• Valeurs de l'imparfait

    Valeurs de l'imparfait

    On distinguera principalement trois valeurs, c’est-à-dire trois emplois de ce temps verbal : l’imparfait descriptif, l’imparfait d’habitude et l’imparfait d’action secondaire.

    1° L’imparfait descriptif

    Il s’emploie dans les descriptions. Les adjectifs qualificatifs, entre autres, permettront de le repérer facilement :

    « Sa peau jaunâtre dissimulait à peine le lacis sous-jacent de muscles et de vaisseaux sanguins. Sa chevelure étaitlongue et soyeuse »

    2° L’imparfait d’habitude

    Il s’emploie pour des actions se répétant ; un adverbe permet parfois de le repérer :

    « Elle ne mangeait pas beaucoup et craignait toujours que son corps ne puisse contenir toute la nourriture »

    Comme l’imparfait est un temps qui s’utilise pour des actions inachevées (voir ci-dessous), il exprime facilement l’habitude, c'est-à-dire la répétition d’un acte non accompli.

    3° L’imparfait d’action secondaire

    Dans cet emploi, l'imparfait s'oppose au passé simple.

    L'imparfait est le temps du temps de l’arrière-plan (ou de l'action secondaire), le passé simple est le temps du premier plan :

    « Elle traversait les grandes plaines de la Bourgogne quand elle vit au loin approcher l'armée des anglais. »

    Dans cette phrase, l'important n'est pas la traversée («elle traversait») mais ce qui est vu («elle vit»). L'utilisation soit de l'imparfait soit du passé simple exprime cette hiérarchie des événements.

    Il existe une autre raison d'opposer l'imparfait au passé simple : «elle traversait» exprime une durée. C'est une action qui n'est peut-être même pas achevée (peut-être est-elle encore en train de traverser ?) et que l'on se représente dans son déroulement (comme si on assistait au déroulement de la traversée). «elle vit» exprime une action terminée, achevée.

    De manière générale, l’imparfait s’utilise pour tout ce qui n’est pas important (par opposition au passé simple) comme les actions secondaires mais aussi les descriptions...

    →On aura garde de confondre l’imparfait (en général un seul mot «j’éprouvais», «dissimulait»…) et le plus-que-parfait (en deux mots «j’avais créé», «j’avais travaillé»…).
    Le plus-que-parfait s’emploie pour évoquer des actions antérieures à celles racontées à l’imparfait : on dit que le plus-que-parfait marque l’antériorité.

    Différents emplois (différentes valeurs) de l’imparfait comme temps du passé :

    L’imparfait exprime un fait passé, mais non achevé (donc « im-parfait »), en train de se réaliser pendant qu’une autre action se produit. L’imparfait est comme le « présent du passé » :

    Il rentrait tranquillement à la maison quand il fut surpris par un chien féroce.

    L’imparfait traduit un fait qui se prolonge dans le passé, sans délimitation ; c’est l’imparfait de narration :

    Cosette dormait profondément. Elle était tout habillée. (V. Hugo)

    L’imparfait présente un fait qui se répète dans le passé ; c’est l’imparfait d’habitude ou de répétition :

    Toutes les fins de semaine, les enfants se rendaient à la piscine.

    L’imparfait est utilisé dans les descriptions :

    La route était longue et sinueuse.

    L’imparfait traduit un passé récent ou un futur proche par rapport à une action au passé :

    À peine étions-nous dans la salle, que les applaudissements éclatèrent. J’ai appris qu’il rentrait au pays la semaine prochaine.

    Autres emplois de l’imparfait

    Après « si », l’imparfait exprime la supposition :

    Si je gagnais à la loterie, je voyagerais autour du monde.

    L’imparfait exprime aussi un souhait ou un regret :

    Ah ! si tu travaillais sérieusement ! Je ne pouvais accepter ces conditions.

    L’imparfait peut atténuer un fait et être utilisé dans les formes affectives :

    Je venais vous solliciter une audience. Comme on aimait ce bébé !

    Pour aller plus loin :

    L'imparfait :

    1. L'imparfait duratif : c'est la valeur principale de l'imparfait et qui s'utilise le plus souvent, elle exprime des actions non limitées dans le temps, qui durent, exemple :

    Il regardait le jardin et pensait à sa fille.

