• Le 11 septembre n'a jamais eu lieu !

    Le plus grand mensonge du siècle !

    Complot ? supercherie ? mise en scène macabre ?

    Pourquoi l'évènement du 11 septembre 2001 continue à susciter autant de doutes et d' interrogations ?

    11septembre2001_2_1_

    L'affaire qui a débuté le 11 septembre 2001 sera bientôt considérée comme la plus grande manipulation du troisième millénaire !

    • Combien de caméras étaient prêtes pour filmer les tours du World Trade Center et les transmettre à la chaîne  de télévision qui diffusa en boucle la grande manipulation en direct au monde entier ce 11/09/2001 ? Tous les médias ont relayé aussitôt l'info, la manipulation étant de désigner aussitôt les auteurs donc les adversaires en Afghanistan : les Talibans. 
      "Alerte rouge" aurait pu mettre en garde... 
      Ce jeu vidéo est sorti en septembre 2000 (cliquez sur l'image pour mieux voir)Cliquez !
    • Tout le mal est dû à Ben Lâden, selon la propagande de la Maison Blanche. Mais ces idées fausses n'ont pas de bases factuelles. D'abord parce que Ben Lâden n'a jamais revendiqué quelque attentat que ce soit malgré les commentaires de presse et de télévision. Les vidéos de Ben Laden étaient trafiquées, sinon comment expliquer qu'un homme mette en échec la plus grande puissance mondiale dans cette chasse à l'homme d'un nouveau genre ? Seulement, lorsqu'on examine tous les aspects de cette propagande américaine, on est taxé immédiatement de "révisionnisme" par les zélateurs serviles de la thèse officielle. Et pourtant, la réalité est qu'il n'y a pas d'armée de l'ombre qui s'appellerait Al Qâeida. Il y a un peu partout dans le monde des groupes de patriotes - ou d'insurgés, suivant de quel côté du malheur on est né - qui se battent contre des régimes oppressifs par esprit de révolte ou par désespoir. C'est l'administration Bush-Junior qui a désigné immédiatement le terrorisme islamiste responsable, il n'y a jamais eu d'enquête. Finalement, on sait que Bush et Disck Chesnay sont impliqués dans ces attentats du 11 septembre 2001.
    • cliquez iciDes doutes subsistent sur l'origine islamique de la destruction des tours jumelles du Centre d'Affaire International de Manhatan. On aura beau brandir des cassettes avec des messages de Ben laden, la plupart des gens ont le sentiment qu'on leur ment et que le 11 septembre 2001 ne fût que le début d'une gigantesque opération de manipulation qui a servi à justifier aux yeux d'un peuple trop naïf l'envoi de troupes à l'étranger pour le compte de quelques intérêts économico-politico-militaires cyniques, le tout organisé par un groupuscule de prédateurs à Washington au service d'une cause qui a pour but de remodeler l'échiquier géostratégique international en faveur d'un pouvoir obscur sans cesse plus puissant. Les sondages prouvent que beaucoup d'américains en sont persuadés.
    • Savez-vous par exemple que plusieurs centaines de personnalités américaines contestent la version officielle de la Commission sur le 11-septembre et exigent du Congrès une nouvelle commission d’enquête, réellement indépendante (des militaires de haut rang, agents des services secrets, policiers, gouverneurs d’État, représentants ou sénateurs au Congrès, membres de la Commission officielle d’enquête sur le 11 septembre 2001, scientifiques, ingénieurs, architectes, professeurs d’universités, journalistes, professionnels des médias, écrivains, pilotes, survivants du 11 septembre et familles des victimes). Nombre de ces personnalités affirment ouvertement que les faits matériels prouvent que ce ne sont pas les deux avions qui ont fait s’effondrer les trois tours (les tours jumelles et le bâtiment 7) du World Trade Center mais des explosifs placés à l’avance à différents étages jusque dans les sous-sols de ces tours (ce qui n’a pu être organisé et réalisé qu’avec la complicité des services secrets américains et de l’administration Bush).
      Selon un sondage réalisé par l’Institut Zogby aux États-Unis du 12 au 16 mai 2006, 42% des américains croient que le gouvernement des États-Unis et sa commission d’enquête sur le 11-septembre ont tenu cachées ou refusé d’étudier des preuves cruciales contredisant leur explication officielle des attaques du 11-septembre.
    • Savez-vous que les fait matériels suivants contredisent la version officielle :
      De multiples explosions se sont produites à différents étages des tours jumelles du World Trade Center, et ce jusque dans les sous-sols (bien documentées notamment grâce aux enregistrements vidéos et audios réalisés en direct le 11-septembre, aux enregistrements des communications radios des pompiers présents dans les tours et aux témoignages des survivants).
