cet emploi du neutre
    (dans les Védas surtout). Le correspondant de jugum avait la forme yugam, il apparaît souvent dans les Védas,
    notamment dans le plus anciens, appelé Rigveda, car l'attelage est une réalité quotidienne. Dans presque tous les
    emplois, la fonction du mot est l'accusatif. Il y a un passage commun normal, mais le verbe se trouve au moyen
    avec une valeur intransitive : "Que le timon ne se fracasse pas, que le joug ne se brise pas." yugam fonctionne
    soit comme sujet d'un verbe intransitif, soit comme objet d'un verbe transitif.
    Il fait penser au phénomène de l'ergativité. Cette catégorie existe en basque ou en esquimau. L'ergatif [cas qui,
    quand il existe formellement dans une langue, marque l'agent des verbes transitifs] est le cas du sujet d'un verbe
    transitif et c'est une forme marquée qui comporte un affixe particulier et qui s'oppose à une forme non marquée,
    sans affixe, qui fonctionne comme sujet d'un verbe intransitif ou comme objet d'un verbe transitif. Donc, une
    forme marquée, le cas ergatif, sujet du verbe transitif et une forme non marquée, soit sujet d'un verbe intransitif
    soit objet d'un verbe transitif. Il s'agit là des langues à part de l'indo-européen, qui présentent tout de même une
    analogie avec le neutre, dans la mesure où cette forme non marquée fonctionne avec les deux rôles, objet d'un
    verbe transitif et sujet d'un verbe intransitif. Les savants admettent parfois cette catégorie de l'ergatif pour l'indoeuropéen. Mais il y a des différences entre l'ergatif et l'indo-européen. En indo-européen, la nature du verbe n'a
    jamais d'incidence sur le sujet et la distinction nominatif-accusatif se limite au neutre. La ressemblance est donc
    partielle.
    P. L'alternance vocalique
    1. Introduction
    La flexion de l'indo-européen ne se limite pas au jeu des désinences, elle ne repose pas que sur la variation de ces
    éléments à la finale des mots. Les paradigmes de la déclinaison et de la conjugaison mettent aussi en oeuvre des
    alternances vocaliques. Les distinctions de cas, de personnes dans les verbes correspondent souvent dans le cas
    du signifiant à des variations dans le vocalisme, soit du radical soit du suffixe.
    2. Exemple du grec et du latin
    Soit la flexion du nom du père dans le grec ancien. Le nominatif singulier, B"JZk, n'a pas de désinence (ou
    désinence zéro), mais le suffixe -JZk comporte une voyelle longue. Dans la forme de l'accusatif singulier, le
    suffixe présente une voyelle brève, B"JgkV, avec une désinence -". Dans le génitif singulier, le suffixe n'a pas
    de voyelle du tout. Il se réduit à un schème consonantique avec glissement de l'accent sur la désinence B"-Jk-
    `H car une séquence -Jk- n'est pas accentuable. On a ici une alternance vocalique, c'est un procédé subsidiaire,
    les désinences suffiraient, il y a redondance et ce n'est pas économique, c'est pourquoi de nombreuses langues
    abandonnent ce jeu d'alternance.26
    Un paradigme comme père (en grec ancien) témoigne de ce procédé avec un échange entre g, 0 ou degré zéro.
    L'état de chose du latin révèle un stade plus récent. Pater ne présente que deux variantes suffixales -ter ou -tr- et
    encore ne s'agit-il que de doublets phonétiques. Le e de pater n'est pas pertinent car le latin n'admettait pas patr
    (tr, suite de consonnes en finale absolue). Dans ces conditions, le e de pater n'est qu'une voyelle d'appui ou
    anaptyxe. Pater est une réalisation de patr. Le e n'a pas de signification grammaticale. On peut dire que -ter et -trne sont que des allomorphes [se dit des différentes formes qui représentent le même morphème réalisé dans des
    contextes différents].
    Il y a un conditionnement ici. Devant voyelle, on a tr et en finale absolue on a ter. C'est une variante de surface.
    L'alternance est tantôt quantitative (quantité de la voyelle) ou bien qualitative (qui intéresse le timbre de deux
    voyelles en apposition). Dans la grammaire des langues indo-européennes, les timbres alternants sont e et o, soit
    bref, soit long. Le a n'a pas de place dans la grammaire morphologique. Le jeu de e et o ne laisse que des traces
    dans la déclinaison à cause de nivellements analogiques.
    Voici une illustration du phénomène dans les traces nominales : la flexion du neutre grec (X<@H (genre, famille,
    race). On peut l'analyser en radical : (g<- et en suffixe -@H, désinence zéro normale dans les neutres de la 3ème
    déclinaison. Or le suffixe -@H alterne avec une variante -gH à l'intérieur du paradigme. Il existe donc aussi un
    thème (g<gH très clair au datif pluriel (g<-gF-F4 (forme homérique); en grec classique, on a (g<gF4. On a ici
    une alternance qualitative dans l'élément suffixal.
    Le latin possède un correspondant avec genus qui repose sur genos (vieux latin). Le génitif generis repose sur le
    thème genes, puis le changement avec le rhotacisme. C'est un terme ancien, un héritage d'un état de langue
    préhistorique (cf. skr. janas).
    Dans les noms racines de types archaïques, l'apophonie jouait un grand rôle. Mais souvent l'analogie nivelle ces
    positions (surtout en latin). Le jeu ne se révèle qu'indirectement à travers des comparaisons. Le latin ped
    correspond au grec B@* (le français conserve les deux formes : gastro-pode et palmi-pède). Comment rendre
    compte de la disparité ? Cela consiste à postuler dans le thème indo-européen les deux variantes. La flexion
    possédait très certainement les deux formes. L'analogie étant du latin, qu'en est-il de la distribution à l'intérieur de
    la série ? Ces paradigmes ajoutaient encore à la complexité par le jeu de l'accentuation qui est le troisième procédé
    de la flexion indo-européenne (désinence - alternance - mobilité de l'accent). C'est bien sûr redondant, les
    désinences suffiraient. Pour l'accent les noms racines constituent un matériel privilégié : l'accent frappait ou le
    radical ou la désinence.
    Voyons l'exemple du pied : grec B@bH / B`*-" / B@*-`H / B@*-\
    sanscrit p~t / gén. pad-ás (le sanscrit confond e-o-a au profit de a)
    Les procédés de la flexion nominale sont tels qu'ils règnent également dans la flexion verbale. Il n'y a pas de
    risques de confusions entre les formes verbales et les formes nominales, les désinences étant très spécifiques.
    Les confusions se produisent essentiellement à date récente. Le latin confond quelquefois la forme nominale et
    verbale, mais c'est rare (exemple : r‘gnÇ : 1ère présent de regnare ou ablatif-datif du neutre r‘gnum).
    3. Situation du latin classique
    Le vieux latin présente un état de chose encore différent. Dans la 2ème déclinaison, le datif singulier est en -oi en
    latin archaïque (Numasioi sur l'inscription de la Fibule). De plus la comparaison du latin avec le grec indique cette
    origine. Pour l'ablatif singulier, le latin offre les finales -Çd et nous en avons beaucoup de témoignages. Les
    témoignages du Senatus Consulte des Bacchanales en 186 av. mentionnent que défense est faite de célébrer ce
    culte en privé et en public : "privatÇd et poplicÇd".
    En revanche, le Ç de la 1ère singulier des verbes remonte à une époque préhistorique. Le latin a seulement o dans
    la forme verbale. Mais le latin a des désinences particulières dans les différentes formes (-bo, -bam, redoublement
    du parfait ...). La situation des langues indo-européennes anciennes diffère beaucoup de l'anglais qui possède
    beaucoup de formes avec deux sens (play peut soit dire le jeu (nom), soit jouer (verbe)).
    Q. Les catégories du verbe
    Le verbe possède six catégories : voix - mode - temps - aspect - personne - nombre.
    1. Le nombre27
    Le nombre comprend trois termes : le singulier, le pluriel et le duel (notation du doublet). Beaucoup de langues
    éliminent le duel : le latin à l'époque préhistorique, le grec à l'époque historique (où l'on peut suivre le déroulement
    de son extinction). Le principal ici intéresse la définition même de cette catégorie dans le système verbal. Les
    notions de duel ou de pluriel n'indiquent pas seulement la duplication ou la multiplication du singulier. Nous ne
    signifie pas seulement je + je. Nous signifie je + tu (je + vous), mais aussi je + il (je + eux). Il n'y a de véritables
    pluriels multiplicatifs qu'à la 3ème personne (lui + lui + lui). Il existe un parallélisme entre la 3ème singulier et
    pluriel. Le latin recourt à une finale t pour le singulier (amat) et nt pour le pluriel (amant). Il y a un élément
    commun ce qui nous donne un véritable pluriel multiplicatif. En revanche, il n'y a pas de relation entre ago et
    agimus qui n'a pas le sens de je + je. La forme de la 1ère pluriel exprime selon le contexte le nous inclusif (je + tu
    qui inclut l'interlocuteur) ou le nous exclusif (je + il qui exclut l'interlocuteur). "Nous nous retrouvons tous les
    mercredis matins", vous et moi, c'est un nous inclusif. Mais "nous avons un conseil de faculté", seulement mes
    collègues et moi, c'est un nous exclusif.
    Le trait n'est pas universel. Bien des langues ont des expressions propres pour les deux nous. Certaines langues
    dravidiennes (Sri Lanka, nord de l'Inde) ont deux formes différentes pour les deux nous. Dans le kouli (côte
    orientale de l'Inde), il y a kÇ- (cueillir) : nous cueillons (toi et moi) se dit kÇnasu (1ère pluriel inclusif)
    nous cueillons (lui et moi) se dit kÇnamu (1ère pluriel exclusif).
    Les langues papoues font aussi la distinction entre les deux nous. C'est peut-être un avantage pour la clarté de la
    communication. Le nombre des catégories n'est pas le même partout.
    Dans les langues indo-européennes, le verbe s'accorde avec le sujet. La désinence varie selon la nature du sujet.
    La forme verbale n'a pas de relation morphologique avec l'objet, sa nature n'entraîne pas de différences dans les
    formes verbales. Le développement de formes composées échange parfois cet état de chose. Le français accorde
    le participe passé partiellement avec l'objet. Dans les états anciens, les formes synthétiques ne varient pas avec
    l'objet. De nombreuses langues africaines possèdent différents affixes en rapport avec le sujet ou l'objet, ceci est
    vrai pour le swahili (parlée dans la partie orientale).
    2. Le genre
    Le genre est une catégorie du nom. Le verbe ne varie pas selon la nature du sujet au point de vue du genre. Les
    langues sémitiques connaissent un accord en genre. En hébreu, la flexion verbale s'articule sur deux formes au
    point de vue de l'aspect. Le parfait se dit pour l'action ou l'état accompli et l'imparfait pour l'action ou l'état
    inaccompli. Le parfait vaut notre passé composé et l'imparfait notre imparfait, présent ou futur. Dans la série du
    parfait, la 1ère personne est indifférente au genre, mais les 2ème et 3ème personne se dédoublent (masculin et
    féminin).
    Exemple : tuer : gtl (racine qui se réduit à un schéma consonantique, la voyelle ne fait que différencier les
    fonctions grammaticales).
    - parfait : 1ère : gatalti
    2ème : gatalta (masc.) / gatalti (fém.)
    3ème : gatala / gatalat
    C'est un système riche par contraste avec les langues indo-européennes, mais celles-ci présentent des ressources
    compensatoires.
