• La musique en classe.

    Effets de la musique sur l’apprenant

    1. La musique détend et fait baisser le niveau de stress qui inhibe l’apprentissage.

    Certaines musiques favorisent la production d’ondes alpha au niveau du cerveau. Cet état
    mental est propice à la mémorisation et au rappel des connaissances.
    2. La musique agit directement sur le corps, particulièrement sur le métabolisme et sur
    les battements cardiaques. Un rythme de musique lent peut calmer, apaiser, produire un
    état de tranquillité et de bien-être qui favorise un meilleur apprentissage. Un rythme
    rapide, entraînant, peut stimuler, éveiller en augmentant le flux sanguin et l’apport
    d’oxygène au cerveau.
    3. La musique peut favoriser certains apprentissages complexes. La musique classique
    peut améliorer la faculté de raisonnement abstrait (celle en particulier utilisée dans les
    mathématiques) en renforçant certaines connexions entre diverses parties du cerveau.
    4. La musique agit sur les émotions. Elle constitue un moyen puissant pour favoriser un
    changement d’état intérieur. Elle peut contribuer à créer un climat propice à la
    motivation et à l’apprentissage.
    5. La musique est un langage universel. Elle permet de franchir les barrières culturelles et
    elle met en valeur la richesse de nombreuses cultures. Elle peut avoir un impact très
    puissant sur l’apprentissage quand on s’en sert dans le cadre de cours d’histoire ou de
    géographie (association de styles musicaux à des époques et régions du monde).
    6. La musique agit de façon très puissante sur la mémorisation.
    1 Source : Sylvie Dubé, CEDEP. La musique, un extraordinaire support à l’apprentissage Atelier présenté dans le
    cadre du colloque Cerveau, et apprentissage, Intelligences multiples 8, 9, 10 novembre 2001, Rimouski .
    Ces huit énoncés sont un résumé de An introduction to Music Revolution, du Dr Jeannette Vos, co-auteur de The
    Learning Revolution, 1999. »
    2 Par contre, ici, il y aura probablement des effets variables selon que le sujet apprend à jouer lui-même des pièces
    musicales classiques, avec tout le travail d’analyse et de concentration que cela implique, selon qu’il écoute
    attentivement la musique pour en saisir la structure et les subtilités ou selon qu’il a recours à cette musique
    uniquement comme musique d’ambiance. (Note formulée par Ginette Grenier, à partir de lectures amenant à faire la
    distinction entre les effets de la musique pratiquée et la musique simplement entendue.
     
