• Mekki Torabi le charlatan célèbre

    un charlatan à Skhirat et des prières collectives pour faire tomber la pluie
    Certains l'appellent Hadj El Mekki, mais El Mekki n'a jamais été à la Mecque. D'autres lui attribuent le qualificatif de Chrif, réservé aux descendants du prophète, mais El Mekki n'a aucune descendance avec aucun prophète. D'autres préfèrent l'appeler affectueusement Ba Mekki (père Mekki) sans l'existence d'aucun lien paternel.

    Si Hadj El Mekki n'est pas un Hadj, Chrif El Mekki n'est pas un Chrif, Ba Mekki n'est père que de sa propre progéniture, alors le guérisseur El Mekki n'est pas un guérisseur mais un redoutable charlatan.
    Mekki est fort, plus fort que les scanners, plus fort que les diagnostics des plus grands professeurs de Rabat, plus fort que la chimiothérapie.  Grâce à ses pouvoirs surnaturels, il soigne toutes les maladies, y compris le cancer et le sida, et il est certainement capable de faire tomber la pluie…
    Tous les charlatans adaptent leur procédé pour coller à l'imaginaire populaire et Mekki a bien élaboré le sien : il a choisi une méthode qui relève du surnaturel, le même remède pour tous les patients : une poignée de mains suffit à soigner un cancer que la médecine moderne n'a pas réussi à guérir… Certains racontent qu'il a 650 millions de djinns dans sa main gauche et la force de 1000 serpents venimeux dans la main droite.
    Notre Mekki affirme qu'il n'a pas besoin de toucher les malades,  il capte à 50 mètres. ! Ce qui permet au journaliste du journal le Matin Mr Abdelhakim Hamdane d'ajouter: " En d'autres termes, le "réseau télécom" de sa baraka arrose à 50 mètres à la ronde. Voilà de quoi inspirer les deux opérateurs téléphoniques nationaux sur une nouvelle niche à exploiter. Des antennes mobiles… et vivantes, avec en prime, une connexion wi-fi et un traitement anticancéreux, avec doublement de débit à chaque baisse des prix. Seulement voilà, la "science diffuse" ne sied pas trop à celle infuse. "
    Pour compléter le décor et convaincre tous les sceptiques, Mekki se donne une image d'homme pieux, il ne recourt pas à la sorcellerie ni potions magiques et n'accepte pas l'argent…






    Chaque malade doit venir avec une bouteille d'eau qu'il va transformer en eau bénite et grâce à une force surnaturelle, Mekki récupère le mal des patients et leur injecte de l'énergie et hop la guérison, le miracle se produit….
    Notre charlatan affirme qu'il ne s'intéresse pas à l'argent, il est déjà riche et qu'il possède les plus grandes fermes de Skhirat.Mais Mekki ne refuse pas d'être payé en nature, les offrandes lui permettent de brouiller les soupçons : un pain de sucre, une chèvre ou une vache …ce ne sont aux yeux du public que des offrandes symboliques sans aucune importance…
    Mekki ne dispose pas d'un service de marketing pour faire connaître ses dons, il compte sur le bouche à oreille qui fonctionne bien dans la société marocaine. Le résultat est impressionnant, des rumeurs circulent dans tout le Maroc véhiculant des témoignages vantant les miracles de Mekki. Ainsi des milliers de malades incurables envahissent quotidiennement Skhirat, ce qui ne fait pas l'affaire de Mekki uniquement mais de tous les commerçants de Skhirat …
    Il semble que pour les offrandes Mekki a une préférence pour le pain de sucre "  Kalabe " un produit exclusivement marocain qui ne se consomme qu'au Maroc et qui est en voie de disparition avec la mise sur le marché du sucre en morceau…Mais inutile de parcourir tous les épiciers de Skhirat pour dénicher un pain de sucre,  un réseau de marchands de pains de sucre s'est constitué à proximité de la demeure de Mekki qui ressemble à une clinique en plein air…
    Comme les petites gouttes forment des rivières, les 4000 visiteurs par jour offrent à Mekki au moins 4000 pains de sucres, soit l'équivalent de 8 tonnes de sucres qui représentent un chiffre d'affaires journalier de plus de 4000 euros..Beau créneau !Jusqu'à preuve du contraire, El Mekki de Skhirat est un charlatan qui a exploité des milliers d'hommes et de femmes, des malades en situation désespérée.
    Tous ces milliers de visiteurs, qui affluent des quatre coins du Maroc pour bénéficier de sa Braka, sont des victimes. Victimes de l'analphabétisme, de l'ignorance et d'un système de soins de santé défaillant.Selon l'hebdomadaire Telquel, le pouvoir surnaturel de Mekki a déjà fait trois victimes: trois décès ! Il semble que la foule a déserté Skhirat et que le guérisseur Mekki se fait invisible.
    Il s'agit bien d'une ignoble exploitation de la souffrance et de la détresse humaine ni plus ni moins. Mekki est un charlatan et un bourreau, son unique don est l'escroquerie !Il devrait être poursuivi et jugé pour exercice illégal de la médecine, escroquerie, abus de confiance et pour le décès de trois personnes.
    Le plus hallucinant est que ces pratiques ne se déroulent pas uniquement au fin fond du Maroc, mais aussi au cœur de la capitale, à proximité des meilleurs centres hospitaliers et des centres de décision du Royaume.Mais au-delà de ce "fait d'hiver"  (expression de notre journaliste de la chaine 2M, A.AMZELLOUG qui a consacré une émission à ces phénomènes), des Mekki, il y en a partout au Maroc : ils reflètent les déficiences de notre société au niveau éducatif, sanitaire, économique, juridique et politique.
    Il est compréhensible de voir, à l'ère des scanners, des malades désespérés s'adresser aux charlatans, mais il est incompréhensible, à l'ère des satellites météo, de voir les autorités organiser des prières collectives pour faire tomber la pluie…

---------------------------------------

Image qui suit la souris