    3. Les aspects et les modes
    Le verbe se caractérise par un développement du système des aspects et des modes. L'aspect se divise en
    présent, aoriste et parfait.
    Au présent le procès est envisagé dans son déroulement,
    à l'aoriste à l'état pur,
    au parfait comme résultat d'une action.
    Dans la morphologie, ces aspects se distinguent avec netteté (grec, sanscrit). Les thèmes verbaux s'opposent par
    des formes différentes.28
    Par exemple, laisser en grec fait 8g\BT (présent); (§)84B@< (aoriste) car l'augment est facultatif dans les
    expressions les plus anciennes, expressions ponctuelles; 8X8@4B" (parfait). La racine ne varie pas, mais se
    présente avec des voyelles différentes (g-@, ou zéro (84B- de l'aoriste)). Le parfait se caractérise par un
    redoublement. Ces thèmes fournissent les formes modales d'indicatif, de subjonctif, d'optatif et d'impératif. Ces
    formes intéressent le niveau sémantique de la langue. Les modes renvoient dans l'ordre au réel, au virtuel, au
    souhait et à l'ordre. Les conditions d'emploi débordent souvent le cadre de ces fonctions, comme le subjonctif et
    l'optatif. Ils remplissent aussi des conditions syntaxiques. Le subjonctif signale parfois le caractère dépendant de
    sa proposition, il se perd aussi dans le futur. Les langues historiques se sont dotées très souvent par une
    réaffectation du subjonctif.
    Dans la catégorie de la voix, le passif se constitue indépendamment des voix normales. En indo-européen, il y a
    l'actif et le moyen. Dans la phrase moyenne, le sujet est à la fois l'agent et le siège du procès, il s'implique dans
    l'action.
    Par exemple en sanscrit, yaj- (sacrifier, rendre un culte) fait au présent actif yájati (en parlant du prêtre) et au
    moyen yájate (en parlant de l'offrant, profite directement à l'offrant).
    Le passif se développe plus tard indépendamment des langues de la famille, en revanche les désinences de l'actif
    et du moyen se retrouvent dans des langues congénères.
    R. Syntaxe
    1. L'agencement des termes
    Le verbe porte dans sa forme même un ensemble d'indices exprimant sa fonction, comme les désinences. Un
    changement de rôle se traduit par une modification du signifiant. L'expression des rapports syntaxiques se
    déroule dans le jeu des rapports fléchis. L'agencement des termes de l'énoncé permet des distinctions dans le
    discours, notamment dans la stratégie discursive. Il se dégage une tendance manifeste. Dans un exemple non
    marqué, le verbe se place à la fin, à la suite de son objet, cette disposition correspond au modèle général :
    déterminant - déterminé.
    Voici un exemple latin, Cés. 1, 13, 2 : Helvetii legatos ad Caesarem mittunt.
    L'antéposition du terme régi s'observe aussi dans les syntagmes nominaux avec une postposition. Le sanscrit des
    Védas en fait un usage fréquent ainsi que le langage homérique; le latin utilise plutôt des prépositions. Plusieurs
    exemples avec des pronoms personnels + cum : mecum, quocum,...
    En dehors de ces locutions, l'ordre déterminant - déterminé se distingue dans les groupes adjectifs + nom ou
    génitif déterminatif, Cés. 1, 51, 3 : honesti adulescentes senatorum (déterminant) filii (déterminé). Cet ordre se
    constate aussi dans des syntagmes quasi adverbiaux, mente + abl., secura mente (ce qui donne en français les
    adverbes en -ment : sûrement). -ment s'ajoute toujours à la forme féminine de l'adjectif (grandement).
    Il y a une exception très notable à cet ordre, dans le cas d'adjectif non qualificatifs comme jus civile (le droit civil)
    au lieu de civile jus. Civile définit ici un domaine du jus, c'est le droit du citoyen, une délimitation de la validité du
    nom. Civilis appartient à un ensemble de signes linguistiques, appelés adjectifs de relation extrinsèque qui
    donnent une délimitation au champ sémantique du nom. Ils n'admettent pas la gradation (comparatif, superlatif) ni
    la prédication (attribut du sujet) et la nominalisation (dérivé nominal abstrait). On ne peut pas opposer civil à plus
    civil ou le droit est civil ou la civilité du droit.
    Civil s'emploie aussi comme un adjectif ordinaire. Mais cette définition sémantique est tout à fait différente, c'est
    une personne qui respecte des convenances. Ce double statut n'est pas un cas isolé; nerveux, dans système
    nerveux = système des nerfs. Mais on peut dire de quelqu'un qu'il est nerveux. Ces adjectifs un peu particuliers
    s'associent au nom dans l'ordre déterminé - déterminant. Non seulement au niveau du syntagme nominal mais
    dans la phrase complexe, devant la principale pour une relative qui fonctionne souvent comme un adjectif
    qualificatif (pas étonnant).
    En ayant recours aux mêmes outils grammaticaux, l'allemand emploie der, die, das comme article défini (dans le
    cadre du syntagme nominal), mais aussi comme pronoms relatifs, c'est donc un mot articulaire. C'est un type de
    fonctionnement très ancien. Les témoignages les plus clairs proviennent de l'indo-iranien et aussi du latin. Ce
    sont des archaïsmes attestés chez des grammairiens, Varron dans le de Lingua Latina, 5, 58 : il se rapporte ici à
    des vieux livres de caractère religieux : "la terre et le ciel sont de grands dieux que les livres et les augures
    mentionnent par dieux puissants" (divi qui potes (adjectif) = les dieux les (lesquels) puissants). Qui : mot 29
    articulaire dans un syntagme nominal. Il s'agit de l'emploi de qui dans son emploi plus général de connecteur (il
    n'y a donc pas de verbe sous-entendu). Festus (IIè ap.) : qui patres qui conscripti : les pères conscrits
    (sénateurs) = les pères les conscrits. En grec, on trouve article + adjectif + nom ou article + nom + article +
    adjectif. Si l'article ne fait pas l'objet d'une reprise, l'expression change complètement de statut, l'homme est bon,
    phrase sans verbe (Ò •<¬k •("h`H). Cela joue un rôle marginal en français (pas folle la guêpe). Par exemple,
    un fragment de Caton le Censeur : magna cura cibi (grand est le souci de la nourriture) (magna virtutis incuria).
    2. La phrase nominale
    Au niveau syntaxique, les langues indo-européennes anciennes font recours à la phrase nominale sans verbe
    pour des vérités générales, des sentences. En français, les phrases correspondantes auraient un verbe à la 3ème
    personne du singulier. Cette phrase correspond à une catégorie non marquée, qui n'entre pas en relation avec le
    locuteur et l'interlocuteur. C'est la personne absente. Le temps non marqué est le présent, le mode est l'indicatif.
    La phrase nominale cède du terrain à la phrase verbale sauf pour le russe qui la garde quelque peu. On tend à une
    phrase sujet + prédicat avec un verbe copule. La simple juxtaposition de deux termes compose un syntagme
    nominal : adjectif + substantif ou substantif + mot articulaire (joncteur) + adjectif.
    Ce joncteur fonctionne aussi dans l'articulation des propositions d'une phrase complexe, notamment dans le
    groupe proposition relative + proposition principale. Le joncteur fait l'objet d'une reprise par un pronom
    anaphorique. En latin, le joncteur prend la forme qui, quae, quod et le pronom anaphorique a la forme is, ea, id. Le
    substantif auquel se rapporte ce corrélatif figure parfois dans les deux séquences.
    Tite-Live 23, 37, 10 : "quibus diebus..., isdem diebus..."
    Il y a donc une formulation redondante. Bien souvent la langue fait économie de l'un des termes, effacement du
    substantif ou du pronom anaphorique ou même du pronom de liaison (cf. l'anglais dit par exemple : the thing
    [that] I know). Le relatif joue parfois le rôle d'anaphorique, c'est le relatif de liaison. Il existe en grec dès Homère et
    il est très développé en latin.
    De Senectute § 59 : "Les livres de Xénophon sont très utiles, lisez-les attentivement" ® quos legite, à la place de
    eos legite, c'est un emploi très typique du relatif de liaison.
    3. Les conjonctions de coordination
    En dehors de ces pronoms, l'articulation des phrases dans le discours s'effectue souvent à l'aide d'une
    conjonction de coordination. La plus ancienne est -que (*kw
    e en indo-européen). Cette particule -que est toujours
    postposée au premier mot de la seconde phrase.
    Cic. de Divinatione 2, 6, 1 : "Si je demandais à Chrysippe... et il donnera..." ® naturalemque rationem.
    Conjointement à l'emploi de -que, la jonction se marque souvent par la position initiale du verbe à la seconde
    place. Le verbe indo-européen portait un accent en première position (tonique) et dans les autres positions il était
    atonique. Le latin ne connaît plus d'opposition entre un verbe accentué et non accentué. La position initiale du
    verbe d'une deuxième phrase reliée à une première est particulière.
    Tite-Live 1, 26, 12 : (combat des Horiaces et des Curiaces) "Le peuple ne put tenir... et il la quittèrent." ®
    absolveruntque.
    Pour ce verbe en début de phrase avec -que, on trouve des similitudes en grec et en sanscrit védique. -que ne se
    limite pas à cette liaison de phrase, il joue aussi un rôle dans le syntagme nominal (Senatus populusque romanus).
    -que est un enclitique, il forme une unité avec le mot précédent.
    Quelquefois -que se répète à la suite des deux termes, c'est le type meque teque (Plaute Asinaria 577) ou dans la
    négation neque...neque.
    En dehors du monde indo-européen, ce comportement apparaît dans diverses langues du monde. Ainsi en
    Nouvelle-Guinée (langue papoue), le kamoro possède l'expression ma : ayku ma aote ma.
    Quel est le sens précis de -que lorsque la coordination s'exprime aussi par et ? On remarque une valeur
    complémentaire des deux éléments du syntagmes avec -que (servi liberique, totalise la communauté entière; dii
    deaeque).
    Caton l'Ancien dans le de Agricultura donne des recettes et des prières contre les maladies, "morbos visos
    invisosque" (visibles ou invisibles).30
    La particule et est antéposée et elle introduit plutôt un élément supplémentaire (cf. le grec : §J4 : et encore, et
    puis).
    En dépit d'une définition différente à l'origine, une concurrence s'installe entre les deux. Dans les vieux textes, elles
    ont leur territoire propre sans empiétement (cf. la loi des 12 tables + Ennius, Caton le Censeur emploie plus
    souvent -que que et). Plaute montre une proportion inverse, mais la comédie est proche du latin parlé, d'où un
    emploi plus fréquent. Au début de l'époque impériale, -que n'existe probablement plus. Nous n'avons en tout cas
    plus d'exemples dans les inscriptions de Pompéi. Dans la peregrinatione Aetheriae (383 ap.), récit d'un pèlerinage,
    texte anonyme, le fragment n'a pas de trace de -que, mais conserve et. Cette conjonction s'affaiblit à son tour,
    surtout en oral où et puis tient souvent lieu de conjonction.
    S. La formation des mots
    1. Les composés copulatifs
    La coordination fournit le modèle d'un type de composés dit copulatifs (dvandva en sanscrit). C'est l'addition de
    deux termes dans une forme unique, mais quel est le critère de unique ? C'est un critère formel, par exemple la
    présence d'un seul accent ou d'un seul champ sémantique (addition des sens des deux éléments qui ne donne pas
    nécessairement les sens global). Le composé prend une valeur spécifique, c'est une microsyntaxe de la
    composition.