    À quel moment doit-on faire écouter de la musique et quel type de musique
    est-il bon de choisir?3
    Avant le début du
    cours ou à la fin du cours.Choisir la musique qui provoquera l’état émotionnel désiré : calme,réceptivité ou bien stimulation,
    curiosité, enthousiasme…
    Suggestions :
    Vivaldi – Les quatre saisons
    Bach- Concertos Brandebourgeois
    Yanni- Toutes sélections
    The Beach Boys
    Chopin- La plupart des
    sélections…
    Lorsque les élèves
    travaillent seuls
    ou en équipe
    (réflexion ou
    exécution
    d’activités)
    Musique baroque lente
    (Bach, Haendel, Vivaldi, Corelli,
    Pachelbel)
    Exemples :
    Vivaldi – Les quatre saisons
    Bach - Concertos
    Brandebourgeois,
    le Clavier bien tempéré
    Concertos pour violoncelle
    Pachelbel – Canons en ré majeur
    Corelli – Concerto grossi
    No 4 10 - 12
    Haendel – Musique d’eau
    Ou
    Musique classique
    (Haydn, Mozart, Chopin, certaines
    pièces de Beethoven)
    La musique baroque lente provoque
    une sensation de stabilité, d’ordre, de
    prédictibilité, de sécurité et elle crée
    un environnement mentalement
    stimulant pour le travail.
    Certains attribuent à la musique de
    Bach des vertus particulières à cause
    de son rythme ainsi que de son
    caractère complexe et élaboré.
    La musique classique se caractérise
    par sa clarté, son élégance et sa
    transparence. Elle peut améliorer la
    concentration, la mémoire et la
    perception spatiale.
    3 Source : Sylvie Dubé, CEDEP. La musique, un extraordinaire support à l’apprentissage Atelier présenté dans le
    cadre du colloque Cerveau, et apprentissage, Intelligences multiples 8, 9, 10 novembre 2001, Rimouski, et SOUSA,
    David, Un cerveau pour apprendre. Ed de la Chenelière, 2002, 321 p. pp. 255-256.
    3
    Exemples :
    Beethoven- Sonate à la lune
    Mozart- Concertos pour pianos,
    Sonate pour piano en ré majeur (et
    autres sonates), Divertimento
    Sonates pour flûte
    Ou
    Certaines études attribuent des
    propriétés particulières aux sonates de
    Mozart (activation de la zone frontale
    du cerveau; cette zone est liée aux
    capacités de planification et de
    raisonnement.)
    Selon le docteur Tomatis la musique
    de Mozart ne manque jamais de
    calmer ceux qui l’écoutent, elle
    améliore leur perception spatiale et
    elle leur permet de s’exprimer plus
    clairement.
    La flûte traversière a un pouvoir très
    calmant.
    Musique Nouvel Âge
    Exemples :
    Enya - La plupart des sélections
    Ray Lynch - La plupart des
    sélections
    Kitaro – Certaines sélections
    Plusieurs enseignants aiment utiliser
    de la musique Nouvel Âge en classe
    pour créer un climat de détente.
    Certains auteurs affirment toutefois
    que cette musique peut gêner le
    raisonnement abstrait parce qu’elle est
    souvent très pauvre harmoniquement.4
    Musique impressionniste
    Lorsque les élèves
    ont besoin de
    stimuler leur
    créativité
    (Fauré, Debussy, Ravel, Borodine,
    Moussorgsky)
    « La musique impressionniste repose
    sur des impressions musicales libres et
    elle évoque des images oniriques. Un
    quart d’heure de rêverie musicale suivi
    de quelques minutes d’étirements
    peuvent libérer notre créativité et nous
    mettre en contact avec notre
    inconscient. »5
    4 Source : Bruno HOURST, Au bon plaisir d’apprendre, InterÉditions, 1997, 254 p. page 70 (L’auteur fait la même
    remarque pour la musique rock).
    5 Source, DUBÉ, Sylvie (voir référence complète plus haut)
    4
    Musique de Mozart
    Ou
    « Les rythmes, les mélodies et les
    fréquences aiguës de la musique de
    Mozart stimulent et rechargent les
    régions du cerveau responsables de la
    créativité et de la motivation. »6
    Jazz
    Exemples :
    musique de Miles Davis, John
    Coltrane, Keit Jarret
    « Selon Dee Coulter, directrice des
    études cognitives au Napora Institute
    de Boulder, le jazz permet d’accéder à
    une créativité optimale et de résoudre
    des problèmes qui ne se prêtent pas
    aux solutions simples et linéaires. »7
    Voici une adresse où on peut
    retrouver, entre autres, de la musique
    de jazz libre de droit.
    http://www.freeplaymusic.com/
    Entre deux séances
    de travail, ou
    lorsque la courbe
    d’attention baisse
    Types de musiques pour se remettre
    en énergie au plan physique :
    Musique sud-américaine
    (salsa, rumba, merengue, macarena,
    samba…)
    Ou
    Le big band, le pop, la musique de
    palmarès, les succès des années
    1950 et 1960, la musique disco, le