    Ici, nous ne savons ni quand commence l'action ni quand elle se termine, elle dure, d'où le nom de duratif.

    1. L'imparfait descriptif : il sert tout simplement à décrire, à mettre en place un décor, exemple :

    C'était un mardi soir, il pleuvait, quant aux arbres, ils se dressaient tous mouillés.

    Comme vous pouvez voir, l'imparfait décrit un endroit, il place le décor.

    1. L'imparfait d'habitude : pareil que le présent d'habitude, sauf qu'il exprime des actions qui se répètent dans le passé, exemple :

    Chaque mercredi après-midi, Bouchra partait à la plage.

    Ici, l'imparfait exprime une action qui se répète dans le passé.

    1. L'imparfait de condition : celui-là s'emploie avec le conditionnel pour exprimer une condition, exemple :

    Si tu prenais le temps de te concentrer, ton travail serait plus intéressant.

    L'imparfait exprime une condition, il est employé avec un verbe au conditionnel.

    Exercices :

    1-Précisez pour le verbe entre parenthèses,s'il s'agit de l'imparfait (de) :duratif,descriptif,habitude,condition

     

    1-Tous les mardis, Nabil (venait) me rendre visite et, tous les mardis, je l'attendais avec la même impatience. Réponse :

    2-Ce matin là, je (guettais) son arrivée à la fenêtre. Réponse :
     

    3-Si Nabil (savait) combien j'étais impatient, il se serait dépêché. Réponse :

    4-Je le vis enfin arriver, il (avait) vraiment belle allure sur sa bicyclette! Réponse :
     

    5-Je courus vers lui. Qu'il était beau! Il (portait) toujours cette vieille veste et gelait de froid. Réponse :
     

    6-Je le fis rentrer. Il m'(avait), comme à chaque fois, rapporté un petit cadeau de la ville. Réponse :
     

    7-C'(était) un petit foulard orange-rose qui m'allait, d'après Nabil, vraiment bien. Réponse :
     

    8-Nabil avait dix-huit ans et moi seize et nous étions amis. Depuis qu'il m'avait offert le foulard, il me (regardait) bizarrement.Réponse :
     

    9-Il planta ses grand yeux bleus dans les miens. Il (semblait) vouloir me dire quelque chose.
    Réponse :

     

    10-Il y eut quelques minutes de silence. On (entendait) seulement le bruit de la grêle. 
    Réponse :

     

    11-Nabil (paraissait) nerveux. «Je t'aime» me dit-il. Ces quelques mots changèrent toute ma vie. Réponse :

     

    Corrigé :

    1-habitude

    2-duratif

    3-condition

    4-descriptif

    5-descriptif

    6-habitude

    7-descriptif

    8-duratif

    9-duratif

    10-duratif

    11-duratif

    2-Conjuguer les verbes entre parenthèses à l'imparfait

    Cet après-midi là, mes frères et moi nous nous (ennuyer) à mourir.

    Je dois dire qu'à cette époque, nous ne (briller) pas par notre discernement

    et que nous (faire) beaucoup de sottises.

    Alors qu'on (commencer) à goûter, un chien sans collier, sale et maigre s'approcha de nous…

    Au début Ahmed et moi lui (lancer) simplement des gravillons pour qu'il s'éloigne.

    Puis, comme il ne (bouger) pas,

    Karim s'énerva et se servit de sa fronde pendant que nous (rire)

    et (crier) d'excitation.

    Nous ne (croire) pas lui faire très mal pourtant nous notâmes bien vite

    que la pauvre bête (saigner) abondamment de la tête.

    Consternés, nous lui tendîmes tout ce qu'il nous (rester) à manger…

    Pendant que nous le (soigner) il mangea goulûment nos goûters, puis sans rancune, s'allongea entre nous….

    Quand il se mit à geindre, alors que nous (partir),

    Karim le prit dans ses bras ; il (vouloir) que nous l'adoptions.

    Bien sûr, nous (être) tous d'accord et nous l'amenâmes à la maison....

    Nous (veiller) sur lui farouchement

    et, comme la plupart du temps nous le (porter) , il devint le chien le plus gros du quartier,

    mais gare à ceux qui (oser) s'en moquer.

--------------------------------------------------------

Image qui suit la souris