    Prenons l'exemple en sanscrit védique pour l'association de deux divinités : Indra et V~yu. Soit ils figurent dans
    un syntagme libre + ca, V~yav IndraÑca, et les deux termes portent un accent (le premier est au vocatif et le
    deuxième est au nominatif), soit ils forment un composé Indrav~yã (1er élément non fléchi et seul V~yu comporte
    une marque casuelle du duel).
    Le latin n'a rien de strictement comparable. Le phénomène le plus proche, de caractère asyndétique est
    ususfructus : usage et fruit ® usufruit. En latin, les deux termes se fléchissent. Les deux termes se trouvent sur le
    même plan et un seul des termes jouerait le même rôle syntaxique qu'une unité simple. Dans papier-monnaie,
    il y a un terme nucléaire et le second apporte une détermination (comme une relative qui définit le premier terme =
    qui est de la monnaie, cf. Werwolf en allemand = homme qui revêt l'apparence d'un loup). Les langues indoeuropéennes ne développent pas ce type de composés. Cependant, le premier terme d'un composé déterminatif
    joue parfois le rôle d'un complément au génitif. Par exemple, le sanscrit r~japutrá- (le fils du roi), ces composés se
    forment souvent avec des termes qui invoquent une origine par eux-mêmes. Comme l'enfant. Ces termes
    relationnels sont caractéristiques de ces composés déterminatifs (allemand Herzog : duc, tirer en étant devant ~
    ducere et Heer : armée).
    2. Les synapsies
    En français, la traduction du terme Herzog par chef d'armée a l'air d'un syntagme ordinaire, avec trois éléments
    dont le joncteur de. Pourtant, on a bel et bien affaire à une sorte de composé. Pour preuve le caractère unique du
    signifié : chef d'armée est remplaçable par général. Pour désigner ce genre de termes, Benvéniste emploie le mot
    synapsie, du grec FL<VBJg4< : joindre, attacher, d'où synapsie = jonction, connexion. Ce type se définit par
    différents critères :
    - unicité du signifié : les sens des composants n'expliquent pas toujours le sens du composé. La somme ne
    fournit par toujours la forme complète
    - les deux termes se présentent dans l'ordre déterminé-déterminant
    - les deux termes revêtent une forme lexicale pleine, il n'y a pas de variante compositionnelle.
    - présence d'un joncteur (le plus souvent de ou à)
    - en principe, le déterminant n'admet pas d'article (c'est ce qui fait la différence avec un syntagme libre).
    Par exemple, maître d'école est une synapsie, on pourra dire instituteur, mais le maître de l'école est un
    syntagme libre, puisqu'il ne se réfère pas nécessairement à l'institution scolaire, on peut dire le maître de l'école
    symboliste.
    Dans le cas de chef d'armée ou de maître d'école, le joncteur marque l'appartenance. Un sous-groupe met au
    contraire en évidence la caractéristique distinctive (ex. : horloge à quartz). Donc le déterminant est apte à remplir
    des fonctions diverses. Ainsi trouve-t-on des joncteurs marquant la destination (ex. : coiffeur pour dames). Il y a 31
    donc une grande souplesse dans la formation de ces synapsies et c'est probablement la raison de la fortune de ce
    type de composés en français. Il s'agit d'un type de composés productifs, surtout dans des langues techniques,
    en contraste avec la rareté des composés déterminatifs dans les langues anciennes.
    Quoiqu'il en soit, ces composés déterminatifs se constituent de deux substantifs. Du point de vue de la genèse, le
    composé déterminatif procède d'un syntagme nominal. S'y opposent des noms composés issus non plus d'un
    syntagme [combinaison, sur la chaîne parlée, de deux ou plusieurs unités consécutives], mais d'une phrase
    complète. Certains composés en effet transposent un énoncé complet. Le type se réalise dans deux structures
    inverses :
    - déterminant + déterminé
    - déterminé + déterminant
    Le déterminé transpose une forme verbale transitive à la troisième personne et le terme régi, soit le déterminant,
    transpose un complément d'objet direct.
    Exemples :
    - skr. : vrtr~ hanti (il abat des résistances)
    De cet énoncé avec un terme régissant (hanti) et un terme régi (vrtr~) dérive un composé signifiant qui abat les
    résistances :
    - skr. : vrtra-hán
    Le premier mot n'est pas fléchi et le deuxième terme se réduit à la racine verbale (nom racine avec une fonction
    d'agent). Ce composé est une épithète du dieu de la force, Indra. Le han s'exprime par la position finale du verbe
    dans l'énoncé correspondant. Ce type a été vivant dans les langues anciennes de la famille indo-européenne.
    Exemples :
    - gr. : •<*k@-n`<@H (qui a tué un homme, meurtrier)
    - lat. : armi-ger (qui porte les armes, armé)
    - got. : arbi-numja (qui reçoit l'héritage, héritier)
    - v. sl. : medv-•d0 (qui mange du miel)
    Le terme régissant apparaît ici toujours en seconde position. Mais on l'a déjà vu auparavant, l'ordre séquentiel
    inverse existe aussi, mais il est plus rare et une partie des langues indo-européennes y répugnent (le latin par
    exemple). Du point de vue de sa genèse, ce type inverse repose sur un énoncé marqué, avec le verbe en tête de la
    proposition qui n'est pas sa place normale.
    Exemple :
    - skr. : vindáte vásu (il acquiert du bien)
    vidád-vasu- (qui acquiert du bien)
    Le caractère marqué d'un énoncé à verbe initial se répercute dans l'emploi du composé correspondant, qui
    fonctionne souvent comme nom propre. Les composés fournissent des noms d'hommes, des noms parlants.
    Homère illustre abondamment ce procédé.
    Exemple du vieux perse : D~raya-va(h)uÓ (qui consolide le bien, qui maintient la richesse). Il s'agit, on le devine,
    du prénom du Grand Roi, )"kgÃ@H pour les Grecs, Darius pour les Romains.
    Parfois, une expression se présente dans les deux ordres : il y a alors des doublets : terme régissant + terme régi
    ou terme régi + terme régissant.
    Exemples :
    - gr. : @Æi@-n`k@H (qui porte sa maison) (l'escargot chez Hésiode, les Scythes chez Hérodote)
    ngkX-@4i@H (maison portative)
    Y a-t-il une différence de valeur entre ces deux variantes distinguées par l'ordre des termes ? Oui. Les Grecs, il faut
    le savoir, n'aiment pas beaucoup la synonymie ! Benvéniste enseignait pour les composés du premier type la
    valeur d'une qualité permanente (il est porteur, c'est fixe), tandis que l'autre type se référait à un énoncé de
    description (il porte, dans une circonstance précise). Cette distinction cependant ne porte pas sur tous les mots.
    Elle n'est donc pas tout à fait satisfaisante.
    3. Les composés possessifs32
    Les composés possessifs sont le dernier type de composés important quant à leur productivité. Ces composés
    transposent aussi un énoncé complet et non pas un syntagme nominal. Ils fonctionnent comme des adjectifs.
    Exemples :
    - lat. : angui-manus : qui a une main serpent (se trouve chez Lucrèce pour qualifier l'éléphant)
    - skr. : hastin- : qui a une main (-in est la marque du possessif)
    Le sanscrit possède aussi des composés de cette sorte et les caractérise par un accent sur la première syllabe du
    premier terme :
    - skr. : r~ja-putra (qui a un roi pour fils, dont le fils est roi) (n'est pas équivalent au r~japutrá que l'on a
    vu plus haut, l'accent a changé de place)
    On voit qu'avec les mêmes termes et dans le même ordre le sanscrit distingue deux choses : des substantifs dans
    le premier cas et un adjectif accentué sur le premier terme dans le second.
    En latin, la caractéristique formelle de ces composés possessifs réside souvent dans le recours à un suffixe i :
    - lat. : tauri-formis (qui a une forme de taureau)
    Ce phénomène est fréquent à partir de féminins en -a, parfois de masculins en -us où il peut y avoir hésitation, par
    exemple avec :
    - remus ® triremis (avec transformation du u en i)
    ® triremus (sans transformation)
    Dans les langues modernes apparaît aussi un suffixe particulier à la fin de ces composés possessifs :
    - angl. : blueeyed (qui a les yeux bleus)
    - all. : blauäugig (qui a les yeux bleus)
    En allemand, l'addition du suffixe -ig entraîne la modification du vocalisme du second terme (Umlaut). Au fond, on
    a affaire à un phénomène d'assimilation à distance. Le i de la finale agit sur la tranche précédente dans le sens
    d'une fermeture (a ® ä).
    T. La dérivation
    1. Le suffixe
    Le lexique d'une langue s'enrichit par la constitution de dérivés qui se définissent par rapport à leur base par un
    suffixe [élément de formation qui s'ajoute à la fin d'une racine ou d'un radical]. L'évolution entraîne parfois un
    changement du statut du signe. En germanique ancien, une classe de composé se définit par *b~ri, signifiant qui
    porte. Ce terme se trouvait en relation vivante avec *beran : porter, reconnaissable dans l'anglais to bear. Dans le
    v. h. a., on rencontre b~ri : qui porte de la reconnaissance. Mais cette notion de porter s'affaiblit, et en allemand
    moderne -bar est devenu un simple suffixe ® dankbar. Il y a suffixation [dérivation par des suffixes] d'un ancien
    terme de composé, emploi beaucoup plus large, non seulement à la suite d'un nom, mais aussi après un adjectif
    (offenbar) ou un verbe (tragbar : portatif). Il y a changement de statut d'un second terme de composé avec
    passage au rôle de suffixe.
    L'ensemble des termes avec un même suffixe forme une classe. Si elle s'accroît régulièrement de dérivés
    continuels, on l'appelle dérivation productive (cf. en français -age, vernissage). Il y a aussi création de
    néologismes (alunissage s'est créé à partir d'atterrissage).
    Un dérivé se caractérise par la forme et la valeur du suffixe, mais aussi par la nature et le genre grammatical de la
    base [partie syntagmatique qui produit des suites représentées par l'indicateur syntagmatique (sert à marquer les
    rapports de certaines unités avec les autres éléments de l'énoncé), sur lesquelles s'appliquent les
    transformations]. Pour vernissage, -age dénote l'action, c'est-à-dire le fait de vernir. Ce sont des noms d'actions.
    Ce suffixe s'attache à une base verbale et fournit des noms masculins.
    En dépit d'une coïncidence formelle, -age de pèlerinage a un statut différent, il s'attache à une base nominale,
    comme veuvage. Du point de vue de la valeur, les deux morphèmes se distinguent aussi, pèlerinage n'est pas un
    nom d'action, c'est une condition ou un état. Non seulement les suffixes diffèrent de forme mais aussi de condition
    d'emploi. Les déverbatifs (dérivés formés sur un verbe) s'opposent donc aux dénominatifs (dérivés formés sur un
    substantif ou un adjectif).33
    Un 3ème groupe a été signalé par Benvéniste : les dérivés délocutifs (dérivé d'une locution), par exemple
    remercier. Il n'est pas construit sur le substantif merci, mais sur la locution merci ! (= dire merci). Le procédé
    n'existe pas que dans les langues modernes, cf. le latin autum~re (argumenter), mais il se fabrique sur autem (or),
    donc dire or.