      Les tours jumelles et le bâtiment 7 se sont effondrés à une vitesse très proche de celle de la chute libre (vitesse mesurée sur les vidéos), c’est-à-dire quasiment sans résistance, malgré les nombreuses colonnes d’acier qui les soutenaient. Autrement dit, les trois bâtiments se sont effondrés à peu près à la même vitesse que si toutes leurs colonnes s’étaient instantanément volatilisées, ce qui est physiquement impossible.
      La température des feux dans les trois bâtiments était insuffisante pour provoquer la rupture des colonnes d’acier.
      Jamais un immeuble à structure d’acier ne s’était complètement effondré à la suite d’un incendie avant le 11 septembre 2001. Pourtant ce jour-là, trois tours à structure d’acier se sont effondrées à des vitesses proches de la chute libre, dont le bâtiment 7 qui n’avait été heurté par aucun avion et ne présentait que quelques feux isolés.
      Le déroulement de l’effondrement des tours jumelles (visible sur les vidéos filmées le 11-septembre) viole les principes de conservation de l’énergie et de conservation de la quantité de mouvement, deux principes de base de la physique, en l’absence d’un apport d’énergie dû à des explosifs placés dans les tours (voir l’analyse du professeur Steven Jones et l’interview du professeur Crockett Grabbe).
      Il n’existe toujours aucune explication officielle pour l’effondrement du bâtiment 7.
      Plusieurs vidéos filmées le 11 septembre prouvent que des personnes savaient à l’avance que les tours jumelles et le bâtiment 7 allaient s’effondrer (voir par exemple cette vidéo).
      D’éminents scientifiques spécialisés en physique (par exemple les professeurs américains Steven Jones et Crockett Grabbe) ou en dynamique de la structure des bâtiments (par exemple les professeurs suisses Hugo Bachmann et Jörg Schneider), ainsi que des experts en démolitions contrôlées affirment que le bâtiment 7 a clairement fait l’objet d’une démolition contrôlée.
      L’effondrement du bâtiment 7 du World Trade Center (immeuble de 47 étages et de 174 m de haut) est sans doute le talon d’Achille de la version officielle du 11-septembre. L’endroit où chacun, même sans formation scientifique, peut se rendre compte de l’évidence, à savoir que le bâtiment 7 a fait l’objet d’une démolition contrôlée. Or, il était physiquement impossible de placer les explosifs, détonateurs et télécommandes nécessaires à cette démolition contrôlée dans le court laps de temps (7 heures) entre l’effondrement de la seconde tour et celui du bâtiment 7 (effondré à 17h20, heure locale), d’autant qu’il y avait encore des feux isolés à plusieurs étages. Là-dessus, l’expert néerlandais Danny Jowenko est formel : c’était impossible (voir la vidéo sous-titrée en français). Alors, la seule possibilité restante est que les explosifs ont été placés dans le bâtiment 7 avant le 11 septembre 2001. Ce qui signifie que le gouvernement et la commission officielle ont menti. Et, s’il y avait des explosifs dans le bâtiment 7 et qu’on nous l’a caché, pourquoi n’y en aurait-il pas eu aussi dans les tours jumelles ? Comme vous voyez, le bâtiment 7 est probablement la clé pour faire éclater la vérité. Pas étonnant dans ces conditions que la commission officielle d’enquête sur le 11-septembre ne mentionne même pas le bâtiment 7 dans son rapport final. Quant aux médias américains (pour les Européens ce n’est guère mieux : voir par exemple cet article sur AgoraVox), ils ont tellement bien évité de parler du bâtiment 7 que, selon un sondage de Zogby International réalisé du 12-16 mai 2006, 43 % des Américains ne savaient même pas qu’un troisième bâtiment s’était effondré à New York le 11 septembre 2001 !
    • Pour en savoir plus sur le faits qui contredisent la version officielle du 11-septembre, ce document gratuitement accessible sur Internet, sur www.agoravox.fr/renvoit vers d'autres sites librement accessibles sur INTERNET (et il y a en beaucoup d’autres : Réseau Voltaire, www.syti.net, par exemple).
    • De plus, l'invasion de l'Aghanistan n'avait pour intérêt celui d'acheminer les ressources en pétrole et gaz naturel vers la mer Caspienne, fut justifiée mensongèrement au nom d'une chasse à l'homme qui n'est toujours pas retrouvé 10 ans après malgré des moyens bien supérieurs à ceux des chasseurs de primes du Far-West du 19e siècle. Pas très glorieux, n'est-ce pas ? Alors, pourquoi devrait-on se sentir américains, et "mourir pour New-York" ?

