• Les propositions

    Les propositions principales et les propositions subordonnées.

    1. Qu'est-ce qu'une proposition principale ?

    Je pense que mes amis viendront demain.

    Une proposition principalene dépend d'aucune autre proposition mais elle en tient une autre sous sa dépendance.

    Je pense que mes amis, qui viennent de Paris,n'arriveront que demain.

    Attention : une proposition subordonnée peut, à son

    tour, être complétée par une autre subordonnée.

    2. Les propositions subordonnées et les mots de liaison.

    Le paysan, qui cultive ce champ, connaît très bien son métier.

    Je crois que Pierre a commencé ses devoirs. Christophe demanda quand son professeur sera de retour.

    Règle générale:

    lespropositions

    subordonnées

    sont introduites

    par un mot de liaison : pronom relatif,conjonction de

    subordination

    ou un mot interrogatif.

    Il pense étudier demain.

    Les cours l'ennuyant, il préfère rester à la maison.

    Exceptions : les propositions infinitive et participe dérogent à cette règle.

    3. les subordonnées introduites par un pronom relatif.

    Marie travaille dans un bureau dont le désordre lui est insupportable.

    Les pronoms relatifs « qui, que, quoi, dont, où, lequel (et ses composés) introduisent une proposition subordonnée qui est appelée « relative ».

    Nicole, qui est une jeune fille très aimable, viendra aider ses voisins.

    La subordonnée relative sert de complément déterminatif(parfois explicatif) à l'antécédent du pronom relatif.

    Sur le ciel noir, que nous avons ce soir, le feu d'artifice sera éclatant.

    La subordonnée relative peut couper la principale.

    On voyait les enfants qui chantaient, les adolescents qui se chamaillaient, les adultes qui bavardaient.

    A chaque complément du verbe de la principale peut se rattacher une subordonnée relative, ce qui tronçonne la principale en plusieurs éléments.

    Les enfants qui chantaient, les adolescents qui se chamaillaient, les adultes qui bavardaient formaient un tableau vivant.

    Chaque sujet partiel du verbe de la principale peut se rattacher une subordonnée relative, ce qui conduit à une principale divisée en plusieurs éléments.

    Les enfants qui se disputaient et dont les parents étaient absents furent conduits chez leur tante.

    Deux ou plusieurs subordonnées relatives peuvent se rapporter au même antécédent, avec des pronoms relatifs différents.

    Je sentais le vent qui soufflait fort et  (qui) me fouettait le visage.

    Si les subordonnées relatives sont introduites par le même pronom relatif, on peut sous-entendre le pronom relatif à partir de la 2ème subordonnée.

    4.  Les subordonnées introduites par un mot interrogatif.

    Je n'ai jamais su si mes amis étaient arrivés à temps.

    La subordonnée introduite par un mot interrogatif « quand, où, pourquoi, combien, comment, qui, si, quel » est dite interrogative indirecte. Elle sert de complément d'objet au verbe de la principale.

    Pour son anniversaire, je lui demanderai ce qu'elle aimerait recevoir.

    La subordonnée interrogative, complément d'objet direct, peut être introduite par les pronoms composés « ce qui, ce que ».

    5. Quelles sont les fonctions que peuvent avoir Les subordonnées introduites par la conjonction de subordination « que » ?

    J'ai souhaité qu'il vienne le plus vite possible.

    1. Complément d'objet direct d'un verbe transitif direct.

    Je me souviendrai toujoursqu'elle a refusé mon aide.

    2. Complément d'objet indirect d'un verbe transitif indirect.

    Que la fête soit finie l'avait déçue.

    3. Sujet.

    Il paraît qu'il vient demain.

    4.  Sujet réel d'un verbe impersonnel.

    Le fait est qu'il refusera cette option.

    5. Attribut du sujet par l'intermédiaire du verbe copule « être ».

    Marie, qui est la fille de Charles, sera absente.

    6. Apposition du nom ou du pronom.

    Il est certain que ce travail est inutile.

    7. Complément d e l'adjectif.

    6. Quelles sont les fonctions que peuvent avoir Les subordonnées introduites par  une autre  conjonction de subordination  que la conjonction « que » ?

    Lorsque l'enfant paraît, le cercle de famille applaudit à grands cris. (V. Hugo).

    1. Le temps.

    Parce que vous êtes intelligent, cette erreur est incompréhensible.

    2. La cause.

    Pour devenir un grand garçon, il faut manger des épinards !

    3. Le but.

    Je suis trop âgée pour accepter de tels compromis.

    4. La conséquence.

    Si Pierre vient demain, il faut préparer sa chambre.

    5. La condition - lasupposition.

    Bien qu'il soit léger, ce colis est difficile à transporter.

    6. L'opposition - laconcession.

    Le coq est le symbole de la France, comme l'aigle est celui de l'Allemagne.

    7. La comparaison.

    Elle est partie sans que je puisse la remercier.

    8. La manière.

    J'irai où l'on voudra de moi.

    9.  Le lieu.

    Je n'ai rien remarqué de spécial, sauf qu'elle portait un manteau rouge.

    10. L'addition - la soustraction.

---------------------------------------

Image qui suit la souris

Image qui suit la souris