    2. La structure des dérivés
    Pour la structure des dérivés, l'analyse dégage plusieurs suffixes, dans une seule et même forme. L'addition d'un
    premier morphème à la racine donne un dérivé primaire (lat. n~tus : qui est né, construit sur na-). L'addition d'un
    morphème supplémentaire engendre un dérivé secondaire du type n~-t-§vus. On parle aussi de suffixe primaire et
    secondaire. La définition du suffixe prend en compte aussi ce statut d'élément primaire ou secondaire.
    L'homonymie est à reconnaître. Il y a des morphèmes formellement identiques mais fonctionnellement différent. -
    tus dans natus est un suffixe primaire, mais -tus est aussi un suffixe secondaire avec une valeur différente. Le
    suffixe primaire donne des participes souvent transitifs, mais le suffixe secondaire s'ajoute à des noms et donne
    naissance à des adjectifs, par exemple stella ® stellatus (étoilé), barbatus (barbu), aur§tus (qui a de longues
    oreilles), (aur§tus : suffixe secondaire car auris n'est pas une racine, c'est un mot déjà constitué, le plus petit mot
    est aus, auris, c'est aus + un suffixe -i- avec le rhotacisme). Cela n'a rien à voir avec un participe ou un adjectif de
    description.
    L'addition du -tus comme suffixe secondaire entraîne l'allongement de la voyelle précédente aur0s et aur§tus, on a
    donc une règle de formation, un implication [relation logique entre deux propositions telle que l'une entraîne
    l'autre par une conséquence nécessaire]. La dérivation s'accompagne obligatoirement de cet allongement.
    L'allemand connaît aussi ceci, une catégorie d'adjectifs en -lich manifeste un changement du vocalisme avec
    l'Umlaut, Mann donne männlich; Eigentum, eigentümlich; Hof, hoflich.
    Anciennement, les procédés de la dérivation mettaient en jeu des faits d'accentuation, le dérivé n'a pas toujours
    l'accent à la même place que le mot duquel il dérive, le grec nXkT donne n@kV = le fait de porter, caractérisé
    par le suffixe -~ et le déplacement de l'accent qui passe au suffixe. La dérivation est un processus relativement
    complexe.
    Au plan fonctionnel, le dérivé est soit un catégorisateur, soit un modificateur sémantique. Le catégorisateur
    transfert le signe dans une autre partie du discours. Le suffixe -~ fait placer un verbe dans la classe des noms (cf.
    enseignement et enseigner), le verbe devient un nom.
    Le modificateur sémantique modifie le sens, le signifié, ceci est net pour les diminutifs, le suffixe ajoute une valeur
    particulière : maisonnette, maison; mais les deux sont des noms.
    L'importance de la dérivation comme ressource de moyen d'expression d'une langue est relativement pauvre dans
    le français aujourd'hui, l'italien lui est très souple mais le français reste beaucoup plus strict.
    3. Le champ suffixal
    Un champ suffixal (ensemble de dérivés) ne forme pas toujours un ensemble parfaitement homogène. Par exemple
    en français, les noms d'agents en -eur, c'est encore un type de dérivation déverbative (penser, penseur...). Le mot
    en -eur désigne celui qui accomplit l'action exprimée par le verbe de base. Au plan formel, on a aussi -teur ou -
    ateur ou -iteur (sauveur, sauveteur; serveur, serviteur).
    On a aussi une situation non homogène au plan sémantique, -eur s'applique tantôt à une profession, tantôt à celui
    qui effectue un acte dans une situation particulière. Il y a beaucoup de noms de métiers (imprimeur) et parfois
    l'auteur d'un acte (promeneur, parleur). Parfois un seul et même mot se rapporte tantôt à l'un ou à l'autre (danseur,
    voyageur). Ces deux fonctions se distinguent syntaxiquement, ces deux sous-classes ne se prêtent pas au même
    emploi.
    Les noms de profession se prêtent à la prédication (il est danseur), mais pas pour celui qui danse dans une
    occasion particulière. Ces mots en -eur transposent une expression verbale, ce sont des déverbatifs. Or, l'énoncé
    verbal correspondant comporte parfois une détermination sous forme adverbiale. Il vend bien devient un bon
    vendeur. Dans ce syntagme, bon n'a pas son sens habituel (un gros mangeur mange beaucoup mais n'est pas
    nécessairement gros), on a donc un glissement sémantique. Ces mécanismes de transposition ont une extension
    plus large. Les noms d'agent en -ant ont les même remarques (un bon étudiant, un petit commerçant). Les
    adjectifs s'emploient en quelque sorte au second degré. Il y a un esprit de concurrence, les suffixes se définissent
    les uns par rapport aux autres.
    La distinction entre agent professionnel et auteur d'un acte se retrouve aussi dans les mots en -ant. Représentant
    (métier) peut être employer comme prédicat, mais passant ne se rapporte pas à un statut permanent, mais à un état 34
    actuel, c'est donc faux de dire il est passant. La base de ces dérivés en -eur et -ant se forme aussi bien sur des
    verbes transitifs que intransitifs, on a donc des traits communs. Diseur (transitif), parleur (intransitif). Le référant
    se rapporte tantôt à des personnes tantôt à des objets, le plus souvent à des personnes, mais pas exclusivement.
    Un distributeur peut être une personne ou une chose. Dans cette fonction particulière de référence à objet, -eur
    se rapporte plutôt à un appareil et -ant à un produit (tranquillisant, colorant). C'est une différence notable et
    significative. Il n'y a donc pas de morphèmes tout à fait synonyme. Une différence précise de -eur et -ant se
    présente dans des doublets, on a parfois les deux dérivés : exploiteur et exploitant, l'un exploite abusivement son
    personnel, l'autre le fait normalement. Le français procure aussi passeur et passant, l'un fait passer (verbe
    transitif), l'autre est celui qui passe au sens intransitif. Dans les emplois adjectivaux, on a des différences nettes :
    des yeux charmeurs ou des yeux charmants (l'un charme activement, l'autre passivement ou naturellement). Le
    dérivé en -eur possède une connotation dynamique, il exprime un procès agentif, le dérivé en -ant relate
    simplement un procès objectif.
    Le fonctionnement des noms d'agents en -eur a un écho dans les langues anciennes (grec, latin, sanscrit). Pour le
    grec, les mots en -JZk se rapportent tantôt à des personnes, tantôt à des objets. Le suffixe s'ajoute directement à
    la racine $@JZk (berger, de $`FiT), •k@JZk (laboureur), ÏBJZk (espion). Dans le groupe des
    désignations d'objets figure par exemple .TFJZk (ceinture) et ik"JZk (le vase à mélanger). La coïncidence
    la plus remarquable entre les langues anciennes et modernes porte sur la distinction d'une personne vouée à une
    fonction et l'auteur d'un acte.
    Quand on a le vocalisme 0 (-JZk), il se rapporte à un agent professionnel. D'un autre côté, on trouve le
    vocalisme T (-JTk) qui se rapporte lui à l'auteur d'un acte.
    Il y a des doublets significatifs :
    - *@JZk (donneur, celui qui donne par fonction)
    - *fJTk ( donateur, celui qui a donné, fait un don).
    En accord avec ces définitions, Homère emploie *@JZk pour les fonctionnaires chargés de donner du pain, c'est
    une fonction (Il. 19, 44), par contre *fJTk se dit du dieu Hermès qui a fait des largesses (Od. 8, 335).
    Un autre cas tout à fait significatif est celui du verbe •:b<T : défendre, protéger. •:L<JZk se rapporte aux
    défenses du cerf qui sont vouées à leur fonction par nature et •:b<JTk est un guerrier qui vient au secours de
    son compagnon.
    On peut encore comparer Æ"JZk qui est le nom du médecin, celui qui a pour rôle de soigner et ÆVJTk qui est un
    dieu qui a guéri, en tant que divinité, il a le pouvoir de soigner.
    Le principe de cette opposition remonte peut-être à l'indo-européen commun, car le sanscrit védique propose déjà
    cette opposition où l'on trouve d~tar- et d~tár. On remarque qu'il n'y a pas d'opposition de quantité, ni de timbre
    car e et o aboutissent indifféremment à a, seule la place de l'accent distingue encore les deux types. De plus d~tarest suivi du génitif et d~tár- de l'accusatif.
    En latin, on remarque que des changements analogiques modifient complètement le système ancien. -tor a été
    généralisé et l'accent ne joue plus de rôle, il se règle en fonction de la structure phonique du mot. Si l'avantdernière est longue, elle porte l'accent, sinon il remonte à l'antépénultième. L'accent ne fait plus de distinction
    entre les formes.
    Sur la racine donner, il n'existe qu'une seule forme : d|tor (tantôt l'agent professionnel, tantôt l'auteur d'un acte).
    Le complément se présente toujours au génitif, cf. Plaute, Cistellaria, 373 : datores bellissimi negotiori (les
    donneurs d'une très belle affaire).
    4. L'élargissement
    Le latin ramène deux types anciens à un seul. Seule la forme du féminin témoigne encore d'une ancienne
    alternance dans la forme du suffixe -tr§x (genitor, genitr§x; meretr§x : la courtisane, la gagneuse; victr§x...).
    Comment s'analyse -tr§x ? La désinence marque la fonction et le nombre, elle est au singulier -s. -tr§x se
    décompose donc en < * -tr-§-c-s. Le § est responsable du féminin et -tr- répond à -tor. Reg§na répond à rex. Le -
    c- est un élargissement : élément consonantique fixe sans alternance.35
    Ces noms d'agent existent aussi parfois sous la forme de composés avec une spécification dans le premier terme.
    Sur la racine st~-, on trouve un mot simple sta-tor (sentinelle), mais on trouve aussi des composés anti-stes (qui
    se tient devant, fonctionnaire qui est préposé à quelque chose dans le domaine religieux, officiant).
    Dans anti-stitem, le e devient i dans une syllabe intérieure ouverte où une voyelle brève quelconque passe à i ou
    u, c'est l'apophonie. Dans une syllabe finale fermée, la voyelle ne se ferme pas jusqu'à i, mais s'arrête à e. La
    voyelle étymologique est a, -stes < *-stat-s (le t est indiqué par les formes obliques, tout se simplifie par
    assimilation au profit de la sifflante et le a subit le changement normal). La racine comporte un élément
    additionnel, le t qui est un élargissement.
    Cet élargissement facilite la flexion et prévient des contractions entre la voyelle a et le e de la désinence. Sans cet
    élément, il y aurait rencontre avec des contractions qui rendraient moins claires les oppositions de forme. Il a une
    valeur délimitative au plan du signifiant.
    La notion d'agent s'attache au deuxième terme du composé. On a la preuve avec un fait comparable du grec.
    ÏkXFJ0H ou ÏkXFJ~H (montagne) < * ÏkgF-FJ~-H (nom. sg.) ® celui qui habite dans les montagnes. On n'a
    pas d'élargissement. C'est un nom racine.
    Les élargissements ne sont que peu nombreux, car le nombre des consonnes les limite. On trouve le t, dh, k et s.
    Le caractère additionnel de l'élargissement se manifeste dans les discordances d'une langue à une autre. Une
    langue est élargie et l'autre non.
    gr. i0kLi- : skr. k~ru-, nom du poète; k~ruk-, messager
    Il n'y a pas de contradiction ici, le poète est un personnage ambulant. Il apporte donc des nouvelles et est aussi
    un messager. Il y a eu une spécialisation du sens.