    Aucune arme de destruction massive en Iraq !

    • Les USA se sont permis d'engager en mars 2003 une guerre en Iraq, sans l'aval de l'ONU, pour renverser Saddam Hussein. Leur propagande appuyée par des mensonges ("armes de destruction massive" qui n'existent pas en Iraq) et des faux documents (messages soi-disant de Ben Laden ou vidéos d'Al Quaïda, interview de la soi-disante ex-femme de Saddam...) reliée par les grands Médias, avides de sensation, visait à engendrer la peur d'attentats terroristes et la haine envers l'Iraq de Saddam Hussein, pour rallier le maximum de gens à leur cause. Tout cela afin de pouvoir bénéficier librement du pétrole de l'Iraq, évidemment. 
      Cela relève de leur stratégie de conquête et nous ne pouvons que constater que les événements du 11 septembre 2001, et la «guerre à la terreur» qui les ont suivis, jusqu'en Iraq, ont principalement contribué à un «choc au sein de la civilisation». Il n'y avait aucun rapport avec les kamikazes d'Al Quaïda, qui n'a aucune consistance réelle : c'est l'épouventail fabriqué par la propagande. Le terrorisme n'est qu'une sorte de révolte contre le terrorisme étatique de la superpuissance hégémonique qui s'octroie tous les droits avec une armée invincible de haute technologie. 
      Hans Blix, commissaire de l'ONU pour le désarmement de l'Iraq, a fini par dire que le prétexte d'armes de destruction massive était un faux prétexte inadmissible. Hans Blix a reconnu publiquement ce que tout le monde sait : ce MENSONGE D'ETAT des autorités a servi à justifier l'invasion de l'IRAQ autrement que par des considérations politiques et économiques. Alors que le dictateur coréen est bien plus dangereux que Saddam Hussein, il fallait faire un exemple de volonté de puissance du fort sur le faible pour s'emparer des puits de pétrole de l'Irak, bien sûr ! Les mensonges d'état qui viennent d'être divulgués par les aveux de l'administration américaine et le journaliste de la BBC !

    Pour un soldat américain mort, il y a environ 1000 civils iraquiens tués.

    Selon une étude publiée en 2006, 650.000 Iraquiens ont été tués depuis l'invasion US.
    A quand une coalition des pays non-alignés contre l'hégémonie nord-américaine ?

    Crimes de guerre ou crimes contre l'humanité ?

    Après le scandaleux bagne de Guantanamo où les prisonniers sont secrètement maltraités sans aucune forme de procès, ce qui est une atteinte intolérable aux droits de l´homme, les USA ont engagé unilatéralement une guerre en Irak, en violation de la charte des Nations Unies : de quel droit les Forces armées anglo-américaines ont-elles bombardé l'Irak ? Sûrs de leur suprématie, ils poursuivent leur guerre pour s'emparer du pétrole irakien. Les réserves mondiales s'épuisent, et le contrôle des champs pétrolifères de l'Irak est le but inavoué de cette guerre.