    reggae, les Marches et la musique
    country western.
    Ou
    Ces rythmes sud-américains peuvent
    accélérer le rythme cardiaque et la
    respiration et animer tout le corps. La
    samba possède toutefois la rare qualité
    d’apaiser et de stimuler en même
    temps.
    Ces styles musicaux peuvent inspirer
    des mouvements légers à modérés,
    éveiller les émotions et susciter des
    sensations de bien-être.
    6 Id. 4
    7 Id. 4
    5
    La musique rock
    (Elvis Presley, Rolling Stones,
    Michael Jackson)
    La musique rock peut susciter des
    mouvements énergiques et favoriser
    une libération des tensions
    Voici une adresse où on peut retrouver
    une grande variété de pièces musicales
    de styles variés libres de droit
    (musique sud-américaine, pop, disco,
    country, rock etc.) permettant de
    créer différentes atmosphères.
    http://www.freeplaymusic.com/
    Lorsque les élèves
    ont besoin de se
    remettre en
    énergie au plan
    cérébral
    Certaines musiques particulières
    Certaines musiques Nouvel Âge :
    David Lantz, Eric Tingsan, Nancy
    Rumbel) ou de jazz doux (Kenny G)
    ou classiques (Mozart) ou
    impresionnistes (Ravel), de même que
    le chant, les psalmodies, les différentes
    formes de vocalisation ont le pouvoir
    d’oxygéner les cellules du cerveau.
    Pour optimiser les effets de la musique8
     Ne pas en faire jouer plus de 22 minutes par heure.
    « Une sélection de 22 minutes est stimulante mais des blocs plus courts répartis sur toute
    l’heure sont tout aussi efficaces. Des pauses actives de 2 ou 3 minutes comprenant de
    courtes pièces musicales propres à accroître la vigilance et à énergiser l’individu ou le
    groupe sont suffisantes. »
    8 Source principale : SOUSA, David, Un cerveau pour apprendre. Ed de la Chenelière, 2002, 321 p. pp. 255-256.
    6
     Prendre en compte le nombre de battements par minute (pulsations de la pièce
    musicale)
    « Comme la musique peut affecter le rythme cardiaque, la pression sanguine et l’état
    émotionnel, le nombre de battements par minute est très important. Si vous utilisez une
    musique de fond pour faciliter le travail des étudiants, choisissez une musique qui bat au
    rythme de 60 battements à la minute (la moyenne du rythme cardiaque). Si la musique
    doit accompagner une activité se déroulant rapidement, choisissez alors une musique dont
    les battements sont de 80 à 90 à la minute. Pour calmer un groupe bruyant, comme à la
    cafétéria ou dans les salles communes, choisissez une musique dont le rythme est de 40 à
    50 battements à la minute. »
    Selon Gregory Lozanov, la meilleure musique pour apprendre est celle du violon et
    d’autres instruments à cordes riches en harmoniques, jouée à un rythme de 64 battements
    à la minute.
     De la musique avec ou sans paroles?
    Cela dépend de l’intention poursuivie. En début ou en fin de cours cela importe peu car
    ce que l’on désire, c’est provoquer un état émotionnel particulier et non pas faciliter
    l’attention.
    Cependant quand on désire que les élèves puissent se concentrer, on recommande
    d’utiliser de la musique sans paroles.
    Quand l’enseignant fait un exposé magistral, il ne devrait pas y avoir de musique, à moins
    que celui-ci ait besoin d’extraits musicaux pour soutenir ses propos. On doit également
    être vigilant lorsque les élèves font de la lecture silencieuse. Certains élèves apprécient
    qu’il y ait un fond musical alors que d’autres ont de la difficulté alors à se concentrer.
     Choisir une musique connue ou non?
    Encore une fois, cela dépend de l’intention poursuivie. Quand les élèves travaillent sur
    une tâche spécifique il peut être avantageux d’utiliser une musique non familière. En
    effet, si les élèves connaissent la musique à fond ils pourront avoir tendance à porter leur
    attention sur la musique plutôt que sur la tâche à accomplir. On suggère également
    d’éviter de choisir des sons de la nature comme musique de fond car ils peuvent susciter
    de nombreuses discussions et controverses.
     Peut-on permettre aux élèves d’apporter leur propre musique?
    C’est possible et cela peut contribuer à maintenir un climat positif dans la classe.
    Toutefois il est important d’informer les élèves que les pièces musicales qu’ils
    sélectionnent doivent satisfaire les critères que nous leur présentons (voir le tableau cihaut).
    Il est important que nous leur expliquions pourquoi nous avons ces exigences.

---------------------------------------

Image qui suit la souris

Image qui suit la souris