    L'élargissement k pose un problème au niveau de la reconstruction des consonnes vélaires en indo-européen.
    lat. senex : skr. sana-kaL'élargissement k caractérise en propre la forme du sujet, il ne s'étend pas à l'ensemble du paradigme. Pour le
    sanscrit, la consonne k est suivie de la voyelle thématique a.
    Le mot de sens contraire admet aussi un élargissement plus ou moins comparable.
    lat. juvenuis et juvencus (jeune taureau) : skr. juvaÑa- (avec un élargissement en Ñ)
    Ils ne sont pas différents, le français nous habitue à une certaine solidarité entre les deux (sec - sèche).
    L'occlusive k dans certaines conditions connaît une palatalisation (dans yuvaÑa). Pour le vieillard, il n'y a pas eu
    palatalisation et pourtant les conditions sont les mêmes. Les comparatistes s'en tirent par la reconstruction de
    deux occlusives dorsales, l'une vélaire qui ne se palataliserait pas et une autre palatale qui se palataliserait ("ch").
    On les distingue par un signe diacritique *k et *k (pour la palatale).
    U. Phonologie dans le domaine linguistique indo-européen
    1. Les consonnes
    La méthode comparative établit de façon évidente des consonnes sourdes : la labiale p, la dentale t, une ou deux
    dorsales selon les critères : la dorsale palatale k et la vélaire k, et une labio-vélaire k
    w
    .
    Les indo-européanistes ne sont pas unanimes quant à l'existence d'une seule ou de deux consonnes dorsales. Les
    langues occidentales (grec, latin, germanique, celtique) ne connaissent qu'une seule unité. L'opposition de deux
    points d'articulation concerne plutôt le domaine oriental : l'indo-iranien et le balto-slave. Le phonème le plus
    important répond k en grec et en latin vis-à-vis de "ch" en indo-iranien.
    lat. centum : skr. Ñatam
    lat. cr‘dÇ : skr. Ñraddha- (avoir confiance ou la confiance)
    C'est le correspondant le plus fréquent qui se vérifie souvent. Il y a aussi de temps en temps des rapprochements
    entre les formes en k dans les deux domaines de la famille indo-européenne (latin et sanscrit)
    lat. cruor (sang en poésie) : skr. kravisIl n'y a pas de conditionnement particulier, l'environnement phonique ne pourrait pas rendre compte de deux
    évolutions différentes.
    Dans le premier cas, la palatale peut donner un Ñ, dans le deuxième, la vélaire peut donner un k.36
    A cette série de sourdes simples s'oppose la série de sonores simples : (b) (car les exemples sont rares), d, g, g, gw
    (ici aussi on émet une réserve quant à l'existence des deux dorsales).
    Une troisième série se dégage des rapprochements, les sonores aspirées : bh, dh, gh, gh, gw
    h.
    Curieusement, il manque les sourdes aspirées, sauf en sanscrit.
    Il existe aussi une (au moins) fricative, c'est la sifflante s, mais sans contrepartie sonore. Le z n'est qu'une variante
    conditionnée du s devant consonne sonore, il n'y a pas deux unités distinctives.
    s joue un rôle important, il apparaît tantôt dans des positions diverses : initiale, intérieure (voy. + voy., cons. +
    cons., cons. + voy.), finale, et tantôt il joue un rôle dans le radical, le suffixe ou la désinence.
    Ici où là, s subit des changements. En grec, un ancien s initial s'affaiblit en simple souffle. Le latin et le sanscrit
    conserve le s devant voyelle. A l'intérieur, le latin connaît le rhotacisme entre deux voyelles.
    On admet aussi pour la langue mère indo-européenne plusieurs variations de consonnes laryngales (produites au
    niveau de la glotte). L'existence de ces consonnes est sûre mais l'articulation n'est pas connaissable (on les note
    ainsi : h1, h2, h3). C'est un domaine difficile des études indo-européennes.
    Il y a aussi des semi-voyelles. Ce sont des phonèmes de statut mixte réalisable selon l'environnement tantôt en
    voyelles tantôt en consonnes.
    Il y a y (avec pour variante le i). Un mot comme hier se prononce aussi hí-er [i-èr]. Par exemple, de la racine *owis,
    le latin conserve ovis intact, le sanscrit a avis et le grec a @ÉH. Le français ouailles continue indirectement ce nom.
    Les moutons jouaient un rôle important chez les indo-européens.
    Dans le dérivé adjectif de mouton, il y a l'addition d'un o, ce qui donne owy-o-s, devant ce o, le phonème se réalise
    automatiquement sous la forme consonantique. Le sanscrit possède avyas.
    Les autres semi-voyelles sont : w / u; r / r; l / l; m / m; n / n. Dans les langues historiques les nasales vocaliques
    évoluent en des unités vocaliques, par exemple en " pour le grec.
    Exemple : *nÇmn donne en latin nÇmen, en grec Ð<@:" et en sanscrit n~ma (pour le Ç, il n'y a pas d'accord
    complet entre les langues, ce qui marque une incertitude, les limites de la méthode comparative.
    2. Les voyelles
    On a les 6 réalisations vocaliques de précédemment et les voyelles pures : e - o - a.
    Le a a un statut un peu particulier. Seul e et o jouent un rôle dans des catégories grammaticales, dans des
    alternances. Par exemple, gr. 8X(-T / 8`(@H; lat. teg-Ç / tog-a. C'est un héritage de l'indo-européen qui est
    important dans le fonctionnement de la langue.
    a ne joue aucun rôle dans la grammaire. Dans le sanscrit, on trouve beaucoup de a qui remontent très souvent a e
    et o en latin et en grec. Son origine n'est pas toujours un a en indo-européen.
    * yag-, sacrifier, rendre culte ® skr. jag-, gr. ž(4@H
    * mad-, être humide, ivre ® lat. madeo, skr. madati, gr. :"*VT = être mouillé
    * ghans-, oie ® lat. (h)anser
    V. Le vocabulaire
    1. La famille, unité de base de la société
    A travers le lexique indo-européen s'offrent les caractéristiques générales d'une civilisation matérielle, mais
    surtout d'une culture, d'une société, d'où l'intérêt d'un système lexical, mais aussi de concepts et de réalités.
    L'unité de base de la société, la famille, a pour dénomination un nom *dem- ou *dom-o-. Le o est un suffixe de
    dérivation. L'addition de o entraîne l'apophonie. La notion sociale du terme se conserve particulièrement bien en 37
    latin avec domus (féminin). Les dictionnaires donnent pour traduction : maison (mais de la famille avant tout et
    non pas la construction).
    Une vieille prière de Caton, de Agricultura, § 141 : "Mais père, je te prie et te demande d'être bienveillant et
    propice à moi-même et à notre maison (domo) et à nos esclaves (familiaeque nostri)."
    Au point de vue formel, le domo de ce texte se caractérise par sa désinence. Le latin classique a plutôt domui au
    datif singulier, domi existe aussi mais comme locatif. Cette langue atteste domo de la 2ème déclinaison. C'est un
    archaïsme en plein accord avec l'indo-européen.
    Selon Meillet, l'attraction du mot dans les thèmes en u est une conséquence de son genre grammatical, en effet les
    féminins (à part les noms d'arbres) sont peu nombreux dans la 2ème déclinaison, on les met donc dans la 4ème.
    Le nom du maître de la maison se constitue sur domus avec le suffixe -nus (anciennement -no). Dominus se base
    sur domonus (car tribus fait tribunus) et non pas sur domunus. Il témoigne du sens social de domus, chef de la
    famille et non pas de la construction.
    Domesticus témoigne aussi souvent de ce sens social de la maison. Dans Tite-Live 2, 20, 1 : "domestica gloria"
    (gloire de la famille).
    Pour la construction matérielle, on a aedes qui donne aedificare. Mais domus se réfère aussi parfois à la
    construction. En grec *`:@H désigne presque toujours la maison matérielle. Les tragiques connaissent *`:@H
    au sens de famille.
    Les indo-européens avaient un mot de forme *dem- ou *domo- (avec alternance vocalique et thématisation) pour
    la désignation de la maison au sens de famille, comme unité sociale, mais par suite aussi pour la réalité matérielle,
    notamment dans le représentant grec *`:@H de même que dans celui du sanscrit dámas. Dans le Rigveda,
    dámas s'emploie le plus souvent au locatif et signifie dans la maison. La signification sociale de maison-famille
    n'apparaît qu'exceptionnellement, comme par exemple dans l'hymne 3, 6, 3, une prière à Agni (évoque le feu qui
    brille dans la maison) : "Le ciel et la terre, dit le poète, t'établissent comme sacrifice pour la maison."
    Au témoignage du terme simple, le grec et le sanscrit ajoutent un composé très important, qui manifeste clairement
    la notion sociale du terme. Il s'agit pour le grec de *gF-B`J0H. Le premier élément repose sur *dem-s, avec
    probablement une marque de génitif (s), car on a une relation d'appartenance entre le déterminé et le déterminant,
    et B@J- contient l'idée de pouvoir, ainsi *gFB`J0H signifie le maître de maison. Le sanscrit y répond à peu
    près avec dam-pati- (la première partie du composé n'est pas fléchie). La correspondance entre le grec et le
    sanscrit garantit l'antiquité du composé. C'est une formule qui remonte très certainement à l'indo-européen
    commun.
    Si *gFB`J0H ne se rencontre pas chez Homère, c'est que sa configuration (-È-) ne convient pas au mètre
    dactylique. D'ailleurs le féminin correspondant *XFB@4<" figure déjà dans l'Odyssée.
    Les termes grecs et sanscrits connaissent une évolution parallèle. Du sens de maître de maison, le composé
    devient par extension le nom du maître en général. Le dam-pati- du sanscrit se présente souvent au duel, au sens
    de maître et maîtresse de maison. Mais plus tard, quand le mot désigne le maître en général, le mot s'applique à
    deux maîtres en parlant de dieux jumeaux, les AÑvin.
    Quant à *gFB`J0H du grec, le terme se spécialise dans la langue politique (notre despote du français est un
    emprunt). Cela devient un maître absolu et par voie de conséquence, le grec du nouveau testament recaractérise
    le mot dans le sens de maître de maison à l'aide de @Éi@H, qui donne @Æi@-*gFB`J0H. Au fond, cette
    formation d'un surcomposé [composé dont un composant est déjà une forme composée] témoigne indirectement
    de l'évolution du sens de *gFB`J0H. Si le sens original était resté, on n'aurait pas eu besoin de ce surcomposé.
    2. La notion de clan
    Une unité sociale plus large que *dem-, *domo- se traduit dans des termes issus d'une racine *weik- (degré e),
    woik- (degré o), wik- (degré zéro). Des faits les plus archaïques se dégage la notion de clan ou de grande famille.
    Ainsi un composé homérique signifie aux trois clans en parlant des Doriens : Jk4PV-^igH, (Od. XIX, 177), avec
    -^igH, degré zéro de la racine (*wik-). Sur la même variante repose l'avestique (iranien ancien, textes religieux) viÑ-
    , qui peut être traduit par clan, avec le composé viÑ-paiti- (~ skr. pati-), chef de clan. L'autre dialecte iranien
    ancien, celui que l'on appelle le vieux perse, a la forme vih-, le thêta notant une spirante interdentale sourde,
    comme think en anglais. Le vih dans les inscriptions de Darius se rapporte à la famille, et plus particulièrement à
    la famille royale. On lit dans l'inscription de Darius à Persépolis : "Kauramasda me" (protège-moi et ma maison)
    (viham à l'accusatif). 38
    Le terme existe aussi en sanscrit : viÑ-, qui se réfère à des groupements humains ou à des hordes de divinités, les
    Maruts, des compagnons d'Indra. Le terme implique la sédentarité. A côté de viÑ- existe aussi le composé viÑ-pati-
    , le maître de grande famille.