    L'Agence Internationale à l'énergie atomique a pris position contre le Président Bush sur l'absence d'armes de destruction massives en Iraq. 
    Janvier 2005 : Confirmation, après environ 2 ans d'enquête, qu'il n'y avait pas d'armes de destruction massive en Irak. Le travail de recherche s'est terminé sans résultat (The Washington Post). Cette conclusion contredit l'argument qu'a utilisé le président Bush pour pouvoir envahir l'Iraq. Flagrant délit de mensonge... alors que l'US army a déjà employé des armes de destruction massive (nucléaires, chimiques et bactériologiques) à plusieurs reprises contre des populations civiles, d'abord pour des tests sur des atolls du Pacifique, puis sur des villes habitées, causant des millions de morts civils et des millions de blessés (bombe A sur Hiroshima et bombe H sur Nagasaki au Japon), puis l'armée américaine procéda, pendant la guerre du Vietnam, à des épandages de produits chimiques destinés à détruire le couvert végétal. Ces "défoliants" contenaient divers agents chimiques, notamment l'agent orange, en réalité de la dioxine. 83 millions de litres furent répandus affectant 2,7 millions d'hectares au Viet-nam), et a usé de bombardements aériens sur des villes en Yougoslavie, en Afghanistan, en Iraq (cela se compte par millions de tonnes de bombes), le rapport de l'ancien chef des experts américains en armement en mission en Iraq, David Kay, est arrivé à la conclusion que l'Iraq ne disposait pas de stocks d'armes biologiques et chimiques. Il a donc démissionné de son poste. (selon l'agence Reuters)

    Contrairement aux engagements pris à l’époque par le secrétaire d’État Colin Powell à l’ONU pour faire jouer la « légitime défense », aucune enquête judiciaire, ni internationale, ni même états-unienne, n’a établi les responsabilités, ni même éclairci les faits.

    Après l'attaque et l'occupation de l'Irak en violation des règles du droit international, les USA dont la violence attise toutes les haines n'est vraiment pas "le pays de la liberté guidant le monde", mais un Etat voyou que seule une coalition de tous les autres Etats pourrait combattre. Comment les États-Unis pourront-ils continuer à apporter leur soutien politique, « moral » et militaire à un État qui détient ce qu'ils interdisent à tous les Etats arabes ? 
    Comment le président Bush pourra-t-il expliquer sa politique de « deux poids, deux mesures », et sa « recherche » par ailleurs d'armes de destruction massive ?
    Et comment Israël pourra-t-il conserver sa politique pleine d'ambiguïté : ne jamais se déclarer un Etat nucléaire, sans le nier non plus ? N'oublions pas que les USA sont le premier fournisseur d'armes au monde...

    On peut même déceler de l'hypocrisie chez certains dirigeants du seul pays au monde à avoir utilisé impunément des armes de destruction massive (sur Hiroshima-Nagasaki.) et suspecter que les attentats pourraient bien être commandités par eux ! Le maquillage de faux attentats par les services secrets spéciaux sert par la terreur des attentats à faire accepter par tous les citoyens des mesures policières draconiennes et d'atteinte aux libertés fondamentales (Stratégie de la terreur).

     

    Complément d'enquête sur le 11 septembre 2001

    Nous le savions déjà, mais c'est aujourd'hui que la moitié des New Yorkais est enfin persuadée que le gouvernement US savait à l'avance que les attentats du 11 septembre allaient avoir lieu et a choisi de les laisser se produire. C'est le résultat d'un sondage de Zogby International