    Le développement d'un sens local de ce *weik-, woik-, wik- s'observe surtout dans les témoins occidentaux.
    Hormis la survivance du sens social dans Jk4PV ^igH, le grec atteste une forme (ú)@4i@H pour désigner la
    résidence de la famille, le lieu où l'on habite. Le terme est bien présent dans les quasi adverbes @Çi@4 (à la
    maison) et @Çi"*g (à la maison, avec mouvement). La notion de construction matérielle ressort d'un composé
    comme @Æi@-*`:@H, qui désigne l'architecte. Dans l'Italie ancienne existe un correspondant exact du grec
    (ú)@4i@H : v§cãs (le § long remonte à une ancienne diphtongue oi).
    V§cãs désigne un ensemble d'habitations, un quartier, voire aussi une rue. Le mot apparaît déjà chez Plaute,
    mercator, 665 : in vicis omnibus. Parfois, la littérature nous garde le nom d'une rue : Pl., Curculio, 482 : vicus
    hiscus, la rue des étrusques. Conformément à son sens administratif et social, le quartier avait son chef, appelé
    magister v§c§, responsable du culte des lares compitales, les Lares du carrefour. Mais cette institution, connue
    sous Auguste, n'a rien à voir avec l'ancienne fonction de chef de clan. V§cãs n'a plus le sens de clan, mais de
    quartier, une notion administrative. L'ancien nom du chef de clan, en latin, était probablement le v§c§nus. C'est le
    nom du voisin, donc l'habitant du même quartier. De même que dominus est le chef de la maison, le v§c§nus est le
    chef de clan.
    A la campagne, v§cãs s'applique à un bourg, à un village, et s'oppose alors à urbs ou à oppidum. A la campagne
    se rencontrent aussi des fermes et des exploitations agricoles. Or, le nom de la ferme dérive de la même racine
    *weik- à l'aide d'un suffixe en l : *weiks-la > villa. La ferme se compose de plusieurs bâtiments mais c'est une sorte
    de subdivision du v§cãs. Le v§cãs englobe plusieurs fermes. Le rapport entre les deux termes s'exprime dans un
    texte de l'historien Tite-Live, II, 62, 4 : dans un conflit avec les Romains, en 465 av., les Sabins se mobilisèrent à la
    suite de l'incendie de leurs habitations : incendia non solum villarum sed etiam vicorum. Le texte parle de
    l'incendie non seulement de leurs fermes (villarum), mais aussi de leurs villages (vicorum). Comme l'enseigne le de
    Agricultura du vieux Caton, le propriétaire d'une villa s'identifie avec la maître de maison, dominus, tandis que
    l'exploitant du domaine agricole s'appelle le vilicus (fermier, intendant). Ce dernier mot est formé à l'aide du suffixe
    -icus, un morphème qui marque habituellement l'appartenance et qui forme généralement des adjectifs. A titre
    parallèle, voici le nom du peuple, populus, et l'adjectif dérivé poplicus (avec syncope du u, on a publicus dans la
    littérature latine), tel qu'on le trouve dans le Senatus Consulte des Bacchanales de 186 av. Autre exemple dans le
    groupe des ethnies, l'adjectif punicus dérivé de Poeni, les Carthaginois.
    Encore plus à l'ouest, dans le domaine du germanique, à défaut de correspondants pour villa et vilicus, le gotique
    a un écho de v§cãs : weihs. Le mot s'oppose à baurgs (la ville, cf. -burg en allemand) et haims (le gros village).
    L'importance de ces termes se mesure par leur large représentation dans le domaine des langues indoeuropéennes, notamment en slave, où l'on trouve une forme v0s0 (sur la racine *wik-).
    3. La notion de tout
    Ce qui est intéressant dans le cas du vieux slave, c'est l'existence d'un homonyme, sous la forme d'un pronomadjectif, qui a le sens de tout. Cette concordance formelle pose un problème étymologique intéressant, car une
    situation comparable se retrouve en sanscrit, où víÑ (le clan) coexiste avec víÑva (tout). Le hasard est difficilement
    imaginable. D'autant plus qu'en latin, on a également une situation parallèle avec totus (tout), qui rappelle de près
    le nom d'un groupement humain. Dans une langue italique voisine, en osque dans un premier temps, on trouve la
    forme tout~-, et en ombrien dans un deuxième temps, le terme tota-, que l'on traduit par civitas (communauté d'une
    ville). Il semble donc que la relation de l'unité à la totalité ait été conçue d'après le rapport de l'individu au groupe.
    Mais la relation entre le latin totus et l'osque tout~ n'est pas exacte : en latin, normalement, à la diphtongue ou de
    l'osque répond non pas un Ç long mais un ã long (osque lúvkis / loukis : lat. Lãcius). Malgré la difficulté formelle,
    à savoir cet écart au niveau du vocalisme, le rapprochement demeure séduisant, car les notions de totalité et de
    communauté présentent des relations certaines. Pour preuve, l'expression de tota civitas utilisée par C.
    Quadrigarius.
    Il est également significatif que les Allemands signifie tous les hommes (alle + man). Au Moyen Âge, le terme
    Alaman(n)i ou Aleman(n)i désignait une confédération des peuples du sud de la Germanie. A une ère
    géographique et linguistique un peu plus éloignée appartiennent les Teutons, désignés par le terme Teut4n§. Ce
    nom repose sur *teut~- qui signifie peuple, état. L'osque touta- remonte aussi à cette étymologie. Les Teutons
    résident d'abord dans le Jütland (ou Jylland) (Danemark actuel) et du côté de l'embouchure de l'Elbe. Mais à la fin 39
    du IIème av., ces hordes descendent vers le sud en compagnie des Cimbres (Cimbri) et atteignent la Gaule,
    menaçant ainsi l'empire romain, d'où l'intervention de Marius en 105 av.
    Un autre dérivé de *touta- donne l'adjectif deutsch < diutisc en v. h. a. Ce terme s'applique d'abord à la langue et
    signifie du peuple, populaire. Leur langue maternelle donne donc une image vulgaire vis-à-vis de la langue
    cultivée, à savoir le latin.
    Le dernier témoin dont nous disposons est une forme du gotique dans la traduction de la Bible au IVème siècle :
    *teut~ donne régulièrement Þiuda (Þ est une spirante interdentale sourde, l'équivalent du th anglais), mot féminin
    qui désigne le peuple (= §h<@H en grec). On a donc affaire ici à une dénomination bien représentée en Europe et
    même au-delà.
    En effet, un correspondant se présente encore dans le hittite. Or, en hittite, le sens se comprend dans le contexte
    militaire. Il s'agit non plus du nom du peuple mais de l'armée. C'est le mot tuzzi. Pourtant il n'y a pas
    d'incompatibilité des sens. Tuzzi désigne en fait le peuple en armes.
    On trouve des parallèles dans d'autres langues. Le latin, pour désigner le peuple, emploie le terme populus. Or, ce
    terme a peut-être été aussi un nom de l'armée, mais à l'époque prélittéraire. Cette hypothèse se fonde sur le sens
    du verbe populare ou populari, deux formes très anciennes, qui signifient dévaster, ravager, piller, c'est-à-dire
    envahir avec une armée, se comporter comme une armée. Il est difficile en effet de séparer populare de populus.
    Ces formes suggèrent très fortement une parenté. Mais le sens du verbe suppose alors pour populus le sens
    précis de peuple en armes. C'est parfaitement imaginable du point de vue typologique. L'allemand ne se comporte
    pas autrement. Cette langue a une forme Heer, d'où dérive le verbe verheeren, qui signifie également dévaster,
    piller.
    Latin et allemand présentent donc des phénomènes tout à fait analogues. Mais à une date historique, le substantif
    désigne toujours une communauté humaine dont les contours peuvent être imprécis, comme chez Plaute, où
    l'esclave du Pseudolus philosophe sur les moeurs de son temps : "L'engeance des malfaiteurs fait du tort à tout le
    monde (omni populo male fecit)." L'expression à tout le monde est traduite par omni populo. Il faut donc
    entendre : "Le hors-la-loi fait du tort à tout un chacun." Populo n'est pas une entité bien précise.
    Dans un sens mieux défini, le terme se rapporte à une entité politique investie d'un pouvoir législatif. En effet,
    l'ensemble des décisions émanent du peuple et du Sénat : cf. Senatus populusque Romanus. Par ailleurs, le peuple
    exerce des fonctions judiciaires, et les préteurs tiennent compte de son avis. Mais le terme traduit surtout une
    fonction sociale que Cicéron définit bien dans son De Republica (I, 25) : "Un peuple n'est pas tout rassemblement
    d'hommes groupés en troupeau n'importe comment, mais..."
    4. Le mot populus
    Qu'en est-il de l'histoire de l'étymologie de populus ? Le mot est italique : il se retrouve dans les dialectes voisins.
    - En ombrien (entre le cours supérieur du Tibre et les Apennins du nort de l'Italie), on trouve la forme poplom (acc.
    sg.), comme le latin poplom, dans une inscription de 189 av. (CIL I2
    , 614).
    - L'étrusque entre lui aussi en ligne de compte. Certes ce n'est pas une langue de la famille indo-européenne, mais
    de l'Italie ancienne et qui a été influente par les emprunts que d'autres langues lui ont faits. L'étrusque présente
    donc des formes telles que pupluna ou encore PopulÇnia (centre industriel très important). Ces données invitent
    à considérer les formes de l'ombrien et du latin comme des emprunts à l'étrusque. D'autant plus que l'historien
    Tite-Live emploie le terme populus pour parler des douze cités de la confédération étrusque, ce qui est donc un
    mot étranger !
    Au substantif s'associe un adjectif signifiant du peuple : popules. Cet adjectif pose un problème linguistique.
    Comment dit-on qui appartient au peuple ? Pãblicus. Cet adjectif est déjà utilisé par Cicéron dans sa définition
    avec Res Publica. La formation à l'aide du suffixe -icus s'inscrit dans un ensemble. Le latin possède en effet un
    petit groupe d'adjectifs d'appartenance caractérisés par le suffixe -icus. Dans le même rapport que pãblicus, on
    trouve c§vis - c§vicus... Du terme osque *teut~- dérive un adjectif en -icus, túvtiks, qui se latinise en tãticus. C'est
    un épithète pour le magistrat suprême des Osques, que l'on appelle medix tãticus. Donc la formation de publicus
    est une formation tout à fait normale, notamment dans le vocabulaire politique.
    La difficulté se situe plutôt dans la forme de la base pãbl-, alors que le substantif p4p(u)l- correspondant à un 4
    bref. A vrai dire, la forme attendue, régulière, à savoir poplicus, existe, dans la fameuse inscription de 186 av.
    concernant l'interdiction du Sénat de célébrer les bacchanales. On y trouve l'ablatif singulier poplicÇd.