    Bien sûr, parmi ces New-Yorkais, il y en a encore certains qui pensent que c'est W. Bush et la CIA qui ont directement organisé les attentats du 11 septembre 2001. Un argument qui a beaucoup frappé les esprits aux USA, celui qui a gagné, je crois, les New Yorkais, c'est qu'habituellement, quand des avions sont déroutés (ne sont plus sur leur route normale), une interception par l'armée de l'air a toujours lieu de manière efficace. Pas le 11 septembre, aucun des avions n'a été détourné ! Pourquoi ? 
    Il a fallu que quelque part, tout en haut de la hiérarchie, des ordres express soient donnés afin d'empêcher que toute interception efficace ait lieu ce fameux 11 septembre ! 
    L'interception - et non pas l'abattage - est une mesure habituelle, routinière, qui se produit souvent. C'est une mesure automatique qui se fait immédiatement dès qu'un avion est dérouté et que son transpondeur ne répond plus. On ne demande dans ce cas l'autorisation de personne pour faire décoller les avions militaires, afin de ne pas perdre de temps. Dans un tel cas, les avions militaires décollent donc immédiatement. Puis, ils tentent d'entrer visuellement en contact avec l'avion dérouté pour aider le pilote à retrouver sa route normale. C'est seulement ensuite, Le cas échéant, quand il n'y a pas d'autre solution, qu'il faut une permission, et même un ordre venant de tout en haut de la hiérarchie pour pouvoir abattre l'avion dérouté (ou détourné) et que les pirates refusent d'obéir et que cela devient trop dangereux.

    Mais, le 11 septembre 2001, si l'on n'a intercepté aucun des avions détournés, cela ne peut s'expliquer que par un ordre express venu du sommet de la hiérarchie US.

    Cette vidéo contredit la version officielle, celle des rédacteurs en chef et journalistes experts de la manipulation de l'opinion publique : Cette affaire permet de comprendre les mécanismes utilisés par la presse pour discréditer une personnalité, un scientifique, ou un politique. 43 % des américains ne croient plus à la version officielle de l'administration Bush. 
    Il y a aussi l'argument des dégâts : «Quand on y réfléchit, il est également curieux de constater le peu de dégâts réellement subis par les Etats-Unis, lors des attentats du 11 septembre. Il est utile de réfléchir à ce qu'auraient pu perpétrer les pirates de l'air s'ils avaient réellement voulu faire le plus de dégâts possible. Il me semble qu'un plan en vue d'organiser les détournements à un moment où ils auraient pu écraser un avion sur le sénat ou le congrès en train de siéger, balayant ainsi d'un seul coup une partie importante du gouvernement américain, aurait tout aussi bien pu se réaliser que ce qu'ils ont fait en réalité le 11 septembre. Ou écraser les avions sur une centrale nucléaire, provocant une fusion catastrophique et des dégagements de radiations, ainsi que de graves interruptions dans les fournitures d'énergie. Il n'est pas crédible de suggérer que ces plans n'ont pas été menés à bien parce qu'ils pensaient que la sécurité était trop resserrée. En effet, ils furent assez confiant pour prendre le Pentagone pour cible», comme le suggère si bien Steve Grey : 
    http://www.perso.wanadoo.fr/do/ag/383.htm

    Peut-être aussi cette page a-t-elle quelques chances de convaincre :
    http://www.perso.wanadoo.fr/do/ag/316.htm

    Il faut savoir que ce qui est arrivé le 11 septembre 2001 a réjoui certaines personnes. Parmi celles-ci, beaucoup refusent de voir que le 11 septembre est une manipulation de Bush et de la CIA parce qu'elles veulent faire croire que la résistance anti-impérialiste a pu mener une telle action.

    Il faut savoir aussi que Dominique Baudis, le chef de la censure à la télé française (CSA), est un agent du groupe Carlyle : http://1libertaire.free.fr/Carlyle01.html
    De 1999 à 2002, le groupe Carlyle a détenu 30% du Figaro, et a imposé Dominique Baudis à la présidence du Comité éditorial. Quand on sait à quel point le groupe Carlyle est mouillé dans le coup d'État mondial du 11 septembre, on devine pourquoi la télé française ne permet pas l'expression de la vérité (même à titre d'hypothèse) sur le 11 septembre, et pourquoi elle a transformé le nom "Thierry Meyssan" en une insulte ! (Ce journaliste a été le premier à dénoncer la manipulation, preuves à l'appui)
    ...ces infos sont aussi sur : http://mai68.org

---------------------------------------

Image qui suit la souris