    Comment s'explique alors la variante la plus usuelle pãblicus ? Une explication habile consiste à la rapprocher du
    mot pãb‘s (la jeunesse). En dépit des apparences, la jeunesse jouait à Rome un rôle politique. Dans les 40
    assemblées du peuple, la jeunesse joue un rôle représentatif. En témoigne le Pseudolus de Plaute (v. 126), où le
    récitant dit qu'il annonce quelque chose à tout le monde "omni poplo pube praesenti" (la jeunesse étant
    présente). Donc la notion de peuple et la notion de jeunesse ici se côtoient. Cela trouve confirmation aussi dans
    un témoignage du grammairien Festus, qui dit que pãb‘s peut s'employer au sens de peuple. Quand on dit en
    présence de la jeunesse, on veut dire en présence du peuple (il s'agit d'une figure de style, qui prend une partie
    pour désigner le tout). Il y aurait donc une sorte de contamination entre pãb‘s et populus, d'où la formation
    adjectivale de pãblicus.
    Une autre voie semble possible. En dehors du cas de populus - pãblicus, le rapport entre un 4 bref et un ã long se
    rencontre dans le couple h4mo - hãmanus, notion importante à l'époque de Cicéron (humanitas : idéal de vie
    harmonieuse). Dans une perspective large comparative, ce rapport entre une voyelle brève d'un terme de base et
    une voyelle longue dans un terme dérivé s'observe régulièrement en indo-iranien : skr. : dharma- (la loi
    religieuse)
    De ce dharma, dérive un adjectif en -ika, le correspondant exact du -icus latin, à savoir dh~rmika, qui comporte
    un ~ long. Cet accroissement est appelé vrddhi. Il y a peut-être là une explication possible du degré long de
    hãmanus et de pãblicus. Mais le latin n'en fait pas un système. Il semble que les concrétisations de ce phénomène
    courant de l'indo-iranien ne soient en latin plus que des vestiges.
    A la notion de populus s'associe la notion de pl‘bs ou pl‘b‘s (la plèbe), association concrétisée par l'expression
    populus pl‘bsque (Cicéron, Pro Murena I, 1). Ces notions sont voisines, mais pas équivalente à cause de
    l'économie linguistique qui n'aime pas les mots synonymes.
    Qu'est-ce que la plèbe ? C'est un ordre. La société romaine compte en effet trois ordres :
    - l'ordre des sénateurs (sénatorial),
    - l'ordre des chevaliers (équestre)
    - et l'ordre de la plèbe.
    La plèbe n'est pas exactement une classe sociale. Mais il est vrai, dans les premiers temps de la République, des
    luttes s'élèvent entre des ordres supérieurs et la plèbe, à savoir entre les Patriciens et les Plébéiens. Il y a
    indubitablement entre ces deux groupes une différence de statut économique : les Plébéiens sont souvent
    pauvres, mais libres néanmoins. Ce sont les paysans, les artisans et les commerçants. Comme pour populus, il y a
    des emplois de pl‘bs aux contours mal définis, où la plèbe correspond à la foule, à la masse populaire, qui oriente
    vers l'étymologie : pl‘bs dérive de la même racine verbale que pl‘re, impl‘re (= remplir). A cette même racine
    appartient le mot grec B8-h@H, qui signifie la foule.
    5. La societas
    Dans le contexte du vocabulaire culturel et social, l'expression de la notion de société, societas, repose sur socius,
    ii, m et le suffixe -tas qui est un suffixe vivant et productif (suffixe abstrait). Le terme jouit d'une bonne
    représentation (terme latin et italique) notamment en falisque (Faléries, 40 km au nord de Rome).
    Dans une inscription très archaïque de 600 av. d'un texte qui court tout autour d'un vase, le féminin socia apparaît
    dans un sens affectif. Dans ce texte, il s'agit d'une amie qui reçoit un cadeau de son ami. Il se nomme lui-même et
    s'appelle Pravios : "Praviosurnam : sociaipordeokarai"
    - Il n'y a pas de séparation entre les mots, sauf les : qui séparent en fait le titre du reste de la phrase.
    - Sociai est un datif, ainsi que karai accordé avec sociai.
    -Pordeo est un verbe composé : por + ded = obtulit.
    - Il est à noter que karai recourt au k devant a et consonne, et c devant les voyelles antérieures i et e
    (sociai), c'est donc une inscription très intéressante puisqu'elle laisse apparaître deux oppositions très
    nettes en une seule ligne.
    Pour illustrer et compléter ceci, la doyenne des inscriptions romaines (la Pierre Noire) comporte kalatorem (k
    devant a). Le q lui s'écrivait devant les voyelles d'arrières o et u, pequnia (pour pecunia).
    On obtient donc la traduction que voici : "Pravios a offert l'urne à sa chère amie."41
    Le falisque est très proche du latin, on pourrait même parler d'un groupe italo-falisque. Cette notion se retrouve
    dans l'équivalent sanscrit qui possède un terme voisin de forme voisine et de sens très proche, skr. sákhi- : le
    compagnon. Il y a aussi une idée affective dans ce mot (compagnon familier, ami).
    Quelle en est l'étymologie ? Le substantif s'apparente à un verbe qui existe aussi en latin et en sanscrit. C'est, pour
    le latin, sequ-, avec la possibilité d'une alternance vocalique, le e coexiste avec o qui caractérise le dérivé nominal
    *sokw
    -y-o. Le latin se distingue très peu du sanscrit. Seule la voyelle thématique (o final) caractérise le
    représentant latin. Il y a simplification de k
    w
    devant y qui passe à une vélaire simple devant toute consonne.
    Latin secta : mouvement, ligne que l'on suit, doctrine à laquelle on adhère, k
    w
    se simplifie devant le t. Il y a pour
    le mot secte une étymologie concurrente avec sectus (coupé, séparé). Mais d'après les sens anciens le rapport
    doit être fait avec sequor.
    On trouve d'autres représentants encore du terme en question dans d'autres langues. Le germanique apporte
    aussi son témoignage. En germanique septentrional, c'est-à-dire en vieux scandinave qui possède une très belle
    littérature depuis que la Pléiade en a édité une traduction française, on trouve : v. scand. seggr, et l'accusatif segg.
    C'est une forme à première vue éloignée, mais on retrouve le s et la consonne occlusive dorsale sonore. Il y a le e
    vis-à-vis du o de socius, normalement un o ancien passe à a en germanique (cf. octo qui devient acht en
    allemand).
    Mais le a subit l'Umlaut, qui est une assimilation à distance, par la présence d'un yod à la deuxième syllabe,
    *sokw
    yos, son effet est d'altérer le timbre de la voyelle précédente. (cf. Gasti ® Gästi ® Gäste (avec un
    affaiblissement). En germanique, le s se sonorise et se rhotacise, z devient r, comme en latin où cela se limite à la
    position intervocalique.
    Après tous ces éclaircissements, seggr devient compatible avec le latin socius. Il signifie homme, héros, mais dans
    des contextes particuliers, c'est plutôt le co-héros, relation particulière avec un autre homme. C'est souvent un
    compagnon.
    Voici un exemple d'emploi dans un texte de caractère mythologique dans le discours de Skirnir. Dans ce poème, le
    dieu Freyr, monte sur le trône d'Odinn (sorte de Jupiter scandinave). De là-haut, il contemple le monde. En
    regardant vers les Géants, il aperçoit la belle Gerd. Il se confie à son serviteur Skirnir. "Comment te dirai-je mon
    grand tourment, jeune compagnon, c'est que le rayon des Elfes (= soleil) luit tous les jours sans sourire à mes
    ardents désirs." Ton désir je ne le crois pas si grand, homme (seggr), comme auparavant nous nous faisions
    confiance, tu peux tout me dire.
    Dans le vieil anglais, on retrouve le même mot : v. angl. secg : homme (de confiance).
    Il y a une idée de réciprocité, dans le socius latin, quand dans la phrase il fait écho à un autre socius : socius
    socium. Ce parallèle se retrouve dans le sanscrit qui présente lui aussi deux fois le mot dans la phrase.
    Pour le latin, nous avons le fragment du poète comique Caecilius Statius, IIème av. (~225-168), période archaïque :
    cum sibi alius socius socium sauciat : c'est une vraie troupe de gladiateurs où l'associé blesse son propre
    associé.
    Voici un exemple dans le sanscrit, plus exactement dans le sanscrit des Védas, dans un hymne à Agni : "Le père
    accomplit le sacrifice pour son fils, l'ami pour son ami et le compagnon pour le compagnon qu'il s'est choisi." Dans
    un autre texte aussi où l'on demande la bienveillance à Agni : "Sois bien intentionné pour nous, Agni, quand
    nous t'approchons, sois un bon associé, comme les parents pour leur fils."
    Dans le monde du travail, les membres d'une équipe s'appellent aussi du nom de socius. Le sens est ici plus
    institutionnel. On en trouve une illustration dans le de Agricultura de Caton, § 144 : Le paysan récolte des olives
    et il a besoin de beaucoup de bras, d'une équipe d'ouvriers. Le risque c'est que tous les paysans cueillent les
    olives au même moment.Les ouvriers pensent à leur paye et à celui qui paye le mieux, ainsi parfois ils changent de
    patron au dernier moment. Le fermier se protège contre ces éventuelles défections avec une sorte de contrat, car
    on prêtait serment (la parole donnée est sacrée). "Que l'entrepreneur fournissent autant de ramasseur qu'il en
    faudra, qu'aucun n'aille voir ailleurs, à moins qu'il trouve un remplaçant. Pour que personne n'agisse à l'encontre
    de ce principe et si quelqu'un veux travailler, que les hommes le jurent : jurent omnes socii."
    Ils sont liés vis-à-vis de l'entrepreneur et entre eux aussi, un homme doit être remplacé par un autre. La parole
    donnée s'appelle la fides (loyauté). C'est pourquoi la societas est parfois qualifiée de sancta, comme la loi aussi.
    Cela exprime l'idée d'inviolabilité, parfois dans le mal aussi. Dans l'évocation de l'offense de Catilina, societas
    apparaît pour les liens entre les conjurés.42
    Dans le de Officiis 1, 26, Cicéron cite un fragment d'Ennius au sujet de l'inviolabilité de la societas : "Il n'y a pas de
    sancta societas lorsqu'il s'agit de régner, la course au pouvoir est si prenante, que l'on oublie parfois la loi : nulla
    sancta societas nec fides regni est."
    On a aussi une concurrence entre socius et les termes qui impliquent la réciprocité. Par exemple, consors (cum-),
    conjux (surtout une appellation attribuée à la femme). Consors peut désigner le cohéritier (enfants qui héritent
    ensemble du patrimoine), les enfants sont en quelque sorte socii, ils s'occupent ensemble de l'héritage.
    De là naît l'idée d'une société au sens politique. Cicéron joue un grand rôle dans la formation de ce sens, de Off. 1,
    50 : "Quels sont les principes naturels de la communauté sociale entre les hommes ? Il faut voir ce qu'il en était
    tout au début, l'enseignement et l'étude (vinculum est ratio et studium) associent les hommes entre eux et les
    unissent dans une sorte de société naturelle."
    Il y a beaucoup de termes réciproques docendo / discendo, aussi l'idée de communiquer, communicando. Socius
    au Ier av. s'emploie aussi comme adjectif, ce qui est assez remarquable. Cela se conçoit à partir d'emplois comme
    apposition avec une réinterprétation et un réemploi du mot comme adjectif (cf. en français allié et un peuple
    allié). Il faut faire une distinction entre deux groupes de peuples liés à Rome : les Latins et ceux un peu plus
    éloignés : les socii. Les deux sont bien distingués dans les Bacchanales : "tous les citoyens romains et aussi les
    non latins et à quiconque des alliés (socium (= sociorum) quisquam)."43
    W. Lexique (les mots entre [ ] sont tirés de Georges Mounin, dictionnaire de la linguistique, PUF, 1974)
    - adstrat : élément étranger qui marque une autre langue de ses interférences
    - allomorphes : se dit des différentes formes qui représentent le même morphème réalisé dans des contextes
    différents
    - analogie : tendance à refaire les formes d'après des modèles
    - anaptyxe (ou voyelle d'appui ou voyelle anaptyctique) : phonème supplémentaire, dit parfois aussi
    euphonique, provoqué par l'alignement, par analogie, d'une forme de syllabe rare dans une langue
    - anomal : désigne un énoncé grammaticalement correct, pour lequel on ne peut fournir aucune
    interprétation sémantique à l'aide de critères linguistiques et dans le cadre du code de la langue ordinaire
    - aphérèse : chute d'un ou plusieurs phonèmes à l'initiale
    - apocope : chute à la finale d'un mot d'un ou plusieurs phonèmes
    - articulation, mode d' : façon de mettre en oeuvre les organes de la phonation, décrit le traitement de la
    colonne d'air
    - articulation, point d' : décrit les endroits des organismes qui sont concernés par la production du son
    - assimilation : lorsqu'un phonème adopte un ou plusieurs des traits articulatoires d'un phonème contigu
    - assimilation progressive : le son assimilateur précède le son assimilé
    - assimilation régressive : cas inverse du précédent
    - base : partie syntagmatique qui produit des suites représentées par l'indicateur syntagmatique (sert à marquer
    les rapports de certaines unités avec les autres éléments de l'énoncé), sur lesquelles s'appliquent les
    transformations
    - changement aveugle : changement qui ne connaît pas d'exception
    - chronologie relative : chronologie qui se rapporte à un autre élément pris comme point de comparaison ou point
    de départ
    - classes : ensemble des éléments susceptibles de commuter avec un élément donné dans un contexte
    donné
    - corrélation : ensemble de deux séries (p f t k série sourde, b v d g série sonore)
    - cunéiforme : type d'écriture dont les caractères en forme de coins ou de clous diversement combinés
    correspondent aux empreintes de roseaux taillés que les scribes utilisaient sur des tablettes d'argile fraîche
    - dénominatif : dérivé formé sur un substantif ou un adjectif
    - dérivé délocutif : dérivé d'une locution
    - désinence : c'est la caractéristique flexionnelle, c'est-à-dire l'élément variable de fin de mot qui distingue les
    différentes formes d'un paradigme nominal ou verbal en indiquant le cas, le genre, le nombre, la personne,
    la voix
    - déverbatif : dérivé formé sur un verbe
    - diachronie : étudie l'aspect évolutif de la langue
    - dissimilation : phénomène par lequel deux phonèmes semblables figurant dans le même mot ont tendance à se
    différencier, l'un d'eux changeant son point d'articulation ou même disparaissant complètement
    - économie : l'économie d'une langue est le résultat de l'application, à la fonction de communication, du
    principe du moindre effort
    - emprunt : intégration à une langue d'un élément d'une langue étrangère
    - épenthèse : métaplasme qui consiste en l'apparition, à l'intérieur du mot, d'un phonème non étymologique,
    insertion d'une consonne dans un groupe
    - ergatif : cas qui, quand il existe formellement dans une langue, marque l'agent des verbes transitifs
    - euphémisme : adoucissement d'une expression jugée trop choquante
    - évolution : ensemble des modifications subies entre deux moments de l'histoire
    - fréquence : indice mathématique et statistique calculé à partir du nombre d'occurrences d'un élément dans
    un ensemble de textes
    - générique : se dit d'un mot dont le sens englobe toute une catégorie d'êtres ou d'objets. Oiseau est un
    terme générique pour corbeau, moineau...
    - graphème : unité graphique minimale entrant dans la composition de tout système d'écriture
    - hiératique : écriture cursive égyptienne dérivée des hiéroglyphes monumentaux
    - hiéroglyphe : chacun des signes du système d'écriture idéographique des anciens Egyptiens
    - hypercorrection graphique : forme phonique ou graphie dans laquelle on restitue, par erreur, un élément qu'on
    croit disparu dans l'évolution de la langue
    - idéographique, écriture : type d'écriture qui représente des significations à l'aide de dessins reconnaissables ou
    abstraits sans se référer à la forme phonique44
    - idiome : désigne le langage d'une communauté à laquelle ne correspond aucune structure politique,
    administrative ou nationale
    - implication : relation logique entre deux propositions telle que l'une entraîne l'autre par une conséquence
    nécessaire
    - inchoatif : lorsque l'action est envisagée soit dans son commencement, son début, soit, de façon plus
    lâche, dans son devenir
    - intégration : un phonème qui entre dans les rapports proportionnels que constituent les corrélations est dit
    intégré
    - langue agglutinante : lorsque les fonctions syntaxiques s'expliquent à l'aide d'affixes
    - langue flexionnelle : lorsque le procédé met en oeuvre la variation d'une désinence ou la modification du radical
    - langue isolante : lorsque les rapports entre les termes énoncés s'expliquent par leur positions successives
    - linguistique : science du langage, c'est-à-dire étude objective, descriptive et explicative de la structure, du
    fonctionnement (linguistique synchronique) et de l'évolution dans le temps (linguistique diachronique)
    des langues naturelles humaines
    -métaphonie : assimilation du timbre d'une voyelle à celui d'une voyelle voisine
    -métaplasme : changement du signifiant phonétique
    -métathèse (ou interversion) : interversion de phonèmes, contigus ou non
    -modèle : représentation formelle (ou formalisée) soit d'une théorie, soit d'un phénomène linguisitque
    donné
    -monème : unité minimale de première articulation, dotée d'une forme et d'un sens
    -motivé : dont le sens peut être déduit de ses composants
    - paires minimales : deux signifiants qui sont des quasi-homonymes, c'est-à-dire qui ne se distinguent l'un de
    l'autre que par un seul de leurs phonèmes
    - neutralisation : perte d'une opposition distinctive dans un contexte phonique déterminé
    - paradigmatique : ensemble de formes en relation de substitution : je suis, j'étais, je serai
    - paradigme : ensemble de termes en relation (déclinaisons, conjugaisons)
    - pictogramme : type d'écriture qui représente des significations à l'aide de dessins figuratifs ou symboliques
    sans se référer à la forme phonique d'un énoncé
    - polysémie : propriété qu'a un même signifiant de présenter plusieurs signifiés
    - rection : lorsque la présence d'un monème grammatical est conditionnée par la présence d'un monème
    qui le précède et qui, généralement, appartient à une classe ou une catégorie différente
    - régime : mot ou groupe de mots régis par un autre
    - signe : objet, forme ou phénomène qui représente autre chose que lui-même
    - signifiant : forme concrète, perceptible à l'oreille, qui renvoie à un concept, le signifié = la forme
    - signifié : composante d'un signe saussurien à laquelle renvoie le signifiant, il s'agit d'un concept = le
    contenu
    - substrat : de deux langues en contact, c'est la première ayant existé dans l'aire considérée
    - suffixe : élément de formation qui s'ajoute à la fin d'une racine ou d'un radical
    - suffixation : dérivation par des suffixes
    - superstrat : éléments d'une langue parlée conjointement à une autre, qui ne s'est pas finalement imposée et
    n'a laissé dans cette autre que des témoignages
    - supplétisme : mot qui complète le sens du mot principal
    - surcomposé : composé dont un composant est déjà une forme composée
    - syllabogramme : représentation d'une syllabe complète
    - synchronie : se fonde sur l'observation des éléments d'une langue à un moment donné de son histoire,
    indépendamment de toute évolution dans le temps
    - syncope : métaplasme par suppression (ou absorption) d'un phonème, d'une lettre ou d'une syllabe à
    l'intérieur d'un mot
    - syntagmatique : groupe d'éléments dans la chaîne du discours
    - syntagme : combinaison, sur la chaîne parlée, de deux ou plusieurs unités consécutives
    - tabou : désigne l'interdiciton d'un mot pour des raisons religieuses, sociales, culturelles ou autres; on
    l'évite par l'euphémisme
    - terminus antequem : limite avant laquelle se trouve un point de repère
    - terminus postquem : limite après laquelle se trouve un point de repère
    - trait progressif : changement de point d'articulation qui est orienté de l'arrière vers l'avant
    - trait régressif : changement de point d'articulation qui est orienté de l'avant vers l'arrière45
    X. Table des matières
    A. Introduction p. 2
    B. Problème de la répartition entre la forme pleine le et l' de l'article p. 3
    C. Les signes p. 3
    1. Introduction p. 3
    2. L'antiquité p. 4
    3. La Mésopotamie p. 4
    D. L'alphabet grec p. 5
    E. Le problème de l'orthographe p. 6
    F. Evolution d'un changement conditionné p. 8
    1. Dépendant de l'environnement p. 8
    2. Chronologie du changement et types de changement p. 8
    G. Evolution d'un changement non conditionné p. 9
    H. Le phénomène de l'économie p. 9
    1. L'économie p. 9
    2. L'intégration p. 10
    3. Le rendement fonctionnel p. 10
    4. La fréquence p. 11
    I. Aspects morphologiques p. 11
    1. Uniformisation des masculins pluriels allemands p. 12
    2. Le présent et le parfait p. 12
    3. La rection p. 13
    4. Dédoublement d'une unité lexicale p. 13
    J. Historique de la linguistique comparée p. 14
    K. La méthode comparative p. 16
    1. Les principes de la démarche dans la comparaison génétique
    des langues d'une famille p. 16
    2. La restituion d'un terme p. 17
    3. Exemple de reconstruction jusqu'à l'indo-européen communp. 18
    4. Exemple de concordance dans le système grammatical p. 19
    L. L'emprunt p. 20
    M. Le tabou linguistique p. 21
    N. Nature de la consonne en indo-européen et reconstruction de phonèmes
    disparus p. 22
    O. La flexion p. 22
    1. Introduction p. 24
    2. Structure du mot p. 24
    3. Les catégories flexionnelles p. 25
    P. L'alternance vocalique p. 26
    1. Introduction p. 26
    2. Exemple du grec et du latin p. 26
    3. Situation du latin classique p. 27
    Q. Les catégories du verbe p. 27
    1. Le nombre p. 27
    2. Le genre p. 27
    3. Les aspects et les modes p. 28
    R. Syntaxe p. 28
    1. L'agencement des termes p. 28
    2. La phrase nominale p. 29
    3. Les conjonctions de coordinations p. 29
    S. La formation des mots p. 30
    1. Les composés copulatifs p. 30
    2. Les synapsies p. 31
    3. Les composés possessifs p. 32
    T. La dérivation p. 32
    1. Le suffixe p. 3246
    2. La structure des dérivés p. 33
    3. Le champ suffixal p. 34
    4. Les élargissements p. 35
    U. Phonologie dans le domaine linguistique indo-européen p. 36
    1. Les consonnes p. 36
    2. Les voyelles p. 37
    V. Le vocabulaire p. 37
    1. La famille, unité de base de la société p. 37
    2. La notion de clan p. 38
    3. La notion de tout p. 39
    4. Le mot populus p. 40
    4. Le mot populus p. 41
    W. Lexique p. 43
    X. Table des matières p. 45

---------------------------------------

Image qui suit la souris

Image qui suit la souris